AMVB – Ali Nouaour : « La saison 2018-2019 reste la plus belle saison de l’Amiens Métropole Volley-Ball »

Volleyball Amvb Vs Halluin Kevin Devigne 36
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

A l’occasion de cette fin d’année 2019, Ali Nouaour, l’entraîneur des Aigles de l’Amiens Métropole Volley-Ball, nous livre son point de vue sur l’année écoulée et ses attentes pour la prochaine année qui arrive à grands pas.

En cette année 2019, quel a été votre meilleur souvenir au sein de l’Amiens Métropole Volley-Ball ?
C’est difficile à dire parce que je suis content d’être parti en finale de la coupe de France Amateur et que, pour notre troisième année en Élite, on ait fini second. Mais je dirais que mon meilleur souvenir reste la victoire face à Lyon, au Coliseum. Ils nous avaient battu trois fois, et on avait réussi à les battre à la maison en reprenant les trois points. Donc, avec la finale de la coupe de France Amateur et la seconde place au classement du championnat, cela reste potentiellement mes meilleurs souvenirs. Nous les avions rencontré deux fois dans des conditions un petit peu compliquées. Comme ils étaient repêchés, ils ont remplacé au pied levé l’équipe de Calais. Donc nous, on devait jouer l’équipe de Calais pour notre premier match, et suite à sa rétrogradation, on s’est retrouvés à aller jouer l’équipe de Lyon. Entre-temps, on les joue avec un effectif de sept joueurs. On arrive quand même à faire une belle performance. J’étais resté amère chez eux, parce qu’on avait très bien préparé ce match et on l’a perdu 3-1. Donc c’est vrai que jouer au Coliseum et prendre la première place en battant Lyon, forcément ça reste un très bon souvenir.

Je pense que c’est la coupe de France Amateur qui reste quand même le plus mauvais souvenir, dans le sens où on aurait aimé être organisateur.


Et, à l’inverse, quel a été votre pire souvenir ?
C’est compliqué mais, mon pire souvenir au niveau du volley-ball, j’ai envie de dire que c’est un mélange de tout. C’est le fait de finir deuxième en Élite par rapport au fait que l’on a eu la possibilité de faire les championnats avec neuf points d’avance en battant Halluin, donc c’était un petit peu mitigé. Mais c’est aussi le fait de finir deuxième en coupe de France Amateur. D’ailleurs, je pense que c’est la coupe de France Amateur qui reste quand même le plus mauvais souvenir, dans le sens où on aurait aimé être organisateur. Mais encore une fois, la fédération et ses règlements font qu’avec un cahier des charges très lourd, qu’ils ont d’ailleurs revu à la baisse, ils ont attribué l’organisation à Lyon. J’aurais aimé que cela se fasse comme l’année précédente, c’est-à-dire à Paris, en levée de rideaux des pros. Alors voilà, mon pire souvenir est tout ce qu’il y a autour de la finale de la coupe de France, avec notamment cette défaite. D’avoir seulement le statut de vice-champion de la coupe de France Amateur, et de ne pas repartir avec la coupe. Donc effectivement, ça reste le pire souvenir. D’autant plus qu’avec notre dernière défaite face à Bellaing, où malheureusement nous n’avons pas pu aligner tous nos joueurs, c’était compliqué. Enfin, dans les pires souvenirs, il y a aussi un joueur, Alain Gendron, qui est malheureusement sorti sur blessure lors d’un match contre Halluin. Sa saison était alors terminée pour lui, alors qu’il avait tout misé sur la coupe de France Amateur. Alors, ce jour-là, nous avions une pensée pour lui.

  • Face à Halluin / 25 février 2019
  • Face à Conflans / 14 avril 2019
  • Face à Caudry / 05 mai 2019
  • Face à Harnes / 11 mai 2019


Quel bilan faites-vous de cette année ?
La saison 2018-2019 reste la plus belle saison de l’Amiens Métropole Volley-Ball. C’est un superbe bilan parce que ce n’était pourtant pas assuré au vu des équipes qu’il y avait dans le championnat, du début compliqué que l’on a eu au mois de septembre avec les retours tardifs de nos joueurs internationaux, et notamment avec les bobos. Donc, le bilan de cette année est plutôt très positif, avec une deuxième place en coupe de France Amateur, et une deuxième place en championnat. On a des flashs avec des choses très positives, comme la coupe de France Amateur, où on est partis la jouer dans des petits clubs en National 2 qui étaient contents que la grosse équipe amiénoise vienne. On a aussi mélangé la culture et le sport. Le week-end où on a joué contre Orgerblon, une équipe de la banlieue rennaise, on en a aussi profité pour faire une sortie culturelle avec notre partenaire Géovisions qui nous a permit d’aller nous promener au Mont-Saint-Michel. On est un petit peu sorti du cadre du volley-ball et ça a fait un bon souvenir.

Il y a toujours une petite pensée des personnes qui, face au handicap, se battent pour pouvoir prouver qu’à ce moment-là, le handicap n’existe plus.


Il y a eu de belles performances dans le sport amiénois. Quel a été votre souvenir le plus marquant ?
Celui d’avoir remporté la coupe de France de hockey-sur-glace. J’ai eu l’occasion de faire une photo avec Mario Richer devant la coupe, et de le féliciter. Donc sportivement, je pense que c’est un très bon souvenir. Après, il y en a beaucoup d’autres. Mais je pense que mon plus beau souvenir, c’est celui de Redouane Hennouni-Bouzidi, qui a remporté le titre de champion de France sur 1500 mètres aux championnats de France d’athlétisme handisport. C’est un enfant que j’ai vu grandir, et j’ai vu qu’il avait cartonné en athlétisme. Auparavant, il était un ancien athlète qui avait un très bon niveau en patinage artistique. Malheureusement, il a eu un grave accident lui empêchant de poursuivre sa carrière. Il y a toujours une petite pensée des personnes qui, face au handicap, se battent pour pouvoir prouver qu’à ce moment-là, le handicap n’existe plus.

Vollley Ball Amiens Vs Toulouse Kevin Devigne Gazettesports 105
Face à Toulouse / 23 octobre 2019

Et qu’en est-il de votre meilleur souvenir sportif en général ?
Même si je suis un fan de volley-ball, j’aime bien m’intéresser à des autres sports. Parmi mes bons souvenirs sportifs, il y a celui de voir, du haut de ses 38 ans, Roger Federer encore en finale du tournoi de Wimbledon. J’aurais aimé qu’il le gagne. Malheureusement, Novak Djokovic était plus fort que lui ce jour-là. Je suis un grand fan de Roger Federer, et dès que je peux me mettre devant la télévision pour un Masters 1000, un Masters 500 ou un tournoi du Grand Chelem, je le fais.

Volley Ball Amvb Vs As Cesson Saint Brieuc Kevin Devigne Gazettesports 2 1024x683 1


Forcément, quand on voit son parcours, on ne peut être qu’admiratif. C’est un grand champion.


Pourquoi tout spécialement Roger Federer ?
C’est un joueur qui donne l’exemple à tous les niveaux. Après, dans chaque génération, j’ai eu mon modèle au niveau du tennis. Il y a eu un joueur, Ivan Lendl, que j’ai suivi pendant des années. Lorsque j’étais un peu plus jeune, quand je le voyais pleurer, je pouvais casser tout ce qu’il y avait autour de moi. J’étais un grand fan. Puis après, Roger Federer est arrivé sur le circuit. Un jeune très énervé qui pouvait casser ses raquettes, qui a compris qu’il fallait travailler et faire un effort sur lui-même pour être un grand champion, et qui l’a fait. C’est également un modèle avec sa femme et ses enfants. Il arrive à pallier le très haut-niveau et la vie de famille. Je ne le suis pas que sportivement, j’essaie de savoir ce qu’il fait. Et quand on sait qu’il a ouvert je ne sais combien d’écoles en Afrique, les dons qu’il a fait, et tout cela, ça reste pour moi le sportif qui est au-dessus de tous. Tout le monde disait que Roger Federer et Raphael Nadal étaient les plus grands ennemis du monde et, au final, ce sont les plus grands amis du monde. Forcément, quand on voit son parcours, on ne peut être qu’admiratif. C’est un grand champion.


Quels objectifs vous êtes-vous fixés pour 2020 ?
Pour 2020, on essaie de progresser. On fera forcément moins bien que l’année dernière puisqu’on avait l’objectif d’aller chercher la coupe de France Amateur. Objectif que l’on n’a désormais plus. Et d’ailleurs, je n’ai pas peur de dire qu’à cause de la fédération, on ne nous donne pas cette possibilité, parce qu’on n’a pas eu la possibilité d’aligner nos joueurs, de se battre avec nos joueurs. Peut-être que l’on aurait perdu le match. Je ne sais pas. Mais qu’au moins on nous donne la possibilité d’évoluer avec toutes nos armes. On voulait progresser dans cette coupe de France Amateur en allant chercher le Graal, mais ça ne sera pas le cas pour cette année. Si le règlement est le même l’année prochaine, on se posera également la question de savoir si on s’engage ou non. Ou bien, peut-être que l’année prochaine nous n’aurons pas de joueur professionnel, ce qui fait que nous pourrons aligner une équipe plus compétitive.

Après, s’agissant du championnat, on sait que cela va être très serré. L’objectif est de se qualifier pour les play-offs dans un premier temps, et puis pourquoi pas d’aller titiller l’autre poule. Il y a des équipes d’un certain niveau, comme Avignon, qui est redescendue de Ligue B, Harnes, qui a fait un gros recrutement. Ensuite, il faudrait aller chercher cette première place. Je suis une personne qui se fixe des objectifs, je fonctionne au challenge. Il y a un premier challenge qui a été perdu, qui n’est pas forcément de notre ressort. Maintenant, il y a un deuxième challenge à aller chercher, sur lequel il va falloir se concentrer. Peut-être que le fait que l’on ne joue pas sur deux tableaux fera que l’on sera un petit peu plus frais physiquement. On verra bien. Mais effectivement, dans un premier temps je vise les play-offs, puis on va aller chercher au moins la deuxième place. Mais je suis toujours un petit peu gourmand, donc si on peut aller gratter la première place, on ira la chercher.





Angélique Guénot

Crédits photos : Kévin Devigne & Coralie Sombret – Gazettesports.fr

Publié par La Rédaction

Gazette Sports est votre webzine sur l'actualité des associations sportives d'Amiens Metropole et ses alentours.