BASKET-BALL – Serge Tristram : « Ca permet d’enfin pouvoir se tourner sur la suite et d’entériner la chose »

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que la FFBB a enfin tranché et annoncé une saison blanche, Serge Tristram président de l’ESCLAMS qui militait pour cela depuis plusieurs semaines revient sur cette décision et évoque l’avenir de son club.

J’imagine que cette décision est logique pour vous et représente un soulagement ?

Oui, c’est un soulagement car ça permet d’enfin pouvoir se tourner sur la suite et d’entériner la chose mais on connaît l’issue depuis un moment déjà. Ce que je regrette c’est que cette décision qui est justifiée soit aussi tardive. En étant raisonnable on le savait que ça ne pouvait pas reprendre mais la fédération a voulu s’accrocher à une hypothétique reprise qui était impossible. C’est une seconde saison blanche, pour l’équipe première c’est embêtant mais pas grave. Pour le reste du club un peu plus car ce sont presque deux saisons sans avoir accès au basket. 

Craignez-vous une perte de licenciés pour l’année prochaine ? 

Le basket est un sport collectif et le fait d’être éloigné aussi longtemps des terrains fait que l’on décroche de l’équipe et que l’on perd l’état d’esprit, l’harmonie qui a été créée. Il y a un risque majeur de décrochage chez les jeunes même si les mordus de basket vont revenir sans soucis. On a déjà perdu des licenciés l’année dernière et il ne faudrait pas que ce soit encore le cas cette saison. 

Il y a un risque majeur de décrochage chez les jeunes

Après presque deux années sans compétition, il y a pour vous un vrai risque de perte de niveau chez les jeunes ? 

Forcément, il va y avoir du retard et pour certains, qui vont changer de catégorie, cela peut devenir compliqué. Pour les plus jeunes, il y a aussi un risque d’avoir perdu les bases et de devoir reprendre presque tout à zéro. Certains ont pu continuer à toucher les ballons en extérieur sur les différents terrains publics que compte la métropole ou même dans certains clubs. Malheureusement à l’ESCLAMS nous n’avons pas cette possibilité mais on y travaille avec la mairie de Longueau, pour pouvoir disposer des paniers extérieurs du collège qui se trouve derrière la salle Georges Pellerin. 

Espérez-vous une reprise avant les vacances d’été, notamment pour les plus jeunes ? 

On est déjà mi-avril, les plus optimistes parlent d’une reprise “à la normale “ vers la mi-mai, c’est donc pour moi presque impossible que l’on puisse reprendre en salle avant la saison prochaine. Après si on en a la possibilité on le fera sans problème, mais pour moi la reprise va se faire dans un premier temps en extérieur, d’où la nécessité de pouvoir obtenir un terrain extérieur pour accueillir nos jeunes joueurs avant la fin de saison. C’est primordial pour leur permettre de retoucher le ballon mais aussi en vue de l’année prochaine. 

D’un point de vue économique, comment se trouve le club après cette nouvelle saison blanche ?

On a un budget qui est en partie basé sur nos activités annexes et cette saison, encore une fois, nous n’avons pas pu en réaliser. C’est une énorme perte financière pour le club. On a perdu des licences, c’est un fléau qui touche presque tous les clubs avec une moyenne de 30% de perte. Sur une licence à environ 150€, ça représente un certain coup même si sur ce prix, la moitié va à la FFBB. C’est donc une ressource importante pour le club et un manque à gagner. Sur 25000 à 30000 euros de licences ce sont 5000 à 6000 euros en moins cette saison.  Et il faut imaginer ce que l’on va faire sur le prix des licences l’année prochaine car les jeunes n’ont pas joué, en sachant que derrière pour le moment on n’a pas de restitution majeure de la part de la FFBB. Il faut ajouter à cela une perte de sponsors conséquente et logique vu la conjoncture, reste à savoir si cela va se confirmer l’année prochaine. On est sur un manque à gagner de 10000 à 15000 euros. C’est donc plusieurs incertitudes qui font qu’aujourd’hui on ne sait pas quel sera notre budget pour faire vivre le club et l’équipe première. 

Cela remet-il en question l’engagement du club en NM2 pour la saison prochaine ?

Non, on va repartir l’année prochaine car c’est important pour le club. La NM2 c’est notre vitrine et ce qui amène les partenaires privés, qui par leurs investissements financent nos activités. Aujourd’hui on a renouvelé le staff avec Thomas Giorguitti, Sala Koné et Liam Michel qui reste salarié du club, après, pour le moment, on ne sait pas encore quel sera le budget accordé à ce staff pour construire l’équipe. Il va falloir que Thomas et son staff soient malins dans le recrutement, mais on a vu l’année dernière qu’ils ont su créer une belle équipe et on espère que ce sera encore le cas cette saison. On leur fait confiance et c’est pour cela que l’on a prolongé l’aventure avec eux. 

Il va falloir que Thomas et son staff soient malins dans le recrutement

L’objectif est donc de poursuivre dans la continuité ? 

Oui cela nous a un peu manqué ces dernières saisons et l’on veut s’appuyer sur le bon travail accompli l’année dernière. On veut construire autour d’un noyau dur à l’image d’un joueur comme Adnane Odouala au club depuis plusieurs années qui représente parfaitement les valeurs du club, ou des joueurs d’expérience comme Yohan Duboc. On sait que l’on n’a pas les moyens de recruter 5-6 joueurs majeurs de NM2, on va donc poursuivre dans ce qui est notre ADN, c’est-à-dire faire venir des jeunes à fort potentiel à l’image de Mario Tonji l’année dernière ou encore Tom Nicolas et Luc Lombardy. Si l’on peut servir de vitrine pour ces jeunes joueurs ce n’est pas un problème au contraire, c’est du gagnant-gagnant. Avec un mélange de jeunes prometteurs et de joueurs d’expériences on peut, malgré un petit budget, viser le maintien, voire le milieu de tableau où l’on veut s’installer durablement dans les saisons à venir. 

L’objectif sera donc d’aller enfin chercher un maintien sur le terrain ?

Oui, on n’a pas encore eu cette occasion depuis notre montée en NM2. On a vécu deux premières saisons galères, la troisième avait bien mieux démarré mais elle n’a pas pu aller au bout, c’est dommage. On veut poursuivre sur cette lancée, on apprend chaque année de nos erreurs et de ce qui fonctionne. On progresse d’année en année et l’objectif est de s’installer durablement en NM2, et à terme, d’alimenter l’équipe première avec des jeunes du club ou de la région. 

L’objectif est de s’installer durablement en NM2

Quelles sont les priorités du club dans les semaines à venir ? 

Notre priorité est de ramener du monde au club et de retrouver l’ensemble de nos licenciés pour leur donner envie de continuer. Mais aussi éviter une nouvelle perte de licenciés et pouvoir préparer sereinement l’année prochaine. Ensuite on a pour objectif d’aborder la saison prochaine en NM2 avec une équipe la plus compétitive possible.



Aurélien Finet

Crédit Photo : Léandre Leber et Reynals Valleron – Gazettesports