LES GOTHIQUES : En Normandie pour relancer la machine

hockey sur glace gothiques amiens dragons rouen j11 gazettesports kevin devigne 36
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Cinq jours après sa dernière défaite en championnat, contre le leader, c’est à Rouen, dauphin de la ligue Magnus, qu’Amiens veut renouer avec la victoire.

Suite à la déconvenue à Gap mardi dernier (6-1), qui a écarté toute chance de soulever une troisième coupe de France, le coach des Gothiques admet que ses joueurs sont « passés à côté de leur match. » Pour expliquer cette défaite, Anthony Mortas estime « qu’il y a beaucoup de choses qui entrent en ligne de compte, mais il y a le fait de prendre énormément de prisons qui frustrent. Donc on s’énerve après l’arbitre, on s’énerve après nous et puis on rentre dans un cercle vicieux très négatif. Ce sont des choses qu’il faut améliorer au niveau cérébral. Il y a plein de choses qui peuvent se passer dans un match, mais nous, on se doit de contrôler les choses qu’on peut contrôler, notre niveau de jeu. À Gap, on a fait énormément de mauvaises passes, qui étaient pourtant simples. »

Alors que les attentes étaient fortes sur l’aventure en coupe de France, pour se racheter d’un début de saison chaotique, les Amiénois enchaînent en se déplaçant à Rouen ce vendredi : « La coupe, on n’en parle plus, on se concentre sur le championnat » nous a confié le technicien samarien.

L’ambiance du derby pour créer la surprise

Pour ne pas subir un cinquième revers de suite, toutes compétitions confondues, les Gothiques devront réaliser une prestation quasi-parfaite chez des Rouennais qui ne sont qu’à trois petits points du leader grenoblois. En Normandie, la rencontre se jouera à guichets fermés, ce qui confirme que le derby des plaines recèle « une ambiance différente, puisque c’est LE gros derby ! Ce sont les matchs qui sont peut-être pour nous, les coachs, les plus simples à préparer. Parce qu’il y a une petite saveur particulière contre Rouen. On l’a vécu ici avec le match qui s’est terminé à 5-6. Tout le monde se lâche, ça joue vraiment ! Ce sont des bons matchs à jouer pour les joueurs, des bonnes sensations. »

Pour aborder ce déplacement périlleux, il va falloir oublier une période « pas simple, mais il y a des saisons comme ça, où c’est un peu plus dur que ce que l’on avait prévu. Comme dans la vie, dans le sport aussi il y a des moments plus difficiles. Il faut savoir faire le dos rond et continuer à travailler, continuer à rester un groupe uni. »

Avec 31,33% de réussite en supériorité numérique, juste devant Amiens qui se situe au pied du podium, Rouen peut s’avérer être un vrai danger pour le jeune gardien Victor Bodin. Pour ça, « on a regardé avec Éric (Medeiros l’assistant coach, ndlr) : quand on prend moins de dix minutes de pénalité, souvent on gagne les matchs. Ce sont des stats implacables ! C’est à nous d’être concentrés et de faire un peu plus d’efforts plutôt que d’accrocher. Quand on prend un coup, de ne pas remettre un second coup. Il va falloir être hyper disciplinés et respecter le plan de match. »

hockey ligue magnus gothiques bruleurs de loups grenoble gazettesports kevin devigne 042
Titulaire ces cinq derniers matchs pour pallier la blessure de Buysse, Victor Bodin sera de nouveau dans les cages amiénoises à Rouen.

Le club a fait part des dernières nouvelles concernant l’infirmerie. C’est donc sans Henri-Corentin Buysse, qui devrait être de retour après la trêve, que les Samariens se déplacent à L’Île-Lacroix. Romain Bault et Aziz Baazzi sont eux aussi toujours indisponibles, pendant encore quatre semaines minimum pour le premier. Un casse-tête pour le duo de coachs qui se voit amputé de deux JFL pour composer un effectif qui ne doit pas dépasser la limite d’étrangers. Mardi, Tuukka Rajamaki et Jonathan Desbiens étaient les joueurs mis au repos.

J’espère que les supporters ne nous lâcheront pas, car nous, on ne lâchera pas

Anthony Mortas

Suite aux réactions des supporters lors des défaites successives, nous avons par ailleurs interrogé l’entraîneur : « Je suis agréablement surpris par les supporters, même si, une fois, ils ont fait preuve de leur mécontentement, je trouvais ça normal. Continuez à nous soutenir, on voit que la patinoire est pleine à chaque match et ça, c’est incroyable ! Les joueurs le ressentent et s’aperçoivent de ça. Ça a tourné pendant un moment, on revient dans une spirale négative mais on va revenir et j’espère que les supporters ne nous lâcheront pas, car nous, on ne lâchera pas. »

Ligue Magnus – J21
Vendredi 2 décembre, 20h, patinoire de l’Île Lacroix : Dragons de Rouen (2èmes, 42 pts) – Gothiques d’Amiens (8èmes, 24 pts)

Kevin Devigne
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports.fr