AMIENS SC – Philippe Hinschberger : « L’objectif, c’est de mettre du contenu dans notre match »

ligue 2 amiens sc vs us dunkerque 0011 leandre leber gazettesports
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

À la veille de la réception de Grenoble, son précédent club, Philippe Hinschberger était en conférence de presse. Retour sur ses principales déclarations.

  1. La semaine a été plus sereine, mais il ne faut pas que ce soit trop serein parce qu’on sait que dans le sport, il ne faut pas se relâcher. C’est ce qu’on a voulu combattre en mettant les joueurs en garde, si on a fait un bon match contre Dunkerque, c’est parce qu’on a mis beaucoup d’ingrédients dedans et il s’agira de les remettre demain. Si on pense que ça arrivera sans qu’on se bouge, on a tort.

  2. On est chez nous et plutôt sur un bonne trajectoire chez nous, on a pris 7 points sur 9 sans prendre de but, c’est intéressant, ça doit nous donner de la confiance. Après, avant de dire qu’il faut enchaîner, il faut faire un bon match. Le match est important, mais le plus important, c’est ce qu’on met dedans.

  3. Une difficulté particulière à enchaîner deux matchs à domicile ? Je ne vois pas ce qui empêche de gagner deux matchs à domicile d’affilé. Ça doit venir des stats, mais je ne suis pas du tout là-dedans.

  4. On a la possibilité de dépasser notre adversaire, de se rapprocher voire de dépasser l’objectif que j’ai donné à mes joueurs il y a deux mois quand on était en mauvaise posture. Notre objectif, c’est avant tout d’avoir 21 points.

  5. Ce ne sera pas le même match, même si j’aimerai bien, ça va dépendre du comportement de l’adversaire, de ce qu’ils vont venir chercher. Mais l’objectif, c’est de mettre du contenu dans notre match.

  6. Connaître la majorité de l’équipe adverse : L’avantage, c’est que tu es moins dans la surprise, tu n’as pas besoin de chercher loin pour savoir ce qu’ont les joueurs dans les chaussures ou dans la tête. On connait leurs points forts, leurs points faibles, c’est plus facile pour moi de prévenir mes joueurs, de monter une petite vidéo. On est plus dans la facilité et moins dans l’inconnu, ça nous fait gagner du temps.

  7. Une équipe de Grenoble qui ne tourne pas à l’extérieur : Au moment d’aborder le match, quand tu joues une équipe qui réussit comme Sochaux quand on les a joués, tu n’es pas trop tranquille. Mais d’un match à l’autre, ça peut bouger, je suis sûr qu’ils vont trouver de la solidité, et offensivement, ils ont des joueurs qui on le potentiel pour nous mettre en difficulté. On verra bien quel comportements ils auront, j’aime bien avoir le moins de surprise possible, mais je me concentre d’abord sur comment joue mon équipe.

  8. Ça transpirait depuis un bon mois et demi qu’il allait se passer quelque chose. On a été récompensé la semaine dernière, j’espère que ce n’est pas un feu de paille.

  9. Tolu et Badji ont joué la semaine dernière parce que Bamba était indisponible et on s’en est plutôt bien sorti. Je les ai trouvés proches l’un de l’autre avec du jeu combiné, c’était plutôt pas mal. Ça nous a permis de caler pas mal de ballon devant et ça a libéré Arnaud et Jessy. On a plutôt des joueurs en forme dans ce secteur.

  10. Jessy arrive à peine à son meilleur niveau. L’absence de préparation avec un groupe est très préjudiciable. Et lui, c’est un diesel donc il a besoin d’enchaîner. C’est une mécanique longue à se mettre en route, il n’est pas dans la tonicité et la vitesse. Mais il est précieux par son jeu de passes. Je souhaite aussi que quand on joue dans ce système, Arnaud et Jessy se projettent comme 3ème ou 4ème attaquant. Si on veut marquer des buts, il faut qu’on s’engage, c’est ce qu’on a bien fait contre Dunkerque.


Morgan Chaumier

Crédit photo : Léandre Leber – Gazettesports