FOOTBALL : À quoi doit s’attendre l’ASC pour son retour en L2 ?

Amiens Sc Vs Montpellier 0001 Leandre Leber Gazettesports
Ⓒ Gazette Sports

Journaliste au sein de MaLigue2, site de référence sur le championnat de seconde division française, Dorian Waymel nous a éclairé sur ce à quoi pouvait s’attendre l’Amiens SC pour la saison à venir.

Bonjour Dorian, comment vois-tu la saison de Ligue 2 à venir ?

Justement on en discutait ensemble sur MaLigue 2, et on se disait que cette saison allait être encore plus ouverte que les précédentes. Là on est à moins d’un mois de la reprise, et c’est vraiment difficile de dégager de vrais favoris pour les deux premières places. Il y avait Lorient et Lens la saison dernière, qui ont quand même assumé leur statut. Mais cette saison, franchement c’est très compliqué de dégager un vrai favori. Que ce soit Toulouse ou Amiens, vu les conditions de la descente, ça me paraît compliqué de les mettre favoris. Il va falloir digérer, surtout pour Amiens qui a fait de nombreux recours, et qui se sent, à juste titre selon moi, victime d’une injustice. Il va falloir repartir sur un tout nouveau projet pour la Ligue 2.
Je pense que cette année on va vraiment avoir un championnat très ouvert et très homogène.

Je pense que cette année on va vraiment avoir un championnat très ouvert et très homogène.

L’effectif de l’Amiens SC est encore loin d’être construit, est-ce inquiétant alors que la reprise approche ?

Par expérience, je dirais que ce n’est pas très grave en Ligue 2, même si c’est toujours mieux d’être en avance pour le recrutement, d’autant qu’il y a déjà des équipes qui ont beaucoup recruté. Mais c’est toujours compliqué pour un club qui descend en Ligue 2. En général tu as 50% de ton effectif qui veut changer de club, des joueurs qui veulent changer d’air après une descente. Du coup, pour les relégués, c’est toujours difficile d’avoir un effectif construit pour la reprise.
Là ce n’est pas dramatique de ne pas être au complet actuellement, mais c’est sûr que c’est dommage de faire des stages avec des joueurs qui vont sans doute partir par la suite. Et à contrario, tu vas accueillir des joueurs par la suite qui n’auront pas vécu ça et qui ne seront pas intégrés totalement au groupe.
Et en Ligue 2, au-delà du talent individuel des joueurs, c’est surtout avoir un groupe très fort qui fait la différence. Donc c’est vrai qu’Amiens sera peut-être un peu en retard sur ce point, mais c’est vrai aussi que l’alchimie peut se créer par la suite. Et de toute façon il y a une première trêve début septembre, donc c’est à ce moment là où il faudra avoir son effectif à 95% complet, pour créer une nouvelle cohésion.

Que penses-tu de l’arrivée d’Oswald Tanchot à Amiens ?

Ça me rassure pour Amiens. C’est quand même un entraîneur qui a vécu trois saisons et demie à la tête du Havre. Là il arrive en tant qu’adjoint, mais pour moi c’est presque un numéro 1 bis. Car Tanchot ce n’est pas un petit nouveau, c’est un mec très expérimenté, qui a déjà failli vivre une montée avec Le Havre, qui a déjà joué les play-offs et qui connait par cœur la Ligue 2. Donc je pense qu’il va vraiment aider Luka Elsner.

Football Ligue 1 Amiens Sc Vs Marseille Luka Elsner 0001 Leandre Leber Gazettesports 1024x683
Cette saison, Luka Elsner sera accompagné sur le banc par Oswald Tanchot, un habitué de la Ligue 2

Les Picards doivent-ils s’attendre à un championnat différent d’il y a quatre ans ?

Oui ça a changé. Si je me souviens bien, l’année où Amiens monte, c’est en compagnie de Strasbourg, donc deux clubs issus de National. Et ça avait été une constante durant quelques années, là ça fait deux trois ans que ce n’est plus le cas. Les promus, soit ils se maintiennent soit ils redescendent tout de suite. C’est paradoxal, car c’est ouvert mais il y a tout de même deux championnats : une dizaine d’équipes qui peuvent se mêler au TOP 5 et une autre dizaine d’équipes qui vont jouer le maintien.
Les choses sont aussi beaucoup plus structurées, et on le voit aussi avec les coachs. Sur les bancs tu as Le Guen, René Girard, ça prouve aussi que les clubs franchissent des caps. On a des équipes qui sont beaucoup plus préparées à la Ligue 2 qu’avant. Pour Amiens, il va vite falloir se remettre dans le bain.

On a des équipes qui sont beaucoup plus préparées à la Ligue 2 qu’avant. Pour Amiens il va vite falloir se remettre dans le bain.

D’autant que le statut d’Amiens a changé, de celui de « surprise » il y a quatre ans, le club sera aujourd’hui attendu car venant de Ligue 1…

Quand tu es un club qui descend de Ligue 1, tu as une étiquette, un nouveau statut. Quand ils sont montés il y a quatre ans personne ne s’y attendait, même pas eux je pense, le club n’était pas programmé pour monter. Là au contraire, l’ambition est affichée : c’est de vite remonter. Quand tu as goûté à la Ligue 1 tu as envie d’y retourner. Ils ont une étiquette différente d’il y a quatre ans, qui va être beaucoup plus difficile à assumer.

Lors de sa montée en Ligue 1, lors de la saison 2016-2017, l’ASC avait véritablement créé la surprise

Aujourd’hui, et d’après ce que tu observes, vois-tu un style de jeu propre à la Ligue 2 ?

C’est vraiment hétérogène. Il y a des équipes qui jouent vraiment très bien au ballon comme Clermont, et des clubs comme Chambly qui ont des moyens un peu plus limitéw avec un profil plus défensif, mais tout aussi dangereux avec un jeu de transition. Chaque semaine on dit que c’est un nouveau combat en Ligue 2. Il n’y a pas une formule type dans ce championnat. Après, quand Amiens était en Ligue 2, je dirais que c’était un championnat un peu plus physique. Il y a un peu plus d’équipes qui jouent aujourd’hui. Mais pour moi le maître mot en Ligue 2, c’est de savoir s’adapter et d’être capable de surprendre l’adversaire.

Il te semble essentiel de recruter un joueur d’expérience, que l’on peut qualifier de « vieux briscard » ?

C’est sûr, mais pour moi il ne faut pas se tromper sur le profil, c’est hyper important. Si tu te retrouves avec un mec d’une trentaine d’années qui n’a pas beaucoup de temps de jeu car il y a de la concurrence, et qui plombe un peu le vestiaire, ça devient problématique !
Il faut réussir à trouver un vrai leader, un gars qui va accompagner les jeunes, qui donne tout sur le terrain et qui garde un esprit positif même s’il joue moins. Pour moi c’est essentiel d’avoir des joueurs qui connaissent la Ligue 2, si tu arrives à en avoir au moins un en défense et au milieu de terrain, c’est très bien. Je pense que la meilleure nouvelle pour Amiens c’est d’avoir gardé Regis Gurtner dans les buts. Mais il faudrait un défenseur central et un six devant la défense, pour moi c’est quasiment indispensable.

Quand tu vois le profil du club c’est sûr que tu dois jouer la première partie de tableau

Pour terminer, où places-tu les Amiénois pour la saison à venir ?

Je ne les place pas parmi les favoris. Ça va beaucoup dépendre du recrutement qui va être fait. Du fait qu’Amiens descende de Ligue 1 on les attend un peu plus haut. Mais par exemple, la saison dernière, Caen a fini en deuxième partie de tableau et pourtant ils avaient un meilleur effectif qu’Amiens. Quand tu commences mal, et que tu n’a pas pris le bon wagon après dix journées, tu peux vite passer une mauvaise saison.
Pour Amiens et Toulouse il est difficile de se prononcer aujourd’hui car les effectifs vont encore bouger à 50%. Tant que tu n’as pas ton effectif stable c’est très difficile pour l’entraîneur de travailler des choses. Après quand tu vois le profil du club c’est sûr que tu dois jouer la première partie de tableau.



Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédit photo Roland Sauval / Leandre Leber Gazettesports.fr