TENNIS : Constant Lestienne reprend un quart !

c. lestienne libre de droit
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Rien n’arrête Constant Lestienne ! Le joueur d’Amiens jouera ce vendredi à Tel Aviv son 2ème quart de finale de suite en ATP 250, une semaine après San Diego. Il a éliminé en 2 manches le Finlandais Ruusuvuori (54ème mondial).

Il y a deux semaines, quand on lui avait demandé s’il pensait tenir la forme de sa vie, Constant Lestienne n’avait pas été catégorique, tout en étant conscient qu’il n’avait plus de limites à se mettre après être entré début août dans le Top 100 puis avoir atteint le 75ème rang, suite à son 3ème titre de l’été. Les performances qu’il collectionne depuis, à San Diego la semaine dernière et ces jours-ci à Tel Aviv, peuvent le conforter dans son ambition de viser le Top 50. 68ème mondial cette semaine, celui qui, à 30 ans, semblait se contenter de la 140ème place, son meilleur classement avant son été de feu, n’en a jamais été aussi proche. Il a en tous les cas l’assurance d’empocher au minimum 45 points ATP supplémentaires.

Sur la lancée de sa victoire tout en maîtrise de mercredi au 1er tour face à Adrian Mannarino, l’ancien du TCAM et de l’AAC a été plus expéditif face à un adversaire classé, lui aussi, aux alentours de la 50ème place mondiale : le Finlandais Emil Ruusuvuori, 54e. Un joueur de 23 ans, à la progression régulière depuis ses débuts professionnels en 2018, connu pour avoir posé des problèmes à Rafael Nadal en janvier dernier, juste avant l’Open d’Australie. Et pour avoir ensuite atteint la finale d’un ATP 250, en Inde.

Constant Lestienne réglé comme un métronome

6-4 6-2 en 1h44. La victoire du Samarien n’a pas été facile mais solide : le score montre que Constant Lestienne n’a jamais été réellement inquiété. Concédant son service à une seule reprise, il n’a eu que 3 balles de break contre lui alors qu’il s’en est procuré 12, en convertissant 4. À 3-2 en sa faveur dans la 2ème manche, l’Amiénois a accéléré, à tel point que Ruusuvuori ne l’a jamais revu…

Avec un total de 29 fautes directes, contre 10 seulement pour Lestienne le métronome – 12 au 1er tour -, le Finlandais s’est tiré quelques balles dans le pied, souvent aussi poussé à la faute. Comme dans ce très long 5ème jeu du 2ème set que Constant Lestienne a remporté, sur son service, après de nombreuses égalités.

Un quart de finale en altitude

m. cressy libre de droits
Maxime Cressy a battu cet été John Isner en réussissant davantage d’aces (22) que celui qui est pourtant un spécialiste de cet exercice.

À 3-2, le Picard s’est alors procuré plusieurs balles pour se détacher au score. Mais, au service, Ruusuvuori luttait et repoussait, en fait, l’échéance. La 4ème était la bonne. 4-2 : Constant Lestienne était lancé sur la voie royale. Il ne se faisait pas prier et servait un 3ème ace pour se donner deux balles de 5-2. Au service ensuite pour “rester en vie” dans ce match, le Finlandais était comme pris à la gorge par le Samarien. Ruusuvuori se retrouvait acculé, mené 0-40, soit 3 balles de match dans la raquette de Constant Lestienne. Une lui suffisait pour se qualifier pour son deuxième quart de finale de suite en ATP 250 ! 

De quoi donner l’impression que l’Amiénois est presque un habitué de ces hauteurs qu’il n’a pourtant encore jamais côtoyées… Mais le test de ce vendredi pour une place en demi-finales se jouera à une altitude plus élevée : son adversaire, le Franco-Américain Maxime Cressy, frôle les 2 mètres et surtout occupe la 34ème place mondiale, après avoir battu cette année deux Top 20, Cameron Norrie et Félix Auger-Aliassime. Alors que la semaine dernière, à San Diego, c’est le N°25 à l’ATP, Daniel Evans, qui a privé Constant Lestienne de sa première demi-finale sur le circuit principal.

Constant Lestienne et son prochain adversaire à l'ATP 250 de Tel Aviv, Maxime Cressy, se sont affrontés une première fois. C'était sur le circuit Challenger, en novembre 2019, à Maia (Portugal). Un match du 2ème tour, remporté 6-3 6-0 par l'Amiénois. Sur terre battue couverte, donc avec des conditions de jeu très différentes du dur indoor de Tel Aviv.
V.D.

Vincent Delorme
Crédit photos : DR