BASKET-BALL – Florent Ramseyer : « Il faut qu’on reste soudés jusqu’au dernier match de la saison »

basketball amiens ascbb dourges gazettesports kevin devigne 25
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que la fin de saison approche, Florent Ramseyer, capitaine de l’ASCBB, a accepté de répondre à quelques questions.

Qu’est-ce que tu penses des résultats de l’équipe sur le début de l’année 2022 ?

Sur ces matchs, la moitié des joueurs alignés font partie de l’équipe réserve que j’entraîne avec Frédéric Domon. Je suis fier des joueurs que j’entraîne avec Fred, fiers des prestations qu’ils rendent le week-end. Malgré tout, j’ai hâte de pouvoir retrouver Joël (ndlr : Muamba) sur les parquets, ce qui devrait bientôt arriver normalement. On perd Baptiste (ndlr : Noé) sur le match contre Guise et on perd de 6 points. Après on a eu une bonne réaction face à Margny. Derrière ça, on perd contre Wasquehal et Dourges, ça laisse un goût amer parce qu’ils nous manquent Joel et Benjamin (ndlr : Reinert) et ce sont des équipes qu’on peut battre. C’est dommage parce que ça aurait pu nous faire des victoires, mais ce sont quand même des prestations collectives plutôt correctes. Après ces deux matchs, on est resté sur la même dynamique pour le match contre Paris. On a mis beaucoup d’intensités, on a réussi à se projeter vers l’avant, aider Salmane (ndlr : Dicko) aux rebonds parce qu’on sait que sur le secteur intérieur on n’est pas très grand, on n’est pas super athlétique donc on a besoin de notre collectif, de tout le monde pour aller chercher des rebonds.
On a mené des combats collectifs du début à la fin du match. On essaie de ne pas se focaliser sur les points ou sur l’attaque, mais plus sur le secteur défensif parce qu’on sait que le point qu’il faut améliorer, c’est la défense.

Tu parles d’une dynamique positive, ça fait plusieurs matchs que l’entraîneur se dit satisfait de ce que l’équipe montre…

On perd le match contre Guise de 6 points donc on est déjà très déçu parce qu’on pouvait prendre ce match-là. En plus, on perd notre meneur titulaire. Derrière, on n’est pas très serein, on rattaque les entraînements un peu à reculons. Mais au fil des entraînements et des matchs, on se rend compte qu’on est une équipe capable de défendre.
Plus les matchs passent et plus je ressens que mon rôle change un peu. Tout le monde n’est pas capable de monter la balle et moi je peux le faire donc, un peu par la force des choses, mon rôle évolue. Je ne suis pas un meneur, mais je me sens de plus en plus à l’aise avec ce rôle de patron. Depuis le match contre Guise, il y a eu un électrochoc, on a réalisé qu’on pouvait défendre.

Avec les blessures ou les absences, Frédéric Domon a dû intégrer des jeunes de R2 dans l’équipe. Comment s’est passée cette intégration en sachant que tu es également entraîneur de l’équipe de R2 ?

À la base j’ai plus un rôle de grand frère, mais aussi de pote (sic). Le fait de les entraîner ça ne change rien, je ne change pas forcément de casquettes, je reste le même et ça leur donne de la confiance. Là, le fait que Maxence (ndlr : Goubet) soit sollicité depuis quelques matchs, je suis agréablement surpris de ses prestations. Enfin, je ne sais pas si je suis surpris parce que je savais que c’était un bon joueur, mais je ne pensais pas qu’il pourrait avoir cet impact-là en équipe première aussi vite. Il a eu un impact immédiat en fait. Il met des paniers, il n’a pas peur, il ne perd pas de ballons. Il faut aussi souligner le bon travail de Boufares (ndlr : Yahiaoui) qui fait une bonne prestation sur le dernier match. Ce qui est peut-être contradictoire, c’est qu’on perd moins de balles depuis que Baptiste n’est plus là. On sait que ça va être plus compliqué, du coup, on s’applique plus.

Il reste 6 matchs, dont 1 contre Beuvrages qui est juste devant vous au classement. Comment abordez-vous la fin de saison dans le vestiaire ?

basketball amiens ascbb dourges gazettesports kevin devigne 50

On se dit qu’il faut qu’on reste soudés jusqu’au dernier match de la saison parce que ça va se jouer à rien. Il y a Beuvrages qui est à égalité avec nous, devant nous, il y a les deux équipes de Paris qui sont à une victoire, Guise et Chauny qui sont à deux victoires. Tout va vraiment se jouer en fin de saison. On va pouvoir profiter du retour de Joël sur cette fin de saison. Quand le coach dit qu’on ne doit plus perdre aucun match, je peux comprendre. Le match contre Beuvrages, on sait qu’on est passé à travers à la maison, on s’est peut-être vu trop beau, on avait peut-être un peu trop confiance en nous, mais cette fois on sait qu’on doit le gagner. On sait qu’on a les capacités pour le faire. Beuvrages est complètement à notre portée.

J’ai pu lire certaines remarques sur le fait que tu sois meilleur marqueur de NM3 mais que malgré ça l’équipe jouait quand même le maintien. Comment prends-tu ce type de remarques ?

Je ne fais pas trop attention parce que j’ai l’habitude depuis quelques années. J’essaie d’en rigoler, de le prendre à la légère le plus possible. J’anticipe un peu ce que les gens vont penser.

Ton dernier match est-il la meilleure manière de répondre ? Tu mets 29 points et le tir de la gagne…

Complètement. Après, je remercie mon coach Fred, qui me donne les clés de l’équipe, qui me laisse jouer. Il y a une certaine confiance entre nous. Il me connait bien et je le connais bien aussi.

Sais-tu que tu vas prendre le dernier tir lors du match face à Paris ?

Je sais que je vais le prendre. Je me dis soit c’est à cause de moi, soit c’est grâce à moi. C’est bien beau de mettre des tirs pendant le match, mais quand il reste 10 secondes et qu’il faut prendre ses responsabilités, il faut le faire jusqu’à la fin. Je devais déjà le faire pour le coach, pour sa sixième victoire en N3, pour qu’il batte son record. Pour l’équipe et le club aussi, pour continuer à essayer de se maintenir. Ça serait tellement beau de pouvoir se maintenir avec la jeune équipe qu’on a, avec la jeune génération qui arrive derrière. Si on arrive se maintenir, on aura une meilleure équipe l’année prochaine, c’est certain.


Deparis Maxime

Crédit photo : Kevin Devigne Gazettesports.fr