HANDBALL : -15G Rivery, « c’est primordial qu’ils viennent ici avec le sourire et repartent avec »

80389008 1566791893475224 83654400874119168 N
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Pour cette deuxième partie de mise en lumière des jeunes de l’ASM Rivery Hand, nous sommes allés à la rencontre de Gaylor, entraineur des -15G du club. 


Bonsoir Gaylor, pour commencer pouvez-vous nous présenter votre collectif -15 ?

L’effectif en -15 (ndlr : entre 13 et 15 ans) est de 18 jeunes maximum, j’en ai 13/14 régulièrement le jeudi soir à l’entrainement. Contrairement au -13 où on peut encore jouer en mixte, ici on ne peut plus avoir de filles en compétition, même si la saison dernière on avait une demoiselle qui venait s’entrainer pour être avec ses copains.
Sur ces 18 enfants, on a beaucoup de renouvellements, la plupart était déjà là : je n’ai qu’un seul nouveau qui débute totalement cette année. 


L’absence de nouveaux licenciés est-elle liée à un manque de politique de recrutement ?

On a une grosse problématique dans le club qui est que, sur le gymnase Guy Saguez, on n’a que 10 horaires d’entrainement pour 9 équipes. Actuellement je suis en train de passer mon Bpjeps pour me former et me professionnaliser, ça serait un objectif pour moi d’augmenter le nombre de licenciés du club mais ce n’est pas quelque chose qui est envisageable par rapport aux contraintes du gymnase où on est dépendants d’Amiens Métropole.

Chaque année on fait la demande à Amiens pour être un peu délocalisés, on élargit notre demande d’années en années puisqu’on a aussi demandé jusqu’à Villers-Bocage par exemple. Malheureusement la réponse est toujours négative donc c’est une réelle problématique puisqu’aujourd’hui les -13 et les -15 s’entrainent chacun sur un demi-terrain, ce qui peut faire fuir certains de nos joueurs. On a plusieurs enfants qui sont déjà partis d’ailleurs parce qu’on ne propose qu’un seul créneau et qu’en plus il se fait sur une moitié de terrain. 

Comment gère-t-on ces séances qui se font sur demi-terrain toute l’année ?

Ça change pas mal de choses puisque dans mes préparations de séances je dois en tenir compte. Je trouve qu’on les enferme un peu dans une cage finalement avec un terrain de 20x20m, à cause de ça on perd en concentration, l’entrainement est un peu moins efficace que si on s’entrainait sur terrain complet où on a la possibilité de se dépenser beaucoup plus. Donc pour moi cette formule reste un frein, mais finalement on s’adapte plutôt bien parce qu’il y a beaucoup de phases où ils ont besoin de travailler les fondamentaux et ne nécessitent pas de tout l’espace. Mais que ce soit sur l’échauffement ou même dans le jeu, c’est plus compliqué alors c’est un frein. 


Comment se déroule le championnat pour votre catégorie ?

Pour le moment on est dans la première phase où on est séparés en secteurs est / ouest. Évidemment on a été placés dans la poule ouest donc sur le Vimeu, ce qui ne nous arrange pas du tout et chaque année c’est le même cirque. Le 17 on est censés jouer Feuquières à 18h : un tel horaire pour des -15 aussi loin, j’en ai beaucoup qui refusent. De plus, jusqu’ici on enchaine les défaites (ndlr : 5 matchs pour autant de défaites), on est une jeune équipe avec un groupe uniquement de premières années donc pour l’instant c’est un groupe qui évolue bien. Pour le moment il faut revoir les fondamentaux, mais on sera mieux quand on sera en 2ème phase en poule basse et qu’on retrouvera des équipes à notre niveau.


Des objectifs particuliers pour la saison ?

Pour les -15, la région n’est pas encore un objectif contrairement aux -18. Chez les -15 on est plutôt dans la continuité de recréer un groupe. Rivery est vraiment dans l’esprit de club familial et formateur, donc là par exemple on a un jeune qui sort du lot sur la catégorie -15, il est d’ailleurs sélectionné en équipe de Somme mais du coup on sait que l’année prochaine on ne le gardera pas parce qu’un gros club à côté viendra le chercher. 
On reste vraiment un club formateur donc ce n’est pas tellement qu’on envoie les joueurs voir ailleurs s’ils sont « trop bons », mais on n’a malheureusement pas les capacités de garder ces joueurs-là chez nous pour leur donner satisfaction dans le sens où on n’a pas d’équipe en région en seniors, ou même en -18 pour le moment. 

Le but ce n’est pas de bloquer les joueurs mais qu’ils continuent d’évoluer et, s’ils le peuvent, partir pour être formés plus haut. À côté de ça l’APH reste un concurrent déloyal on va dire par rapport à leur force de proposition qui est tellement supérieure à la nôtre, on ne peut pas vraiment lutter face à ce club. 


Un mot à souligner sur votre collectif ?

Je dirais qu’avant tout c’est un groupe qui vit bien, qui prend du plaisir et c’est le plus important je trouve. On reste sur du loisir donc c’est primordial qu’ils viennent ici avec le sourire et qu’ils repartent avec. C’est ce que j’ai aujourd’hui, une bonne cohésion de groupe : les résultats ne sont pas une priorité, on est là dans un but de progresser et d’évoluer, mais l’important c’est d’avoir une bonne cohésion d’équipe et c’est ce que l’on a. C’est la satisfaction que j’ai, de pouvoir créer un groupe et de les garder en -18.

Pour le prochain numéro de dimanche 29, vous retrouverez Gaylor qui évoquera ce prometteur collectif -18G.

#1 -11 / -13G Rivery « Les jeunes que l’on forme ici, on essaye de les garder au maximum »


Propos recueillis par Océane KRONEK

Crédits photos : droits réservés