LES GOTHIQUES : Retrouver la confiance à Briançon

hockey entrainement gothiques gazettesports kevin devigne 74
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Avec une seule victoire en six matchs, le début de saison d’Amiens est loin d’être idyllique, comme Briançon qui n’a toujours pas gagné. Les deux équipes, en proie au doute, s’affrontent ce soir dans les Hautes-Alpes.

Devant 3000 supporters au Coliseum mardi, les Gothiques pensaient tenir leur deuxième succès de la saison. Leurs espoirs ont volé en éclats au cours du troisième tiers-temps et au terme d’une séance de tirs au but qui a tourné à l’avantage de Chamonix (2-3 T.A.B). Dominés dans le jeu, trop indisciplinés et incapables de ressortir les palets de leur zone défensive, les Amiénois ont montré des lacunes criantes. Passablement énervé après la rencontre, l’attaquant canadien Danick Bouchard invitait tout le monde à « arrêter de se chercher des excuses » et à « se remettre au travail ».

Revenir aux fondamentaux

Dès jeudi, après un jour de repos, les Amiénois se sont remis au boulot, mais sans Lopachuk ni Siironen, malades. Pour cette séance, Anthony Mortas a « changé un peu l’ordre des choses » en insistant sur les jeux avec le palet, la conservation et les sorties de zones. En somme, « beaucoup de choses qu’on n’avait pas trop travaillées ». Le technicien a revu son discours, « en changeant quelques mots » car « on avait le sentiment que des fois les joueurs comprenaient mal les consignes ». Une séance vidéo et une discussion de groupe concluaient cette « bonne matinée de travail ». Il ressort des échanges avec les joueurs, qu’une moitié d’entre eux « doute et se focalise sur les points ». Le coach et son staff s’attellent donc à les « remettre en confiance », parce que « c’est compliqué de gagner avec autant de joueurs dans l’impasse ».

Il faut s’entraider et ne pas partir chacun de son côté

Nicolas Ruel, attaquant d’Amiens

Les Amiénois traversent une crise de confiance, comme les Briançonnais. Familiers du bas de tableau, les Haut-Alpins ont lancé leur saison par cinq défaites. Nicolas Ruel (notre photo), arrivé cet été en Picardie après quatre années passées chez les Diables Rouges, n’imaginait pas des débuts aussi compliqués sous ses nouvelles couleurs. Le meilleur pointeur de son équipe l’an dernier sait que pour mettre fin à cette mauvaise série : « il faut revenir avec le couteau entre les dents tous les jours et ne rien lâcher. Ce n’est pas parce qu’on a perdu 5 matchs que c’est la fin du monde, il faut s’entraider et ne pas partir chacun de son côté. » L’attaquant de 26 ans se fait un plaisir de croiser le fer avec ses anciens coéquipiers, même si pour les avoir vus jouer, il ne s’attend pas à une partie de plaisir. « Il ne faut pas les laisser prendre le tempo » prévient-il.

Eric Medeiros s’attend lui aussi à un match compliqué à la patinoire René Froger contre son ancienne équipe, au vu du contexte. « Ils sont dans l’urgence, ça va être des morts de faim » explique l’assistant coach des Gothiques, conscients également des qualités de son adversaire : « c’est une équipe accrocheuse et en attaque ils ont de bonnes individualités ». Les Briançonnais restent sur une défaite 2-7 contre Angers, que les Amiénois accueillent mardi prochain.

Samedi 1er octobre – 20h :
Ligue Magnus – J7
Briançon (11ème, 2 pts) – Amiens
(10ème, 4 pts)

Julien Benesteau
Crédit photos : Kevin Devigne – Gazettesports.fr