FOOTBALL – Thomas Kwinta : « On n’a aucun complexe d’infériorité »

football regional 1 esc longueau vs dunkerque gazettesports coralie sombret 2
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Joueur cadre de l’ESC Longueau, Thomas Kwinta défenseur polyvalent revient sur le début de saison de son équipe et évoque la fin haletante qui les attend. 

L’objectif maintien est aujourd’hui acquis, est-ce une satisfaction pour le groupe ?

C’était l’objectif fixé par le club, on est satisfait de l’avoir rempli surtout aussi tôt. Après, en tant que compétiteur, on ne se limite pas à un objectif maintien car en termes de motivation, ce n’est pas ce qui est le plus excitant. On a fait un bon début de saison qui nous permet aujourd’hui de prétendre à autre chose. 

Le fait de ne jamais avoir eu de pression dans les résultats vous a-t-il aidé ?

On n’a jamais vraiment fait attention aux autres depuis le début de saison. Si on a toujours eu l’objectif entre nous, de faire mieux que le maintien, on savait que pour cela, il fallait être performant. On s’est donc focalisés sur nous surtout que nos résultats nous ont permis de ne jamais être en danger. On a pris chaque semaine d’entraînement à la suite comme une préparation pour le match suivant sans penser à la suite. Cet état d’esprit nous a permis, sans se mettre de pression, d’être dans le haut de tableau aujourd’hui. Depuis quinze jours, on nous parle beaucoup du classement et forcément on le regarde un peu plus, mais on reste avant tout focus sur le match d’Abbeville.

La grande force de cette équipe, c’est de ne jamais douter après un échec

Après une première partie de saison correcte, vous enchaînez les victoires depuis la trêve, comment l’expliquez-vous ?

La grande force de cette équipe, c’est de ne jamais douter après un échec. Quand on a perdu en Coupe de France face aux RCA, tout le monde pensait que ça allait être très compliqué, mais on a su répondre. En championnat après les défaites face à Pays de Cassel ou encore Loon-Plage, à chaque fois frustrantes au vu du scénario, on a su réagir une nouvelle fois. Cet état d’esprit de ne jamais rien lâcher et notre esprit collectif nous portent cette saison. Depuis la trêve, on enchaîne les victoires ce qui nous permet de prendre confiance. Cette confiance nous permet de jouer plus sûre de nous, de moins respecter l’adversaire et de faire plus d’efforts ensemble. 

L’une de vos forces c’est la défense, est-ce une satisfaction en tant que défenseur ?

Effectivement, cette saison on prend très peu de buts et c’est un facteur de notre réussite. On n’a pas de top défenseur, on n’est pas les plus athlétiques, mais on a des mecs qui ne lâchent rien et qui sont solidaires. Il y a toujours, un pied, une tête qui traine pour repousser les ballons, un mec qui va faire le bon effort. Il y a aussi de la réussite, quand le ballon partait en lucarne l’année dernière, il finit sur le poteau cette saison. Tous les signaux sont positifs, car on crée la réussite aussi. C’est le travail de tout un bloc et de l’ensemble des 11 joueurs.

Pourtant la défense change à chaque fois et à titre personnel vous changez régulièrement de poste…

On est souvent amené à changer de défense et de poste à cause de nombreux facteurs. C’est perturbant d’un côté et cela n’aide pas à trouver des automatismes ou de la stabilité mais finalement cela marche. On est une défense d’expérience à l’exception d’Ethan Thierry tous les joueurs ont déjà évolué plusieurs saisons en Régionale 1 voire même au-dessus pour certains. On utilise notre expérience dans la lecture de jeu, du rapport de force, la gestion de la profondeur et cela fait la différence. Quand on nous voit comme ça on ne pense pas qu’on est la meilleure défense du championnat, mais c’est le cas. On communique énormément et on profite d’un bloc équipe qui travaille ensemble. À chaque fois que l’on gagne c’est parce que l’ensemble des joueurs ont fait les efforts et n’ont pas hésité à dépasser leur fonction.

Dans le jeu vous semblez monter en puissance depuis la trêve…

Oui, on n’a pas toujours été flamboyant offensivement et surtout on manque souvent de réalisme depuis le début de saison. On n’est pas l’équipe qui va proposer un jeu de possession sur 90 minutes car on ne sait pas faire. Sur des séquences, on est capable de montrer de très belles choses. Mais surtout, on est en mesure de s’adapter et de faire mal de manière différente. On peut garder le ballon, reculer et faire le dos rond ou encore jouer en transition. Le tout, c’est vraiment de trouver l’équilibre et de réussir à faire mal dans nos temps forts. On doit gagner en efficacité pour être encore meilleur. 

Le choc tant attendu face à Marck a été reporté, c’est une déception pour vous ?

On voulait jouer ce match, mais je n’en fais pas une montagne. Cela nous fait une coupure de 15 jours qui peut couper notre élan, mais c’est comme ça. Après ça peut aussi être une bonne chose et nous permettre de refaire du frais avant d’aborder les 6 derniers matchs. D’ailleurs aujourd’hui, on pense au match d’Abbeville et non de Marck. On s’est donné les moyens d’être dans le bon wagon lors du sprint final et on ne va pas changer notre façon de faire. On pense au prochain match et c’est tout. 

Quel est l’objectif aujourd’hui ?

On est l’outsider face à des équipes de Grande-Synthe et Marck qui ont des moyens autres que nous, mais on n’a aucun complexe d’infériorité. On veut continuer de jouer les premiers rôles et pourquoi pas jouer la première place. Le chemin est encore long et on fera un point après l’enchaînement Abbeville – Marck – Camon. On connaît nos forces et on sait comment poursuivre la série. Cela passera par de la combativité, de la cohésion et le respect du plan de jeu. On ne va pas tout révolutionner sur les 6 matchs à venir, mais on va jouer avec nos forces. 

Le menu de vos six derniers matchs est très costaud, est-ce un désavantage ?

On va avoir un enchaînement de très gros matchs, après est ce que c’est un désavantage, on aura la réponse à la fin de saison. On va jouer contre nos deux adversaires directs, ce qui est une bonne chose. Après, on a deux derbies, l’un face à Abbeville qui joue sa survie et qui est très compliqué à jouer à domicile. Puis il y aura le match face à Camon avec toute la rivalité que l’on connaît. On aura ensuite la réception d’une belle équipe de Loon-Plage et un déplacement à Dunkerque qui joue le maintien. Après on se concentre avant tout sur Abbeville car si on ne gagne pas le soufflet va vite redescendre.

Aurélien Finet

Crédit Photo : Kévin Devigne et Coralie Sombret – Gazettesports