RUGBY – Martin Saleille : « Certains devraient se bouger car ça va leur faire tout drôle »

rugby federale 2 rca amiens vs anthony 0059 gazettesports leandre leber
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Après la courte défaite à domicile d’Amiens face au Rheu pour boucler la phase aller de Fédérale 2, Martin Saleille, l’entraîneur du RCA, tient à faire réagir ses joueurs dont les attitudes ne lui plaisent pas forcément ces derniers temps.

Quelle est votre analyse de ce match ?

On a joué 40 minutes. Notre première mi-temps est catastrophique, on fait n’importe quoi ! Le jeu au pied n’est pas bon, la montée défensive non plus, les espaces attaqués ne sont pas ceux que l’on avait définis, il n’y a pas de soutien. On avait dit de ne pas faire de fautes car on les savait très bons au pied, on fait des fautes qui leur offrent des points au pied. On bascule à la pause avec un déficit de 18 points. Qu’est-ce que l’on retient de la première période ? Laissez moi réfléchir… Bah rien !
On peut donc avoir des regrets car quand on joue une mi-temps, on rivalise. J’ai l’impression que c’est trop souvent le cas cette saison, on ne joue jamais un match entier. Là, on est tombé contre une équipe plus forte car ils n’ont pas fait d’erreurs, mais on a surtout mal joué. Parfois je me demande ce qu’ils (ses joueurs, ndlr) ont dans la tête… 

Le banc a vraiment apporté un plus

En deuxième période vous avez dominé : ça laisse encore plus de regrets ?

On les a fait souffrir en jouant et en appliquant un plan de jeu qui a bien fonctionné. Les mecs qui sont rentrés ont fait du boulot. Le banc a vraiment apporté un plus et a emmené le groupe dans la bonne dynamique. Mais quand tu accumules autant de retard, c’est compliqué de revenir. Je suis dégoûté car à la fin c’est encore une défaite. À  chaque fois on nous dit : vous jouez bien, vous n’allez pas descendre… Oui, mais en attendant, on perd. Donc à force, on va finir par être dans le mauvais wagon. J’en ai marre d’être l’équipe qui joue bien mais qui perd, j’aimerais bien que l’on joue dégueulasse mais que l’on gagne. L’important pour exister dans le championnat, c’est de prendre des points. On est la petite équipe qui vient de monter, sympa à jouer, qui envoie du jeu, qui met du volume mais qui fait trop souvent n’importe quoi. Mais c’est pas grave, on verra le match d’après. Moi j’en ai marre que ce ne soit pas grave ! C’est grave de ne pas faire ce qu’il faut sur le terrain. 

À la pause, le discours a été, j’imagine, musclé, avec notamment plusieurs changements…

Oui c’est exactement le terme : musclé ! Il y avait un changement de prévu avec la rentrée de Frion à la place de Bichari. Après, les autres on voulait du changement, car on se devait de réagir. On se devait de les mettre devant leurs responsabilités et comme ce sont des compétiteurs, ils réagissent. C’est comme des enfants, il faut les crier pour qu’ils fassent des choses bien ! La prochaine fois, je crierais dès le début s’il le faut, mais ce n’est pas mon truc. Après, s’il faut le faire pour que ça gagne, je le ferai. 

Comme expliquez-vous ces nombreuses fautes souvent évitables ?

On commet des fautes que l’on peut éviter je pense. Après, il faudra que j’analyse à la vidéo. On ne maîtrise pas toujours notre engagement ou on en met trop dans des zones où l’on ne doit pas en mettre autant. 

Quand on voit le début de seconde période, on se dit que ça aurait dû être votre entame de match ?

On avait un plan de jeu en début de match qui, je pense, était le bon mais on l’a très mal exécuté. En seconde période, on a bien exécuté le plan et ça a fonctionné. En première période, je ne pense pas que l’on avait une mauvaise stratégie mais on ne l’a pas bien appliquée. On avait analysé l’adversaire et on avait à cœur de ne pas leur donner de munitions. Mais on s’est complètement loupé en première période… 

Comment expliquez-vous cette impression de nonchalance par moments, en première mi-temps ?

C’est ça, on a eu de la nonchalance car on se dit : ça va aller… Donc on plaque à moitié, on ne fait pas l’effort à fond, on laisse rebondir le ballon. On se dit que si on n’est pas concentrés au maximum, ça va aller, mais non ! Je l’avais dit il y a quelques semaines que l’on pouvait faire plus en match et à l’entraînement. Visiblement, on ne l’a pas encore compris. Enfin pas tout le monde… La concurrence arrive, les blessés reviennent et je pense que certains devraient se bouger car ça va leur faire tout drôle. 

Certains ont failli et je veux une réaction, avec peut-être des mecs différents sur le terrain. 

Vous attendez, j’imagine, une réaction dès la semaine prochaine, de nouveau à la maison, face au Havre, le leader ?

J’attends 80 minutes et un vrai match d’hommes du début à la fin. On les avait prévenus que ça allait être un gros match face à une équipe qui a de très bons joueurs et ils (Le Rheu, ndlr) l’ont prouvé. Certains ont failli et je veux une réaction, avec peut-être des mecs différents sur le terrain. 

L’une des satisfactions, c’est la victoire de la réserve avec la manière contre son homologue du Rheu ?

Oui, c’est une grosse performance et la concurrence arrive… Cette nonchalance va disparaître. C’est ce que l’on avait la chance d’avoir l’année dernière, car on n’avait pas de blessure donc il y avait cette concurrence. Là, on va y arriver petit à petit et la réserve, qui a compris qu’elle était au niveau de son championnat, pousse. Les mecs vont s’entraîner encore plus et les joueurs de la réserve ne sont pas ceux qui sont les moins présents et les moins bons aux entraînements. Ils vont pousser à la porte, il y a des retours de blessures, ils ont donc intérêt à se bouger, tous, s’ils veulent leur place en A le dimanche. On va avoir de vrais choix à faire. 

Cette nonchalance va disparaître.

Pourquoi cette attitude pour certains ?

Je pense que c’est assez simple : quand tu es certain que tu vas jouer car il y a énormément d’absences, tu ne fais pas d’efforts à l’entraînement et ça se ressent le dimanche. Depuis le début de saison, on n’avait pas le choix sur les 40 mecs à mettre le dimanche. Maintenant ça va être le cas et il ne faudra plus se contenter du strict minimum, ce qui était le cas de certains car ils avaient une “place”.

Ce n’est pas aussi de la responsabilité du staff qui les a mis trop dans le confort ?

Peut-être… Après, on n’avait pas d’autre choix que d’aligner des mecs le week-end, on ne pouvait pas mettre d’autres personnes. Après, on leur met un kiné à disposition, des soins pour la récupération, je pense que c’est nécessaire et pas trop. Si certains ne prennent pas conscience des choses, il le payeront, je pense que ce sont des grands garçons et qu’ils sont capables de prendre d’eux-mêmes conscience des choses

Vous parliez des retours, il y en a eu plusieurs en première ligne : c’est une excellente nouvelle ?

Oui, car les mecs présents ont été performants mais on avait un manque de rotation avec de nombreux absents. Cela va amener de la concurrence et ça va être un casse-tête car on va devoir faire des choix mais je préfère ça. 

Il y a aussi eu le retour de Ruan Van Rensburg en réserve : c’est une très bonne nouvelle vu son début de saison ?

C’est un joueur extraordinaire et notre maître à jouer sur le début de saison. Il fait du bien à l’équipe, on devra faire une rotation à 3 avec nos internationaux. Je suis très content pour lui qu’il puisse revenir dans le groupe et jouer. Son retour ne peut nous faire que du bien.

Aurélien Finet
Crédit photo : Léandre Leber – Gazette Sports
Vous avez aimé l’article ? Soutenez Gazette Sports sur TIPEEE