FOOTBALL : André Grillon et Jacky Braun, deux glorieux anciens de l’Amiens SC, ont leur rue 

img 5620
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

C’est une information qui et nous ne cachons pas, nous a fait énormément plaisir. Voici quelques jours, lors de sa venue à la Licorne où, il devait assister au match Amiens-Toulouse, Alain Gest le Président d’Amiens-Métropole, nous a annoncé que d’anciens sportifs de la ville avaient désormais leur rue.

Certes, ces inaugurations se sont faites dans la plus stricte discrétion tout comme d’autres rues situées dans ce qu’on appelle le nouveau quartier Renancourt puisqu’aux côtés de la rue André Grillon, par exemple, nous avons la rue François Mitterrand mais encore les rues Françoise Rose, Maurice Domon, France Gall et Edith Piaf.
André Grillon demeure dans l’histoire de l’Amiens SC comme ayant été l’entraîneur qui est resté le plus longtemps en fonction de 1968 à 1978. À son arrivée, il manque les deux premiers matches de championnat puisqu’au même moment, en septembre, il se trouve à Mexico où se déroulent les Jeux Olympiques. Il dirige en effet l’équipe de France amateurs dont le capitaine est un certain Jean-Michel Larqué. À Mexico, la France va s’illustrer en battant nettement le Mexique devant 80.000 spectateurs. Au cours de ce début de saison 68-69, André Grillon incite son adjoint Paul Pruvost, à intégrer dans l’équipe deux jeunes qui viennent directement de l’ASPTT : Pierre Mankowski et Patrick Maison.

Le premier fut ensuite professionnel, entraîneur en L1 et sélectionneur de l’équipe de France des Espoirs. Patrick Maison est toujours licencié à l’ASC et il s’occupe des jeunes au sein de la section féminine. Patrick Maison est aujourd’hui le plus ancien membre de l’ASC. Cette rue André Grillon a donc été inaugurée très discrètement tout  comme celle concernant Jacky Braun en espérant que d’autres suivront plus tard. Et puis, nous avons appris qu’une rue Jacky Braun a été aussi inaugurée. Jacky Braun a débuté sa carrière à l’Amiens AC puis il a rejoint la Fédération française de football devenant plus tard entraîneur de l’équipe de France des Espoirs après avoir été conseiller technique régional.

Amiens sait honorer ses sportifs

Nous en profitons pour rappeler qu’Alain Gest, sportif convaincu est très sensible aux demandes de ce genre. N’oublions pas que l’an dernier, il a inauguré la salle de boxe à la Veillère et qui porte le nom de Jacques Bataille, champion d’Europe amateur en 1949 et vainqueur des Golden Gloves.  Dans ce même quartier Renancourt, nous avons aussi une Allée Michel Macquet qui demeure encore aujourd’hui comme un grand spécialiste du javelot. Michel Macquet a participé à plusieurs reprises  aux Jeux Olympiques et à ce jour, il est le seul Samarien à avoir été porteur du drapeau lors de l’inauguration des JO de Tokyo.

Egalement dans ce quartier, une rue Micheline Ostermeyer qui fut double championne olympique aux Jeux de Londres en 1948. Rappelons aussi que le terrain synthétique au stade Moulonguet porte le nom de Hugues Jullien entraîneur mythique des  années 80-90 et qui avant Christophe Pelissier a permis à l’ASC de gravir deux divisions en deux saisons. Amiens n’oublie donc pas ses anciens champions et nous pensons à Georges Vallerey (natation), Urbain Wallet le joueur amiénois qui a été le plus souvent international en équipe de France (stade d’athlétisme), de grands dirigeants ou journalistes Jean Renaux, Gérard Totet, Henri Leclercq, Georges Cuisset, Emile Moiroud, Virgile Dufossé dont le nom figure à l’entrée de certains gymnases ou stades d’Amiens. 

Encore merci pour avoir su honorer la mémoire des grands sportifs aujourd’hui disparus.





Lionel Herbet  

Crédit photo image d’illustration DR

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.