FOOTBALL – Azouz Hamdane : « On va retrouver notre terrain, j’espère que ce sera une plus-value »

football amiens sporting club reserve asc aca kevin devigne 003
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Retour à Jean Bouin, changement de capitaine et ses objectifs pour la saison prochaine, l’entraîneur de l’AC Amiens, Azouz Hamdane, fait le point alors que la préparation bat son plein.

Où en êtes-vous dans la préparation ?

On a repris le 15 juillet, ça suit son cours. Les joueurs travaillent dur, c’est un investissement pour la saison qui arrive. Ce sont des étapes primordiales si l’on veut se mettre dans de bonnes conditions en tant que joueur. Ce sont des moments difficiles à vivre, mais si on arrive à prendre du plaisir dans la souffrance ça peut être intéressant.

Qu’est-ce qu’il vous reste à faire sur le mercato ?

On est en train de construire un effectif qui doit nous permettre de bien commencer le championnat. On n’a pas encore tout le monde. J’attends toujours, entre autres, un défenseur gauche pour remplacer Arnaud Binet.

Sagouti récupère le brassard de capitaine, est-ce un choix logique au vu de la saison dernière ?

Je ne dirai pas que c’est logique. Kevin Martinez a fait plus que le job ces dernières saisons. Après, c’est vrai que Chouaïb ça a été mon capitaine emblématique les années de N2. Il est revenu l’année dernière un peu sur la pointe des pieds. Il ne savait pas trop où il en était. Avec la saison qu’il a fait et le leadership qu’il a pris, et d’un commun accord avec Kevin, c’est aussi bien.

Kevin a un leadership un peu différent, c’est quelqu’un de très exemplaire, très écouté dans le groupe, il continue de jouer un rôle à ce niveau-là, d’accompagnement auprès des joueurs, de relation avec moi-même et le staff. C’est quand même un joueur qui a tout connu avec moi ici. Je l’ai depuis qu’il a l’âge de 19 ans je crois. Forcément ça crée des choses et à ce titre-là, il est hors de question de ne plus lui confier les missions qu’il avait naturellement d’ailleurs. Après, ce changement de brassard c’est aussi un discours différent, une autre approche, si ça peut être bénéfique pour les joueurs tant mieux.

football nationale 3 aca saint malo gazettesports kevin devigne 49
L’an dernier, Chouaïb Sagouti a disputé 22 des 24 matchs de la saison pour son retour à l’AC Amiens. Le milieu de terrain de 36 ans s’est montré décisif à plusieurs reprises, notamment sur coup de pied arrêté.

Vous êtes enfin de retour au stade Jean Bouin l’année prochaine, ce doit être une bonne nouvelle ?

J’espère ! On a plutôt bien terminé à Moulonguet, parce qu’on avait très mal commencé la saison dernière et celle d’avant. On va retrouver notre terrain, j’espère que ça, lié à la bonne préparation que l’on est en train de faire, à l’effectif qui va se construire tout doucement, tous ces paramètres-là vont créer un cercle vertueux et qu’à ce titre-là, on puisse au moins bien débuter au mois de septembre. On commence par un match à l’extérieur (le 28 août à Valenciennes) et on enchaînera avec un match à la maison. J’espère que ce sera une plus-value pour nous.

Qu’est-ce que vous pensez du groupe N3 ?

Le groupe est de plus en plus difficile d’année en année. Feignies n’a pas beaucoup bougé, il y a des équipes comme Maubeuge qui tournent très bien, il y a les réserves des clubs professionnels, notamment Lens qui vient s’ajouter à celles qu’on avait déjà. Le groupe N3 des Hauts-de-France est l’un des plus relevé en France aux yeux de tout le monde donc si on n’est pas prêt à cravacher pour gagner des points ça va être très compliqué. Ça il faut que les joueurs l’entendent. Il faut que dès les petits exercices que l’on fait à l’entraînement, ils puissent se mettre à la hauteur de ce qu’on attend d’un joueur de N3 des Hauts-de-France. On était parfois dans un confort tel, qu’on était souvent surpris en match, donc on courait après l’adversaire plutôt que d’être l’acteur réel du match.

Quelles ambitions pouvez-vous nourrir dans ce championnat ?

La seule ambition que j’ai, c’est de préparer mon groupe et de bien commencer le championnat avec le match de Valenciennes. On verra ensuite. J’ai toujours pour habitude de prendre les 5 premiers matchs de la saison et en fonction de comment on réagit, comment on répond à l’adversité, les résultats qu’on aura, c’est là qu’on peut à peu près se fixer des objectifs, là c’est trop compliqué, on est trop dans le flou pour établir quoi que ce soit. D’autant qu’on sait que quand on commence bien la saison on se met dans les bons rails, tandis que quand on commence mal, même si on a une bonne équipe, c’est difficile d’inverser la tendance. Il faut bien commencer la saison, on aura le temps ensuite de changer les discours et les ambitions les matchs suivants.

Je souhaite que l’on soit un peu plus acteur lorsqu’on a le ballon

Dans le jeu, qu’est-ce que vous comptez mettre en place cette année ?

On est en train de travailler le même système (à 3 défenseurs). On a beaucoup travaillé les transitions offensives l’année dernière, donc on a beaucoup défendu en bloc. Ce que je souhaite c’est que l’on soit un peu plus acteur lorsqu’on a le ballon, un petit peu plus de possession dans la mesure de nos possibilités, avec les joueurs qu’on a, je pense que c’est plus que faisable. Après, le système n’est pas figé. On peut très bien continuer à trois, comme poursuivre en 4-4-2, parce qu’on a aussi des profils de joueurs différents comme Zahir Zerdab, Cetiner, Rayan Hiba, qu’il va aussi falloir mettre sur le terrain à un moment donné. Sur un système comme celui-ci, on ne peut pas mettre tous ces joueurs-là. Il faudra forcément évoluer, donc on aura 2 à 3 systèmes qu’il faudra maîtriser sur le bout des doigts, pour pouvoir jongler entre eux quand on en aura besoin pendant les matchs, ou d’une rencontre à une autre.

La cinquième place de l’an dernier, que vous devez surtout à la deuxième bonne partie de saison, vous donne-t-elle des envies ?

La fin de saison dictera les ambitions. L’année dernière, en janvier, ce qu’on voulait c’était nous maintenir. Puis, la deuxième bonne partie de saison nous a aussi donné d’autres idées, à savoir finir le plus haut possible, donc on a terminé 5ème. L’appétit vient en mangeant. On a vu des équipes pronostiquer, jouer les premiers rôles et complétement se vautrer, ou d’autres qui sont restées humbles et qui ont réussi à monter, je pense à Longueau. C’est le premier match qui va dicter le deuxième, ensuite le troisième, le quatrième et le cinquième et c’est à partir de là qu’on se prend au jeu, mais avant il faut surtout bosser.


Julien Benesteau

Crédit photos : Kevin Devigne – Gazette Sports (archive)