SPORT -SANTÉ : Margaux, “qu’est-ce qui fait la féminité?”

Ssante Site Hd Margaux
Ⓒ Gazette Sports

“La féminité ce n’est pas un corps, c’est un état d’esprit.” Margaux, 20 ans, a participé à notre campagne de sensibilisation avec l’une de ses coéquipières du Rugby Club Amiénois. Le shooting photo a été une première pour la jeune femme qui ne se sentait pas très en confiance, pas toujours simple d’accepter son corps. 

Pour Margaux, le cancer, c’est quelque chose de très personnel… Elle qui a perdu son grand-père et son oncle, connaît bien cette maladie qui la touche. Même si le mot cancer ne lui fait pas peur, elle le trouve un peu “traître”. “C’est un peu bâtard si on peut dire parce que ça t’arrive comme ça du jour au lendemain. Alors que tu n’as rien demandé. Tu es au meilleur de ta vie et tu as ça qui te tombe dessus et en un mois ou trois ans, ça peut être fini d’un coup.” Explique la jeune femme.

On croit souvent que la maladie, le cancer, n’arrive qu’aux autres. Mais ce n’est pas le cas, on peut tous être impactés. L’essentiel est d’en prendre conscience et d’agir en conséquences, Margaux l’a compris. “L’avoir vécu dans ma famille a créé un déclic chez moi. Oui, je n’y prêtais pas attention, je ne me rendais pas compte à quel point ça pouvait être dévastateur, j’en entendais parler par-ci par-là, mais c’est vraiment quand ça nous touche qu’on se rend compte que c’est aussi grave, autant de conséquences. D’autant plus que pour mon grand-père s’il l’avait su, si s’en serait alerté avant et il s’en serait remis” conclue t-elle.

Face à la maladie, les patients doivent réussir à gérer la présence de leur entourage qui ne sait pas toujours comment agir. Ils doivent gérer les différents traitements, l’hôpital et également l’acception de leur corps qui a subi des changements suite à la maladie.

C’est quoi être femme ? 

La mode nous habitue à voir constamment des corps dits “parfaits” et sans aucun défaut apparent… Car souvent largement retouchés avec des logiciels d’images. Plus que jamais, cette industrie a donc un rôle important à jouer dans l’acception de soi et la campagne que nous avons lancée pour sensibiliser à la lutte contre le cancer du sein pointe également ce sujet du doigt.

Les traitements pour tenter de soigner le cancer peuvent ôter un téton, des seins… Et la fameuse question apparaît : c’est quoi être une femme ? “Ce dont je suis sûre, c’est que ça ne se limite pas à des seins ni à l’anatomie en général” répond-t-elle. Margaux a souhaité porter un message simple en participant à cette campagne : accepter son corps quel qu’il soit. « S’accepter, c’est être à l’aise avec le choix qu’on a fait pour son corps. Une femme qui va choisir d’avoir une reconstruction ou non sera beaucoup plus dans l’acception qu’une femme qui subit le choix » ajoute-t-elle. Les femmes les plus touchées sont celles qui ont le plus investi dans leur apparence physique, qui se définissent beaucoup par celle-ci. Cela ramène à une question essentielle : « Qui suis-je ? » Être une femme, est-ce lié à mon tempérament, à la manière dont je me suis construite, à l’attachement que j’ai développé pour les autres ou à ce que je leur donne à voir ? “La féminité ce n’est pas un corps, c’est un état d’esprit. Si tu te sens femme peu importe le corps que tu as, t’es une femme ou inversement. Voilà ce n’est pas ton apparence physique qui définit qui est une femme, c’est toi dans ta tête” conclue t-elle.

Youssrah Mahadali

Crédit photo : Léandre Leber

Cette série de photos et d’interviews sera exposée lors du colloque de la recherche de la ligue nationale contre le cancer le 30 et 31 janvier à Amiens, en partenariat avec la ligue contre le cancer de la Somme. Si vous souhaitez témoigner, participer à cette série, contactez nous à l’adresse suivante : leandre@gazettesports.fr

Retrouvez les portraits précédents :

# 1 : Mélanie Doutart : Il faut savoir s’écouter, que cela nous fasse du bien malgré la maladie.
# 2 : Valentine Roger: “un combat au corps-à-corps”
#3 : Tiffany : “ma mère, une guerrière.”
# 4 : Valentine.B : “On pense souvent que l’on a beaucoup de temps devant soi.”
# 6 : Justine : “Le cancer, c’est le « fléau de l’humanité »”
# 7 : Agnès Boulet “Pour moi, le mot cancer c’est un mot terrible”
# 8 : Céline Csore : “Relever la tête et aller au combat”
# 9 : Marie et Camille – “C’est un combat que tu ne peux pas gagner.”
# 10 : Leslie P / Catherine B – “Il faut être optimiste, il faut continuer à se battre”
# 11 : Edwige et Lucie :  “Quand on est très bien entouré, qu’on se bat contre un cancer, c’est plus un match de rugby qu’un combat de boxe.”
# 12 : Bérénice et Mathilde “L’activité physique régulière, permet de prévenir les maladies”
# 13 : Justine : Quand on voit les dégâts qu’un cancer peut faire, on se dit qu’il ne vaut mieux pas attendre.