AMIENS SC : Un match pour « faire plaisir aux supporters » ou « tout sauf une partie de plaisir » ?

football ligue 2 amiens sc asc dijon gazettesports kevin devigne 56
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Trois jours après un nul à Caen, c’est un autre club normand, Le Havre, qui se déplace à la Licorne dans un match sans grand enjeu.

Comment faire pour ne pas être démobilisé lors d’une fin de saison où la montée est compromise et le maintien en poche ? L’Amiens SC n’avait pas su vraiment répondre à cette question la saison dernière avec une dernière ligne droite marquée par 7 points en 8 matchs. Philippe Hinschberger et Régis Gurtner ont pourtant des éléments de réponse.

Le premier et le plus simple, c’est le gardien amiénois qui l’apporte : « on a envie d’assurer mathématiquement notre maintien. » Il est vrai qu’avec 9 points d’avance sur le 18ème, c’est en bonne voie mais pas encore mathématiquement certain. L’autre idée, déjà abordée ces dernières semaines, derrière la tête de l’emblématique portier de l’ASC, c’est que « quand on finit bien une saison, on recommence généralement bien la suivante, donc c’est sur cet aspect qu’on doit insister pour bien finir cette saison » insistant sur le fait que, de son point de vue, « il n’y aura pas de démobilisation. »

Il n’y a rien de pire que de jouer au foot en tongs

Philippe Hinschberger

Au-delà de ça, le joueur et son coach continuent à se fixer des objectifs. Pour Philippe Hinschberger, c’est cette envie de compétiteur de toujours « prendre des points, gagner des matchs » qui le pousse à donner le cap des « 50 points ». Ainsi, explique-t-il, « on reste concentrés dans la préparation du match, en ce qui concerne les informations qu’on va donner sur l’adversaire, les rotations qu’il y a à faire sur cette courte semaine à trois matchs. C’est important de mobiliser du monde. » Car le pire serait « d’être en vacances trop tôt. » « Il n’y a rien de pire que de jouer au foot en tongs, en général, ça ne fonctionne pas bien », ironise-t-il ainsi en filant la métaphore. Pour Régis Gurtner, il y a la volonté de « faire plaisir à nos supporters pour les 2 matchs qu’il nous reste ici. » Mais la réception du Havre lui donne d’autres idées : « C’est le 6ème, donc il faut aussi avoir un peu d’ambition. On a envie de se rapprocher. »

Un match débridé ?

Car oui, pour la deuxième fois en trois jours, c’est le 6ème qu’affronte l’ASC, les deux équipes normandes ayant échangé leurs positions ce samedi. Un 6ème qui présente des caractéristiques différentes, cependant. D’une part parce que, contrairement à Caen (et Amiens), Le Havre a longtemps été dans le coup pour la montée avant de craquer, la faute à une « deuxième partie de saison où ils ont un parcours très cyclique : sur les 10 derniers matchs, ils ont 4 victoires et 6 défaites, ils restaient sur 4 défaites avant de gagner leurs deux derniers matchs. » Néanmoins, Philippe Hinschberger s’attend à une « équipe plutôt en confiance » car s’étant précisément « bien refait la cerise sur les deux derniers matchs. »

L’autre différence, c’est que « Caen est une équipe plus dure dans les impacts. Le Havre, il va falloir se méfier de leur milieu de terrain et de leurs attaquants. » Une raison pour voir une rencontre ouverte. Mais pas la seule, le contexte aidant bien également. « On a tous envie de bien finir la saison, on est à peu près sauvés, ils sont bien placés, on ne comprendrait pas qu’on fasse un match fermé. Ce sont des matchs qu’on a envie de gagner et plus 5-3 que 1-0, on veut des matchs un peu plus enlevés où les équipes réfléchissent un peu moins », espère ainsi l’entraîneur samarien.

Faire tourner pour limiter les risques

Attention toutefois à ne pas manquer de fraîcheur. Car « 3 matchs en 6 jours, c’est très dur » et parce qu’il y a « eu pas mal d’efforts faits à Caen, surtout qu’on finit à 10. Tolu (Arokodare, ndlr) est sorti avec des crampes. » Ainsi, s’il reste encore en partie « un peu hésitant », Philippe Hinschberger ouvre la porte à de la rotation : « Si tu as des joueurs frais et que ton équipe n’en pâtit pas, je ne vois pas pourquoi je ne les utiliserais pas. Les rotations, il ne faut pas non plus trop réfléchir, il y en a qui sont naturelles. »

football ligue 2 amiens sc asc dijon gazettesports kevin devigne 12
Les retours de Formose Mendy et Arnaud Lusamba dans le onze de départ sont attendus pour cette rencontre.

Au rang des rentrées dans l’équipe qui ne faisaient que peu de doutes, mais que le technicien picard a confirmé, Arnaud Lusamba. S’il explique sa présence sur le banc par la volonté d’avoir un Jessy Benet « plus un gratteur de ballons » derrière Bamba face à Caen, « c’est sûr qu’Arnaud sera sur le terrain ce mardi. » Autre retour, celui de Formose Mendy, qui remplacera numériquement dans le groupe Owen Gene, automatiquement suspendu après son rouge dans le Calvados. Et possiblement Nicholas Opoku sur le terrain, son coach admettant qu’il y a « un risque » à le faire enchaîner trop vite. Ce match pourrait aussi marquer le retour d’Aliou Badji, absent de la feuille de match à Caen pour raison disciplinaire. « Il a été puni, rien n’empêche qu’il revienne dans le groupe », expliquant ainsi Philippe Hinschberger.

Dans tous les cas, contrairement à ce que le contexte peut laisser imaginer, « ce sera tout sauf une partie de plaisir et si on est en vacances un peu trop tôt, ça ne va pas bien se passer. » Aux Amiénois de se souvenir de cette phrase et d’offrir un bel avant-dernier match à la maison à leurs supporters.


Ligue 2, 34ème journée

Mardi 19 avril, 20h, Stade Crédit Agricole La Licorne : Amiens SC (10ème, 42 pts) – Le Havre AC (6ème, 47 pts)


Morgan Chaumier
Crédit photos : Kevin Devigne – Gazette Sports