Lors de la phase aller, l’AC Amiens manquait de peu son derby à Beauvais (1-0). Alors réduits à 10 (Sagouti s’était fait exclure à l’heure de jeu), les hommes d’Azouz Hamdane se prenaient un but à la 85’. Ils les rencontrent dans le cadre du retour, ce samedi, alors que les Oisiens sont de nouveau derniers au classement. En deux semaines, deux chances contre une lanterne rouge, donc.

Mieux répondre à la pression

La semaine dernière, l’ACA allait chercher un point à Viry-Châtillon mettant alors fin à une série de deux défaites. Pourtant, ces trois matches et celui de ce week-end avaient été définis prioritaires par l’entraîneur, Azouz Hamdane. Celui-ci préfère dorénavant ne plus fixer ce genre de feuille de route : « Je ne vais plus rien dire parce que (…) quand je dis ça aux joueurs, ils se mettent une pression pas possible (…). Donc je vais leur dire : « faut continuer à jouer » et ne pas leur dire ce que je pense. »

Finalement, son équipe réalise de meilleures prestations lors des matches où on ne l’attend pas, comme contre Arras (0-1, première victoire depuis le 2 décembre) ou Drancy (0-0). « C’est malheureux. Dès que c’est un match capital, les mecs ont 40 de fièvre donc… Je vais me calmer. Ça ne sera pas un match important et puis on verra bien ce qu’il donnera. Mais bien sûr que ça reste un match très, très important ! »

Une pression qui ne réussit pas aux joueurs de National 2 ? « Sauf que ce sont des matches capitaux (rires), s’insurge Azouz Hamdane. On a quand même le droit de dire que c’est un match capital. S’il l’est ! Personne ne leur met de pression : c’est un match capital ! La seule pression qu’ils se mettent, ce sont eux qui se la mettent. Les résultats qui nous ont positionnés à ce classement-là font que ces matches là sont capitaux ! Nous devons nous mettre dans la bonne dynamique. »

Un bilan qui s’alourdit

Une dynamique qui serait effectivement plus que la bienvenue car si l’on se penche d’un peu plus près sur les résultats de l’ACA, l’équipe n’a connu que deux victoires… en quatre mois. 1 à 0, de surcroît.

Au même moment lors de la phase aller (dix matches) l’AC Amiens comptait 5 victoires pour 2 nuls et 3 défaites. Après le dixième match de la phase retour, le bilan est tout autre : 1 victoire pour 5 nuls et 4 défaites. En dix rencontres, les coéquipiers d’Habib Bellaïd avaient inscrit 9 buts pour 4 lors de la phase retour (buts pris : 7 à la phase aller, 8 à la phase retour).

Toujours pire attaque du championnat avec 14 buts inscrits (la deuxième pire attaque en a inscrit 20), l’ACA peut toujours continuer de se venter d’être la deuxième défense du groupe C.

« Mais j’ai des joueurs présents, ça n’est pas le souci, affirme l’entraîneur de l’AC Amiens. Ce sont surtout trop de déchets techniques, trop d’imprécisions. Je n’ai rien à dire concernant l’état d’esprit. Ce ne sont pas des mecs qui se la racontent et qui ne se battent pas, au contraire. Et heureusement qu’on a ça. Avec une si faible attaque, être là où on est, c’est même un miracle. »

Un miracle qu’il va falloir s’affairer à bichonner durant les cinq derniers matches si l’ACA ne veut pas faire partie des trois relégables.

Camille MARSIGLIA

Crédit photo : Léandre Leber – GazetteSports

AC Amiens – Beauvais AS

Samedi 14 avril, 18h, stade Jean Bouin

Arbitre : Yann FLAMENT

AC Amiens : Groupe à définir

Entraîneur : Azouz Hamdane

À lire aussi >>

FOOTBALL – Azouz Hamdane : « On arrête cette hémorragie de défaites »




  • Laisser un commentaire