BASKET-BALL – Yoan Duboc : « Je suis fier d’être le capitaine de cette équipe »

Basketball Esclams Vs Fougeres (reynald Valleron) (51)
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Arrivé cet été en provenance de Fougères, Yoan Duboc, capitaine de la GreenTeam, a évoqué le très bon début de saison de son club et ses débuts sous sa nouvelle tunique.

Comment jugez-vous votre adaptation ? 

C’était assez spécial de quitter un club après 8 années là-bas, mais Longueau est un club familial comme Fougères, je n’ai donc pas été très perturbé. Quand je suis venu faire les visites d’appartement, le président est venu m’accueillir, on a même mangé ensemble et lors de mon emménagement des bénévoles sont venus m’aider. Mon adaptation a donc été top en sachant que je connaissais déjà le coach depuis un moment. 

Le groupe a été rebâtis presque à 100%, pourtant l’alchimie a pris rapidement. Comment l’expliquez-vous  ? 

C’était le souhait du coach de prendre des joueurs humainement correct et surtout capable de bien vivre ensemble avant tout. Le but était d’éviter les couacs des années précédentes où il y avait de très bons joueurs mais pas vraiment d’alchimie entre eux malheureusement. On a une équipe assez jeune qui s’entend très bien, on passe énormément de temps ensemble car on s’entraîne presque deux fois par jour. On peut dire que l’on est une vraie bande de potes qui kiff (sic) et prend du plaisir, le tout en s’entraînant dur et sérieusement au quotidien. 

Les bons résultats ont forcément aidé à tout ça ? 

Oui, quand tu gagnes, c’est toujours plus facile de s’entendre. Si l’on avait commencé par 4 défaites, je ne suis pas certain que l’ambiance serait aussi bonne, même si on s’entend bien. On reste actuellement sur deux défaites donc il y a un peu plus de tensions car tout le monde est déçu mais l’ambiance reste bonne et on continue de travailler sérieusement. 

Les résultats sont le reflet de nos efforts

Êtes-vous surpris par votre début de saison surtout au vu de votre calendrier ? 

Oui et non. C’est vrai que quand une équipe est remaniée à 80%, on ne s’attend pas vraiment à ce que ça prenne aussi rapidement et à faire un tel début de saison. Après on travaille très dur au quotidien, on se donne à fond et les résultats sont le reflet de nos efforts. Le scénario des matchs contre Calais et Cergy nous a permis de vraiment prendre confiance en nos qualités et de prouver que l’on est une vraie équipe. On n’est donc pas étonné, mais c’est vrai que le début de saison et un peu au-dessus de nos attentes. 

Vous restez sur deux défaites qui ont coupé un peu votre élan. Cela vous fait-il un peu douter ? 

Non, on ne doute pas. Après on voulait savoir si l’on été capable de rebondir après ces deux défaites et surtout celle de Loon-Plage mais l’arrêt du championnat ne nous l’a pas permis. Notre objectif reste de faire mieux que la saison dernière et d’obtenir notre maintien sur le terrain avec une équipe qui reste très jeune. Notre défaite contre Berck qui est un monstre de la poule n’est pas illogique et surtout on perd de peu. Ensuite contre Loon-Plage on est passé complètement à côté, donc cela n’a pas vraiment ébranlé. On sait le niveau que l’on a et les individualités que l’on possède. On s’attendait forcément à perdre à un moment, même si l’on aurait aimé poursuivre notre invincibilité plus longtemps. 

L’interruption n’arrive pas vraiment au bon moment pour vous ? 

Honnêtement, pour le moment on ne se pose pas vraiment la question car dans cette période le basket passe un peu au second plan. Le plus important c’est de passer cette période difficile. Après on sait que l’on va avoir l’occasion de se rattraper, on ne sait juste pas quand et dans quelles conditions. On aurait aimé finir sur une victoire, ce n’est pas le cas. On va être confiné un mois, à nous d’en profiter pour soigner les bobos et discuter de ce qui a été ou non dans ce début de saison. 

Comment faire pour rester prêt physiquement et s’occuper quand à la base vos journées sont dictées par le basket ? 

Lors du premier confinement j’avais fait énormément d’effort pour faire du sport et manger équilibrée. Après je pense que le coach va nous fournir un programme mais ce sera surtout au bon vouloir de chacun de se prendre en main et de ne pas revenir en trop grande méforme. Il faudra être prêt car on aura très peu de temps pour se remettre en route avant la compétition. Après on va s’occuper comme on peut un peu comme tout le monde. 

Vous êtes le capitaine de l’équipe, c’est un rôle qui vous tient à coeur ? 

J’ai toujours aimé parlé que ce soit sur ou en dehors du terrain. Aujourd’hui je fais partie des anciens avec Aurélien Gavrel et c’est à nous de montrer l’exemple de par notre expérience. Je vais avoir 29 ans, j’ai connu plusieurs années en NM2 et c’est important de transmettre mon vécu dans une équipe très jeune. Ce qui est bien c’est que la nouvelle génération c’est un peu “moi-je” et ‘j’ai un peu la grosse tête”, et ce n’est pas le cas de nos jeunes qui sont très à l’écoute du coach ou moi car en tant que capitaine et joueurs d’expérience j’ai un peu plus de parole que certains. C’est un rôle qui me convient bien et gagner des matchs me fait encore plus plaisir en tant que capitaine. Je suis fier d’être le capitaine de cette équipe. 

Mon rôle est différent cette année

À titre personnel, vous réalisez un très bon début de saison. Comment le jugez-vous ? 

Mon rôle est différent cette année, j’avais plus un rôle de créateur et de défenseur à Fougères. Là j’ai plus de responsabilités donc forcément j’ai plus d’occasions de scorer. Je suis plutôt performant dans ce domaine depuis le début de saison et c’est toujours gratifiant d’être le meilleur marqueur de l’équipe et même de la poule. C’est un sport collectif, mais les statistiques individuelles comptent aussi beaucoup dans le basket. Ce qui fait plaisir c’est que pour cela je n’ai pas forcé et je profite du bon travail de l’équipe et du fait que le ballon circule bien. La confiance du coach et de mes coéquipiers m’aide énormément. 

Être un leader, c’est aussi prendre ses responsabilités dans les moments chauds comme vous le faites depuis le début de saison ? 

Pour le moment quand j’ai pris mes responsabilités en fin de match cela a plutôt bien fonctionné donc tant mieux. Comme tout basketteur, on a envie dans les moments chauds d’être décisif mais il faut savoir ne pas forcer dans ces moments-là. Depuis le début de saison on a su donner le ballon au joueur le plus chaud dans les bons moments et c’est ça aussi qui nous a permis de nous imposer aussi souvent dans le money-time. 

Notre objectif reste le maintien

Quand on voit ce que vous produisez et votre marge de progression, on peut penser à autre chose que le maintien ? 

Notre objectif reste le maintien, il n’y a pas de doute là-dessus mais après on reste des compétiteurs et on a envie de rester le plus haut possible. On va essayer d’obtenir le maintien le plus tôt possible et une fois acquis ce sera du bonus. On veut faire le meilleur résultat possible et remporter le plus de matchs. Si on peut finir dans les 3 premiers on ne va surtout pas s’en priver. On a une série de matchs contre des équipes qui jouent le maintien, ce sera forcément différent des matchs que l’on a joué contre Berck ou Loon-Plage par exemple. Ça va être des rencontres compliquées car l’on aura en face des équipes qui jouent leur survie et qui vont n’avoir rien à perdre. C’est là qu’il faudra être encore plus concentré pour pouvoir s’imposer et fructifier notre début de saison. 

N’avez-vous pas peur que votre façon d’appréhender les matchs change après ce début de saison et le fait que vous soyez “favoris” sur certains matchs ?

Bien évidemment, c’est humain de se relâcher un peu quand on est favoris mais si l’on veut espérer quelque chose il faudra être capable de jouer tous les matchs jusqu’au bout à 100% et s’il faut mettre 40 points à une équipe il faudra le faire. On reste une “petite équipe” avec  du cœur. Depuis que l’on a gagné, notre statut a changé par rapport aux autres équipes et cela change forcément la donne. Mais nous nous devons de continuer à appréhender les matchs de la même manière. 



Aurélien Finet

Crédit Photo : Léandre Leber et Reynald Valleron – Gazettesports