ROLLER-HOCKEY – Renaud Crignier : « C’est le fruit de notre travail »

Roller Hockey Greenfalcons Vs Ecureuils Kevin Devigne Gazettesports 10 1024x683 1
Ⓒ Gazette Sports

Renaud Crignier, entraîneur-joueur des Écureuils d’Amiens, évoque l’arrivée de Jérémy Hard après celle d’Adrien Josse et les perspectives pour la suite, encore bien floue pour le moment.

Bonjour Renaud, comment s’est passée l’arrivée de Jérémy Hard chez les Écureuils ?

De la même manière qu’avec Adrien Josse, il nous a contacté tout seul, de son plein gré pour rejoindre l’équipe.

C’est un joueur qui va pouvoir apporter ?

Oui, c’est un bon joueur. Un peu jeune et un peu fougueux, mais on a discuté avec lui et on va bosser là-dessus pour que tout se passe bien pour qu’il puisse reprendre un peu de plaisir au hockey et continuer à progresser.

C’est donc un pur hasard d’avoir deux joueurs de Pont-de-Metz qui rejoignent les Écureuils coup sur coup ?

Non, ce n’est pas un hasard. Parce qu’on est une équipe structurée avec de vrais objectifs de remontée en Élite et ils sont dans cet état d’esprit de pouvoir jouer au plus haut niveau. Et clairement, dans la région, s’il y a un club sur la liste de ceux qui peuvent retourner en Élite un jour, c’est Amiens. Ça colle peut-être un petit peu plus à leurs attentes. Donc pour moi, ce n’est pas un hasard qu’ils rejoignent Amiens, c’est le fruit de notre travail. Mais ce n’est pas moi qui les ai contactés, ils sont venus d’eux-mêmes.

Évoluant également dans la Métropole, ce sont aussi des joueurs dont vous connaissez la valeur ?

Oui, ce sont des joueurs que je connais bien et que, par contre, j’ai déjà contactés par le passé. Adrien, cela faisait deux ans que je lui proposais et Jérémy, je lui avais proposé il y a deux ou trois ans. Cette année, je n’avais pas encore fait les démarches vu qu’on était encore qu’au mois de février-mars. Je les aurais peut-être contactés mais ce sont eux qui ont fait le premier pas.

Vous évoquiez comme motivation à leur venue, leur objectif d’atteindre l’Élite qui est aussi le vôtre, c’est important d’avoir de jeunes joueurs ambitieux qui rejoignent l’effectif ?

Oui, c’est ça. Maintenant, il va falloir que l’on travaille pour que tout se passe bien et qu’ils puissent s’épanouir au mieux au sein de notre collectif. Parce qu’ils vont changer de club, changer d’organisation, changer de système de jeu, de manière de jeu, de manière de vivre avec l’équipe. Donc il va falloir intégrer tout ça pour que ça se passe au mieux. Mais c’est clair que ce sont deux bons jeunes et on en a besoin. Ça va mettre un peu de fougue, un peu d’insouciance. C’est souvent ce qu’apportent les jeunes. Avec l’expérience de certains de nos cadres, et aussi avec nos jeunes du club, cela peut faire un bon mix, une bonne mayonnaise si elle prend bien.

L’année dernière, on avait perdu deux joueurs et à mon avis, cette année, ce sera pareil.

Est-ce que ça ne pourrait pas constituer une solution anticipée à d’éventuels arrêts ?

Oui, déjà, l’année dernière, on avait perdu deux joueurs et à mon avis, cette année, ce sera pareil. On avait une équipe vieillissante, donc déjà, de base, à chaque fin de saison, il est difficile de relancer la machine, pour certains, et de se réengager pour une saison. Alors là, en plus avec un arrêt depuis le 30 octobre qui n’est pas encore terminé, je pense que 2-3 vont se poser la question. Après, ça peut aussi peser dans la balance d’avoir des recrues de bon niveau qui peuvent apporter quelque chose. Ça peut peut-être remotiver quelques indécis sur le fait qu’on va encore jouer la montée la saison prochaine.

Et, dans tous les cas, ça permet d’avoir un coup d’avance sur l’intersaison ?

Oui, c’est clair, on est en avance sans avoir eu besoin d’aller chercher, de contacter des joueurs. C’est tout bonus pour nous, pour le moment. On attend juste une date de reprise pour savoir si on va pouvoir se ré-entraîner un petit peu. Le championnat est mort, c’est sûr, il va encore y avoir une saison blanche (ndlr, l’interview a été réalisée avant le communiqué officiel). On va attendre la décision officielle et on va voir comment on organise tout ça pour préparer la saison prochaine.

Hockey Sur Roller Les Ecureuils Vs Mustangs La Chapelle (reynald Valleron) (57)
Les Écureuils n’ont plus rechaussé les patins en compétition depuis le 17 octobre contre La Chapelle, 2 semaines avant la mise à l’arrêt du roller-hockey

En ce moment, comment fonctionne le club ? Il existe des solutions en extérieur pour poursuivre un peu d’activité ?

Pour les seniors, on ne peut pas. Pour le moment, le club fonctionne tous les mercredis et samedis après-midis au Parc du Grand Marais parce qu’on a repris pour les jeunes. Ils s’entraînent un peu à la dure, sans balustrade, avec des petits buts, etc. On fait avec les moyens du bord, comme tout le monde partout en France et dans les autres pays. Mais c’est ouvert à tous et gratuit donc ceux qui veulent essayer viennent. Il y a pas mal de passage au Grand Marais donc c’est aussi un moyen pour nous d’être un peu plus visibles. Mais pour les seniors, pour le moment, il n’y a rien.

Il y a pas mal de passage au Grand Marais donc c’est aussi un moyen pour nous d’être un peu plus visibles

Il doit donc y avoir une certaine impatience à avoir une visibilité sur la reprise ?

Oui, c’est vrai que l’année dernière, c’était dur, mais là, c’est encore plus dur. On n’a aucune date, on ne sait pas du tout si ça va être dans un mois, dans deux mois, (il soupire) on n’en sait rien, en fait… On ne sait même pas si l’année prochaine on pourra reprendre une vraie saison normale. On ne sait rien de tout ça en ce moment, on prend notre mal en patience.

À titre personnel, vous êtes tout de même toujours partant pour la suite ?

Ah oui, ce n’est pas le covid qui va me stopper ! Les ambitions sont les mêmes. J’étais motivé et bien parti en début d’année donc moi, je serais toujours présent l’année prochaine, il n’y a pas de soucis.


Morgan Chaumier

Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports