AMIENS SC – Philippe Hinschberger : « Ça rassure »

amiens sc vs us camon match amical 0050 leandre leber gazettesports
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Après une défaite inaugurale, l’Amiens SC vient d’enchaîner trois matchs amicaux sans perdre, avec un nul et deux victoires, la dernière, ce samedi, 2-1 contre Ostende. De quoi satisfaire Philippe Hinschberger.

On avait laissé le nouveau coach amiénois plus perplexe qu’en colère après une première rencontre qu’il aurait préféré ne pas disputer et dont il martelait qu’elle ne lui servait à rien dans la préparation de son équipe pour la saison à venir. Depuis, le déroulé des autres rencontres amicales lui a donné raison et auront eu de quoi convaincre les sceptiques. A commencer par la rencontre de ce samedi face à Ostende. Car si le score peut donner l’impression d’une rencontre serrée, les locaux ont globalement eu une grosse maîtrise sur la rencontre : « On a fait un bon match, globalement. Dommage même qu’on prenne un but à la fin parce que finalement, on ne mérite pas forcément. »

Mais au-delà du score, finalement anecdotique pour une telle rencontre, c’est sur le contenu que se focalisait le nouveau technicien picard, livrant sa philosophie de jeu, de mieux en mieux appliquée par ses hommes : « On essaie, autant qu’on peut le faire, de jouer au sol, de trouver des décalages, des intervalles, je pense que tout le monde se fait quand même plus plaisir que quand on balance le ballon. » Pour autant, et c’est une autre qualité de cette équipe qui se dessine, elle a les atouts pour ne pas rester enfermé dans une façon de se produire. Ainsi, évoquant le profil d’Arokodare, Philippe Hinschberger ajoutait : « On a un gros point de fixation. On a un point d’ancrage, on s’en sert. »

Un effectif qui se dessine

L’occasion pour lui aussi, plutôt que de revenir en détail sur les faits de cette rencontre, de faire le point sur l’effectif à sa disposition. Et là, aussi, la satisfaction était au rendez-vous. D’abord, en attaque, secteur sujet de toutes les attentes, avec un trio Diakhaby-Arokodare-Akolo qui « part avec un temps d’avance » mais dans lequel le coach amiénois a confirmé que devrait arriver une solution supplémentaire en la personne d’Aliou Badji.

chadrac akolo
Chadrac Akolo semble convaincre son nouvel entraîneur qu’il peut avoir sa place dans la ligne offensive titulaire

Ensuite au milieu avec, malgré le départ d’Alexis Blin, un attelage « complémentaire avec un Lachuer (sortie à la mi-temps sur une gêne à la cuisse, ndlr) qui nous sécurise ». Et là encore du choix, « quand on voit la mi-temps de Traoré, c’est pas mal non plus ! » se réjouissait ainsi un Philippe Hinschberger, pas du tout surpris par le niveau affiché par le jeune milieu lancé il y a 3 ans par Pélissier.

Enfin, avec une défense avec plus de choix que prévu. Ainsi, le coach picard notait la « nette progression » de Xantippe à gauche et le bon match d’Assogba de l’autre côté. Mais surtout, alors que la blessure d’Opoku semblait acter la nécessité d’un recrutement en défense centrale, celle-ci était nuancée : « Lomotey se comporte en patron de défense, autour de lui, que ce soit Monzango, Mendy ou Gendrey, on a du monde. Avant de prendre des gens, on regarde ce qu’on a à notre disposition, ça me semble plus intéressant. »

Plus que 15 jours avant la reprise du championnat

C’est donc avec quelques certitudes, inexistantes après la rencontre face à Camon, que l’Amiens SC aborde la dernière ligne droite avant la reprise du championnat : « On a moins d’anomalie qu’on a pu en avoir. Ça rassure. On avance. » D’ici là, il va y « avoir une bonne semaine sans match, on va pouvoir mettre un peu la sauce (sic) » avant un dernier match amical contre l’Union Saint-Gilloise samedi prochain et une dernière semaine qui « servira à affiner, à prendre confiance. »

Quant à se projeter dans 15 jours, Philippe Hinschberger s’avance sur au moins deux choses : il n’y aura pas de défenseur central recruté d’ici là et il ne faudra pas compter sur une association Arokodare-Badji devant (« je ne vois pas comment dans 15 jours on pourra jouer avec ces deux attaquants parce qu’ils ne seront pas prêts à jouer ensemble« ). Si le travail est en bonne voie, ce sont pour le moment les seules certitudes. Tout le reste n’est que progression, qu’il faudra valider sur le début de saison.


Morgan Chaumier

Crédit photo : Léandre Leber – Gazettesports