LES GOTHIQUES : Mario Richer : « Il n’y a que des points positifs »

Continental Cup Gothiques Vs Ferencvaros Kevin Devigne 74
Ⓒ Gazette Sports

De retour à Amiens après la Continental Cup, Mario Richer est revenu pour nous sur cette belle compétition et sur ce que cela va apporter à ses joueurs pour la suite. Il nous a également annoncé la fin de l’accord avec Simon Mattsson.

Mario Richer, qu’est ce vous retenez de cette expérience Continental Cup ?

On retient que c’est beaucoup d’expérience pour les joueurs, c’était un beau challenge, on a joué contre des très bonnes équipes. En résumé il fallait gagner le match contre les Danois, parce que la grosse équipe c’était vraiment Nottingham. Les Anglais se sont fait peur en mettant le deuxième gardien face à Ferencvaros, et ils se sont fait avoir sur ce match. C’était un mauvais calcul de leur part, ils auraient pu clôturer le tournoi après deux matchs, ce qu’ils n’ont pas fait. Mais pour nous c’est une bonne expérience, on ne s’est pas fait dominer, on a été intenses, on a été comme on veut l’être, sauf que l’on a pas eu la qualification espérée.

Continental Cup Gothiques Vs Ferencvaros Kevin Devigne 127
Les hommes de Mario Richer avaient fait retentir la marseillaise grâce à leur succès 5-1 face à Ferencvaros

Vous avez quand même rivalisé avec chacune des équipes

Oui tout à fait, on a compétitionner contre eux, on n’a pas à rougir, nos performances étaient corrects.

Vous ressortez exclusivement du positif de cette expérience ?

Il n’y a que des points positifs, même si on a joué trois matchs en trois jours, on a bien vu qu’au dernier match nous étions plus en forme que les Hongrois. Pourtant c’était une équipe qui patinait beaucoup et qui était très intense mais on a réussi à être plus en forme qu’eux, donc c’est un point positif. On avait travaillé beaucoup la semaine d’avant sur la forme, ça s’est vu à Angers où il y a des choses que l’on a moins bien faite, mais on avait un bagage d’entraînement pour la Continental Cup. On va continuer là-dessus, récupérer, et être prêts pour les prochains matchs, parce que là on enchaîne.

Les cinq jours passés ensemble sont également bons pour l’équipe…

Oui c’était bon pour la cohésion. Ce qui était bien aussi c’était le fait de se rassembler après les deux défaites et de ne pas abandonner. Ça aurait été facile d’abandonner, mais on a continué, on s’est présentés pour le match, le défi c’était de gagner par quatre buts d’écarts, et on l’a fait. On a tout fait pour avoir une chance de se qualifier, mais les Danois ont décidé que c’était fini en mettant leur deuxième gardien. Eux n’avaient rien à gagner, victoire ou défaite ne changeait rien pour eux, mais pour nous ça changeait tout…

C’est un rythme fou mais on ne parlera pas de fatigue, ce n’est pas un mot; c’est une expérience.

Pas le temps de souffler pour votre équipe qui doit désormais jouer quatre matchs en sept jours…

Oui c’est un rythme fou mais on ne parlera pas de fatigue, ce n’est pas un mot; c’est une expérience. Il va y avoir beaucoup de route, on a déjà été à Angers avant la Continental Cup, ensuite il y a eu les trois matchs européens, mais c’est de l’expérience au niveau hockey, c’est un bagage physique qu’on doit assimiler, ça va être bon pour le futur, pour les play-offs.

Il n’y a pas de risque de décompression après une telle compétition ?

Non je ne pense pas, les gars sont sérieux, ce sont des professionnels. Hier on a voyagé et la décompression s’est faite dimanche soir.

Aujourd’hui la période amiénoise de Simon Mattsson a pris fin ?

Oui, l’accord avec Simon c’était qu’il venait avec nous à Angers et pour la Continental Cup. C’était une période de 15 jours comme la loi française l’autorise, pour palier aux absences de Joey West et Spencer Edwards. Il nous a bien aidés et on le remercie de ses services.

Vous vous remettez en quête d’un autre joueur ?

Il y a toujours des possibilités, mais pour l’instant on va attendre, c’est toujours une question de budget. Et on attend aussi de voir pour les retours de Spencer Edwards et de Joey West, en attendant ça va permettre à nos jeunes joueurs de jouer.

Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédits photos Kevin Devigne Gazettesports.fr