HANDBALL : -18G Rivery, « L’objectif c’est d’aller en poule haute »

Attach10477 20191130 081029
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Après avoir découvert le jeune collectif des -15G, Gaylor nous a ensuite parlé de son deuxième collectif, les -18G de l’ASM Rivery.


Pouvez-vous nous présenter votre effectif -18 ?

Ça a été compliqué puisqu’ils sont tous issus du club, mais l’équipe -18 a été recréée l’année dernière après avoir été supprimée pendant quinze ans. C’est la première année qu’on retrouve des -18 au club et c’est principalement des retours au club mélangés aux -15 qui sont montés. Le but d’un club familial c’est vraiment de se sentir comme en famille, c’est-à-dire que même chez les seniors où moi par exemple je suis parti plusieurs années, finalement tout le monde revient à ses origines, ça n’a pas changé. 


Comment justifierez-vous ce « trou » de quinze ans pour le club ? La remise en route s’est-elle faite facilement ?

Le manque d’effectif, on avait déjà eu du mal à avoir du monde sur les -15 puisqu’on avait uniquement 7 ou 8 gamins. C’est un club qui revit depuis trois ou quatre ans, qui se remet de sa période creuse. On avait vraiment un effectif insuffisant avec peut-être cinq jeunes -15 qui pouvaient monter mais ce n’était pas assez pour créer une catégorie alors on a pas mal de jeunes qui sont partis jouer ailleurs. 

Au début on n’était pas sûrs de recréer la catégorie au vu du peu de -15 qui montaient de catégorie, donc se posait la question de savoir ce qu’on faisait de ces jeunes-là. Certains joueurs sont donc allés reparler aux anciens de Rivery, ce qui a fait qu’ils sont tous revenus ensemble et on s’est retrouvés avec 8 mutés mais ça nous a permis de refaire une équipe. 


Le fait d’avoir autant de jeunes licenciés actuellement vous a-t-il déjà amené à vous poser la question d’une potentielle création d’équipe B dans cette catégorie ?

Ça s’est fait l’an dernier puisqu’on avait deux équipes de -18 avec 22 licenciés, mais en deuxième partie de saison l’investissement était un peu plus limité. Avec 18 joueurs aujourd’hui on a choisi de ne proposer qu’une seule équipe assez homogène qui vise le haut de tableau départemental et qui a été demi-finaliste des coupes de Somme la saison passée. Ce groupe de -18 est composé de jeunes que j’avais récupérés il y a trois ans en -15. 


Un objectif à souligner pour cette saison ?

Pour l’instant l’objectif c’est d’aller en poule haute, c’est-à-dire qu’on est toujours sur une saison en deux phases et malheureusement on a perdu deux matchs importants. Donc maintenant pour aller dans cette poule haute il faut absolument gagner ce qu’il reste : ce n’est pas irréalisable parce qu’on a vraiment un groupe de qualité. Cependant on a beaucoup de qualités individuelles et pas encore assez collectives.

L’objectif qui est commun aux -15 et aux -18 c’est qu’on organise un tournoi le 22 février avec les deux catégories sur la même journée. Le but principal est vraiment de mettre en place cet esprit de cohésion. Pour cette journée de tournoi on invitera des équipes venues de divers horizons et surtout hors département comme Calais, Courmelles.


Du point de vue de l’investissement des parents et des bénévoles en général, comment cela se passe-t-il dans l’équipe ? Et l’investissement des jeunes eux-mêmes dans la vie générale du club ?

Je suis personnellement accompagnateur d’arbitres donc j’ai formé un binôme de -18 qui arbitrent ensemble actuellement et qui avaient d’ailleurs l’occasion de siffler les intercomités ce weekend à Marcq-en-Baroeul. J’ai également envoyé deux -15 qui sont en formation d’arbitrage. C’est également un objectif du comité parce qu’on manque cruellement d’arbitres sur le territoire Samarien.
Il y a toute une formation qui se fait sur la jeunesse, même en tant que futurs bénévoles au sein du club. 

Sur la catégorie -15 les parents sont assez présents et plutôt volontaires pour faire les déplacements, on discute assez facilement ensemble et on échange sans problème s’il y a un retour à faire. 
Sur les -18 ça se complique un peu. On voit souvent les mêmes parents, on en a trois ou quatre qui sont fidèles et qui sont là tout le temps, mais le reste c’est un peu du dépôt. C’est-à-dire que par exemple l’année dernière ils sont allés en finale de coupe de Somme à Fressenneville, il y a des joueurs qui a joué mais ses parents ne se sont pas déplacés. 


Pour le premier jour de l’année 2020, retrouvez Nicolas qui nous parlera des représentantes féminines du club.

#1 -11 / -13G Rivery « Les jeunes que l’on forme ici, on essaye de les garder au maximum »
#2 -15G Rivery « C’est primordial qu’ils viennent ici avec le sourire et repartent avec »
#4 +16F Rivery « J’ai hâte de voir cette équipe dans quelques années ! »


Propos recueillis par Océane KRONEK

Crédits photo : droits réservés