AS TENNIS DE TABLE – Denis Chatelain : « Le bilan est vraiment très positif »

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que l’année 2019 touche à sa fin, Denis Chatelain (président du club) et Arnaud Sellier (entraineur de l’équipe Pro B) se sont prêtés au jeu des questions rétrospectives de la nouvelle année sportive écoulée.

Quel est le meilleur souvenir que vous aillez au sein du club cette année ?

Denis Chatelain : En fin de saison dernière c’est la montée en Pro B, c’est clairement le meilleur moment ! On peut dire qu’il y a deux meilleurs souvenirs, cette montée mais aussi la première victoire à domicile dans ce championnat.

Arnaud Sellier

Arnaud Sellier : Oui c’est difficile de répondre autre chose, ça fait quand même plusieurs saisons qu’on se bat pour en arriver là. Et puis ce sont de bons moments parce que l’objectif sportif a été atteint, mais aussi parce qu’on a réussi à les faire partager : les rencontres à domicile où l’on sent qu’il y a de l’ambiance, c’est peut-être très relatif puisqu’on reste sur du tennis de table, mais ça fait du bruit et on arrive à mobiliser autour de l’équipe et c’est ce qui est important pour nous.

Au contraire, avez-vous un mauvais souvenir en tête ?

Denis : Je dirais que M. Sellier n’a pas été loin de faire 0 match gagné dans la phase mais il s’est rattrapé sur le dernier match ! (rires) Pour ma part je n’ai vraiment pas de mauvais souvenir, il y a toujours des moments avec quelques petites déceptions, mais on passe outre et on passe à autre chose. Il n’y a pas de grosse déception, et pas uniquement autour de l’équipe première, mais dans le club en général. 

Arnaud : L’équipe n’a fait que gagner donc c’est compliqué, les défaites en Pro B étaient assez prévisibles et puis pour l’instant il y a quand même plus de victoires que de défaites !

Quel bilan tirez-vous de cette année écoulée ?

Denis : Le bilan est vraiment très positif pour le coup, on a eu une baisse de licenciés il y a deux ou trois saisons mais là au contraire on est dans une spirale très positive ! C’est certainement l’effet Pro B qui nous amène du monde, mais c’était aussi l’objectif d’atteindre ce haut niveau pour attirer du monde. On n’a pas eu de grosses galères cette année, financièrement on n’est pas richissimes mais on réussit à établir un équilibre, sportivement c’était bon aussi. Évidemment on cherche toujours à avoir encore plus de licenciés, de jeunes à très haut niveau, plus de compétiteurs parce qu’ici on a vraiment cet ADN de compétiteurs mais on sent qu’on la perd un peu puisqu’à côté tout le secteur loisir se porte très bien. 

Quels seraient vos meilleurs souvenirs du sport Amiénois sur l’année 2019 ?

Denis : Pour moi c’est notre montée en Pro B. On a vu que les Gothiques avaient gagné la coupe de France de hockey et c’est bien, mais on est un peu moins branchés hockey chez nous, on y est moins sensibles.

Arnaud : On a forcément un œil attentif sur l’équipe de foot, on est beaucoup de licenciés à aller à tous leurs matchs. On est des Amiénois pur souche donc voir les équipes sportives amiénoises qui réussissent, qu’on parle d’Amiens, ça nous fait plaisir. Alors oui l’équipe de foot, un peu comme beaucoup de monde je suppose. D’autant plus que le président du club de foot (ndlr : Bernard Joannin) est notre principal partenaire privé, mais aussi un ancien joueur du club donc tout ça fait qu’on les suit beaucoup.

Qu’avez-vous retenu du sport en général lors de l’année 2019 ?

Denis : Pour moi ça a été le naufrage médiatique de Kevin Mayer. J’ai beaucoup aimé la compétition de perche aux championnats du monde avec le jeune Australien qui était dingue (ndlr : Sasha Zhoya, 17 ans). De mon point de vue ce sont les deux choses à retenir : le pire avec Kevin Mayer qui s’est loupé et le meilleur avec la compétition de perche. Ce sont des confrontations directes dans ce type de compétitions et l’intensité y est incroyable.

Arnaud : Je pense que j’ai regardé trop de sports cette année parce que je n’ai pas un souvenir en particulier qui me revient. Pour rester dans le tennis de table, on a quand même le meilleur joueur Français (ndlr : Simon Gauzy) qui a battu le n°1 mondial, un Chinois (ndlr : Xin Xu) et c’est très rare. Il est allé jusqu’aux quarts de finale aux championnats du monde alors ça reste un bel évènement, ça faisait un moment que ce n’était pas arrivé ! 

Quels seraient vos attentes et objectifs pour l’année 2020 qui approche ?

Tomy Lakatos

Arnaud : Continuer à faire des bons matchs à domicile, gagner à l’extérieur et se maintenir en Pro B c’est vraiment notre objectif principal. On voudrait essayer de rester ici quelques saisons pour capitaliser à cet échelon, sportivement c’est l’objectif avec l’équipe “A”. Concernant les autres équipes, c’est que tout le monde joue le mieux possible et puisse s’amuser en ayant les meilleurs résultats possibles. 

Denis : On savoure la période actuelle, on a eu des moments plus difficiles, des moments où les objectifs n’ont pas été atteints. Là on est vraiment contents des organisations à domicile et on aimerait bien que la Pro B ne dure pas qu’une saison, si on descend on sait que ça sera dur de remonter alors on a envie de faire durer un peu le plaisir ! On essaye de tout mettre en œuvre pour que ça se passe au mieux, on essaye de mettre les joueurs dans les meilleures conditions. Mais ça reste du sport alors il se passera ce qu’il devra se passer, même si on a fait un début fracassant par rapport à ce que l’on attendait : on a gagné cinq matchs, on est 4èmes alors qu’on se voyait plutôt se battre pour les deux dernières places en se prenant des roustes sur chaque rencontre. Il s’est passé des trucs incroyables depuis le début, on a aussi pu profiter de l’effet de surprise en tant que promus : les autres équipes nous ont souvent pris un peu de haut ou sous-estimés, mais en deuxième phase tout le monde va nous attendre. On s’attend à une deuxième phase plus compliquée mais on a su prendre les bons points jusqu’ici qui nous ont permis de creuser l’écart et ça devrait compter pour nous permettre d’avoir une bonne deuxième partie de saison.

Que pourrait-on souhaiter à votre club et plus largement à votre discipline pour l’année à venir ?

Denis : Une médaille française aux Jeux Olympiques. On est un petit sport et pour ces petits sports, le seul évènement marquant dans la population en général ce ne sont pas les championnats d’Europe ou du monde mais les JO. Tant qu’un Français n’aura pas un résultat olympique, il ne se passera pas grand-chose dans notre discipline au niveau engouement médiatique. Ce qu’il nous faut c’est vraiment une médaille aux JO. On a des joueurs Français qui ont du potentiel, mais c’est tellement dur maintenant, les asiatiques ont pris une telle avance que c’est vraiment très difficile, mais qui sait ! Avec un tableau favorable et un peu de chance, tout peut arriver. 

Alexis Mommessin

Arnaud : Dans la même idée mais plus localement, on aimerait réussir à faire venir plus de monde à la salle, aussi des non-pongistes pour qu’ils découvrent l’activité parce que c’est vraiment une discipline spectaculaire de tout près où il se passe toujours des choses. On peut aller voir un match de foot qui va se finir en 0-0 sans qu’il ne se passe rien, mais au ping-pong il se passe toujours quelque chose, il y a toujours des échanges spectaculaires. Il faut vraiment faire découvrir le tennis de table à la population amiénoise et évidemment l’étape d’après c’est de les faire venir au club. On a deux entraîneurs salariés au club en ce moment, des encadrants bénévoles, de quoi accueillir avec une super salle. On ne s’est jamais cachés du fait que l’équipe “A” permet de développer la discipline à côté, c’est la vitrine qui permet de faire découvrir le club. Quand on arrive et qu’on voit des gamins qui jouent dans toute la salle on est contents, on sait qu’on a gagné quelque chose, et l’étape d’après c’est qu’ils jouent bien. 

Un mot à ajouter sur l’année passée et celle à venir ?

Denis : On est contents que vous veniez faire des reportages sur chaque match, d’excellents reportages photos également avec de beaux clichés. C’est bien parce que notre but c’est aussi ça, c’est qu’on arrive à intéresser des médias locaux pour faire parler du club. Il faut continuer à faire venir tous les médias possibles.

Arnaud : Pour faire le lien avec l’article sur les bénévoles, je me répète mais on est vraiment actuellement dans une phase positive où les gens ont envie de venir et de faire les choses. On est même contents de les faire parce que quand ça va mal on est forcément moins contents de venir. C’est aussi dynamiser une équipe de dirigeants qui organise les évènements, c’est ce qui se passe avec les journées de Pro B où ce sont 10 à 15 personnes qui sont mobilisées pour rendre service. Donc s’il y avait un vœu pour cette année 2020 ça serait d’étoffer cette équipe de dirigeants.

ASTT vs Roanne, septembre 2019


Propos recueillis par Océane KRONEK

Crédits photos : Coralie Sombret / Kevin Devigne / Léandre Leber – Gazettesports.fr