FOOTBALL – Christophe Huck : « Sur 90 minutes on tient tête à Chantilly »

football coupe de france longueau chantilly gazettesports kevin devigne 16
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Après l’élimination de Longueau aux tirs au but en Coupe de France face à Chantilly, l’entraîneur Christophe Huck revient sur la rencontre.

La réussite vous fuit définitivement en ce début de saison…

Je suis très déçu pour les garçons car on a fait un match plein, encore plus conséquent que la semaine dernière. Je n’ai pas grand-chose à redire. Quand ils reviennent à 1-1, c’est un peu compliqué dans les têtes car on pensait à 1-0 avoir enfin débloqué la situation. Il n’y a pas eu de relâchement, mais un peu moins d’engagement ce qui a permis à Chantilly de revenir dans le match et nous faire mal par deux fois. Ils n’étaient quasiment pas venus dans notre camp avant leur premier but. En terme d’efficacité défensive ce n’est pas top, on ne concède pas énormément d’occasions mais on prend encore deux buts aujourd’hui.

On a montré qu’on était au niveau, après l’avenir n’est pas écrit c’est à nous de l’écrire chaque week-end

Pourtant, je pense qu’il y a des progrès conséquents tout de même. Après il faut relativiser car oui on est éliminé et on est déçu en tant que compétiteur mais j’ai aimé le contenu. Sur 90 minutes on tient tête à une équipe de Chantilly qui est invaincue en championnat et a remporté ses deux premiers matchs largement. On a montré qu’on était au niveau, après l’avenir n’est pas écrit c’est à nous de l’écrire chaque week-end. On va continuer de travailler et de progresser car on a encore de la marge. 

Ça commence à faire mal d’enchaîner les défaites…

Ce n’est jamais évident mentalement d’enchaîner les défaites mais je vois vraiment plus loin que les résultats. Dans le processus de travail, on est optimiste et on sait qu’on est dans le vrai. On a encore de la marge de progression et c’est à nous d’aller chercher ce petit truc qui nous manque.

La volonté, c’était d’essayer de ne pas aller aux tirs au but

On a vu que vous étiez capable de mettre de la folie offensivement…

Oui, après le problème c’est que c’est un principe mental. Il faut de la confiance en soi pour apporter de la folie. Le scénario du match et le côté Coupe de France nous ont permis d’en mettre. J’espère que l’on pourra le reproduire de manière consciente et volontaire. On a su réagir et pousser en fin de match. La volonté, c’était d’essayer de ne pas aller aux tirs au but. Ce côté révolté et de ne rien lâcher jusqu’au bout sont là depuis le début de saison. 

Comment avez-vous vécu les tirs au but ?

De manière assez détachée finalement. Je ne pouvais plus influer sur le match à ce moment-là et j’ai donc suivi cela de loin. J’étais un peu en décalage car je pensais déjà au match, à ce que l’on avait fait de bien ou moins bien. J’étais déjà sur la semaine de travail pour préparer le prochain match. 

Ils ont énormément cassé le rythme en seconde période, cela ne vous a pas aidé ?

Oui, il y a eu de nombreux arrêts de jeu voire certains très long. On a réussi à ne pas sortir du match mais évidemment cela n’aide pas quand on essaie d’emballer ce dernier. Après ils ont très bien joué le jeu et ça fait partie du football. C’est de bonne guerre car ils sentaient que le match pouvait basculer. Ils ont senti que l’on pouvait faire la différence sur le plan athlétique et ils ont bien joué le coup.

Aurélien Finet

Crédit Photo : Kévin Devigne – Gazettesports