AMIENS SC – Philippe Hinschberger : « Il faut respecter la compétition »

football ligue 2 bkt amiens sc le havre gazettesports kevin devigne 90
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que l’Amiens SC sort tout juste d’un non-match contre Le Havre, il faut enchaîner à Dunkerque vendredi soir.

Plus calme, mais toujours incisif, Philippe Hinschberger n’a pas pu ne pas revenir sur la match raté contre Le Havre au moment d’aborder le suivant. Un regard à froid surtout marqué par une « incompréhension ». Notamment parce que le coach amiénois, fort de la prestation à Caen, ne sentait pourtant pas son équipe démobilisée : « Mais le match de mardi m’a montré que si, on n’était pas formaté pour faire un match de foot, avec volonté ni d’attaquer ni de défendre dans le 2/3 les plus hauts, j’ai été surpris. »

S’il admet volontiers que « quand tu fixes un objectif et qu’il est atteint », il puisse y avoir « une certaine forme de décompression », il pointe tout particulièrement la prestation du Havre, également « détaché de toute pression » et qui « a pu faire son match avec normalité. » Une incompréhension d’ailleurs partagée, depuis le terrain, par Matthéo Xantippe : « On est tombé dans un faux-rythme, dans un non-match, sur le terrain, on n’arrivait pas à faire plus, on voulait, mais c’était très bizarre. »

Des changements à prévoir

Cette absence des Amiénois ne devrait dans tous les cas pas rester sans conséquences. Notamment au milieu et en attaque, secteurs plus particulièrement pointés du doigt par Philippe Hinschberger : « Tu peux rater des matchs mais pas passer au travers de manière collective, abandonner tes défenseurs contre des vagues, on s’en est bien sortis pendant une heure mais dès que tu es un peu moins bien derrière, ça donne le premier but, où on n’est pas exempts de tous reproches derrière, mais ils ont dû gérer seuls. » Pour autant, il ne sera pas forcément question de « tout révolutionner », notamment parce qu’il souhaite « différencier si on a raté son match parce que ça peut arriver ou si ce sont d’autres raisons, comme un manque d’implication. »

foot asc elielber gazettesports 11 09 2021 5870
Porté disparu depuis près de 5 mois, Adama Diakhaby ne pourra pas profiter de la faillite de mardi pour revenir en grâce et amener du sang neuf

Reste, reconnaît-il, que l’un des rares leviers dont il dispose pour changer les choses, c’est « le choix du groupe et des gens qui vont démarrer le match », quelque chose de pas si anodin, précise-t-il : « Le levier participation à la compétition dans une fin d’année, avec des fins de contrats, c’est quelque chose qui existe. » Un levier dont pourraient profiter plusieurs joueurs hors des feuilles de match récemment mais pas Adama Diakhaby, absent du groupe depuis novembre dernier mais forfait jusqu’à la fin de la saison du fait d’une contusion osseuse à un genou.

Respecter les adversaires, faire preuve d’orgueil

Pour le reste, « le levier principal, c’est le respect. » Le respect de l’institution, des supporters et du jeu, mais aussi de la compétition et des adversaires. « Je n’ai pas envie qu’on me regarde avec des gros yeux, j’aime bien être droit dans mes baskets et tranquille dans ma tête en ayant fait ce qu’il fallait, insiste en effet Philippe Hinschberger. C’est mon avis parce que je suis un professionnel et que je respecte les clubs. On joue des matchs avec des enjeux, là, on peut perdre, ça ne me dérange pas, mais il faut respecter la compétition. » Un point de vue auquel souscrit Matthéo Xantippe pour qui « on est un peu les arbitres » de cette fin de saison, avec des rencontres face à Dunkerque et Grenoble dans la lutte pour le maintien puis Paris et Auxerre dans celle pour la montée.

Un latéral gauche amiénois qui soulevait un autre levier pour permettre au groupe amiénois de faire mieux, « son orgueil ». En effet, après « un match qu’on n’a pas joué » et « beaucoup de frustration », se présente de suite « une chance de rebondir » et de prouver que « c’était un accident, qu’on doit rattraper. » Un état d’esprit en accord avec son entraîneur qui soupirait : « S’ils ne comprennent pas qu’il faut se reprendre, montrer autre chose… »

Si on est dans un état d’esprit comme mardi, on va se prendre une tartine.

Philippe Hinschberger

Un combat en perspective

Mais ce rebond, ce ne sera pas face à une équipe du ventre mou, aussi tranquille que l’ASC mais contre Dunkerque, certes sur 6 défaites consécutives mais jouant un match capital pour le maintien. De quoi faire dire à Philippe Hinschberger que « si on est dans un état d’esprit comme mardi, on va se prendre une tartine. » Poursuivant en arguant que « si tu ne veux pas sombrer, il faut te préparer à un match solide, costaud, avec de la générosité, de l’agressivité. On ne va pas là-bas pour faire de la figuration. »

Un constat partagé par son jeune piston gauche, qui affirme également que « si on n’a pas un minimum de répondant, on va se faire marcher dessus. » Il va donc « falloir être concernés, avoir un esprit de combattants » et se préparer à ce que ce ne soit « pas forcément un match avec un beau football ». Tout le monde attend une réaction, aux acteurs de nous la fournir, maintenant.


Ligue 2, 35ème journée

Vendredi 22 avril, 21h, Stade Marcel-Tribut : USL Dunkerque (19ème, 30 pts) – Amiens SC (11ème, 42 pts)


Morgan Chaumier
Crédit photos : Kevin Devigne – Gazette Sports