FOOTBALL : L’AC Amiens au fond du trou

Ac Amiens Vs Olympique Marcquois (reynald Valleron) (21)
Ⓒ Gazette Sports

Après un réveil en Coupe de France, l’ACA a de nouveau perdu pied en championnat, avec une défaite 0-2 et un match terminé à 9 contre 11.

Azouz Hamdane avait prévenu que l’ACA n’était pas guéri et qu’un risque de rechute existait. Elle n’a, hélas, pas tardé à avoir lieu. Contre une équipe de Maubeuge cohérente à défaut d’être brillante, les Amiénois auront tenu le choc 25 minutes. Une période pauvre en réelles occasions mais où l’AC Amiens aura clairement fait jeu égal avec les visiteurs. Et où Bellali aura tout de même sauvé les Nordistes en revenant tacler une frappe de Despois dans une position idéale après un service de Boukhelifa (16′). Il s’agissait de la plus grosse opportunité du début de match, tandis que les Maubeugeois tombaient deux fois sur le crâne de Binet sur des centres et voyaient la frappe de Hadj Safi, sur une belle remise de la tête de Lemoine, passer très loin du but (21′).

Las, faute d’occasions, les Nordistes ouvraient finalement la marque sur un centre anodin de Bajard que Banaziak relâchait au fond de son propre but (0-1, 24′). Dès lors, les Amiénois étaient sonnés et devaient subir. Sans pour autant être extrêmement mis en danger par une équipe maubeugeoise plus à l’aise à la construction qu’à la finition et dont la seule frappe a priori cadrée de cette première mi-temps était l’œuvre de Roget et était contrée de la tête par Martinez (45’+2). Dans une mi-temps où ils n’ont quasiment pas été mis en danger, un nouveau coup du sort mettait des Amiénois, plus très inspirés après cela, derrière au score à la pause, 0-1.

Une deuxième période cauchemardesque

Au retour des vestiaires, la physionomie n’évoluait quasiment pas et tandis que les Maubeugeois gardaient la maîtrise globale, les Amiénois étaient encore trop stéréotypés dans leur jeu, s’appuyant principalement sur un Slidja bien contenu par une défense centrale. Même lorsqu’un beau décalage était trouvé par Despois, Siradjidini manquait complètement sa reprise (51′). Malgré quelques tentatives de contre, c’était la seule opportunité amiénoise de cette seconde période. En face, les Maubeugeois se faisaient de plus en plus pressants et, même si les nombreux bons centres n’étaient que rarement coupés, se procuraient un peu plus d’opportunités. Sans pour autant que Banaziak n’ait quoi que ce soit à faire puisque la frappe d’El Kinani était contrée (57′), Binet intervenait sur un ballon traînant devant le but suite à un double tacle d’un Maubeugois et de Martinez (58′) et la déviation lobée de Lemoine sur un centre de Bellali passait au-dessus (67′).

Finalement, la rencontre s’emballait dans le dernier quart d’heure, mais pas pour les bonnes raisons. Slidja était en effet exclu après avoir marché sur un adversaire en se relevant d’un tacle déjà fautif, a priori un geste d’humeur (75′). Et si Maubeuge n’en profitait pas sur la frappe de Lemoine qui frôlait le poteau, après avoir déstabilisé la défense par ses passements de jambe (77′), l’exclusion d’Héloïse allait les aider à terminer la rencontre sereinement. Après un premier jaune en première mi-temps sur un très gros tacle non maîtrisé, le vétéran amiénois taclait par derrière un nordiste bien lancé dans l’arrière-garde amiénoise et prenait donc un second jaune logique (79′). Vues les difficultés amiénoises à 11, le match semblait plié, il l’était définitivement quand, sur un débordement de la droite, Strobbe trouvait en retrait Lenoir qui faisait le break (0-2, 85′). L’AC Amiens concède donc sa 6ème défaite en 6 matchs et, avec 6 points de retard sur le premier non-relégable, doit déjà se préoccuper de la lutte pour le maintien.

Un « début de saison cauchemardesque »

Football Nationale 3 Amiens Sc B Vs Ac Amiens 0097 Leandre Leber Gazettesports

A chaud, à l’issue de la rencontre, Azouz Hamdane semblait désabusé et en manque de ressources face à cette situation : « Si je disais que je suis surpris, je mentirais. Après, être aussi au top la semaine dernière et aujourd’hui complètement amorphes, je ne sais pas, ça va bien au-delà de mes compétences d’analyse psychologique. » Pour autant, pas question de lâcher, c’était clairement son mot d’ordre, en direction de ses joueurs : « Ce qui me fait peur, c’est que mes joueurs soient dans l’acceptation d’une situation, d’une fatalité qu’il faut repousser et ne surtout pas accepter, sinon, on est morts. C’est un engrenage difficile, mais il ne faut pas accepter, on peut encore renverser les choses et ça peut aller très vite avec la qualité de joueurs qu’on a. »

Azouz Hamdane ne voulait toutefois pas blâmer ses joueurs, chez qui il a retrouvé certaines valeurs manquantes en début de saison. Mais ne pouvait pas non plus passer sous silence quelques manques criants de son équipe : « Il y a des intentions, mais il y a toujours 0 point. Techniquement, les joueurs qui doivent faire des différences n’étaient absolument pas présents. Tout ce que l’on a tenté, centre, dernière passe, etc. ils n’étaient absolument pas au niveau. Quand tes joueurs censés porter l’équipe sur le plan technique ne sont pas à leur niveau, ça donne ce type de choses. Globalement, il y a un manque de maîtrise de pas mal de choses, que ce soit émotionnelle, on perd rapidement les pédales quand on est menés 1-0, le doute nous tétanise, technique, c’est flagrant, du schéma tactique, parce qu’on avait beaucoup travaillé avec Abiezer qui équilibrait le milieu de terrain et le fait de partir avec Villier a un peu déstabilisé ce milieu de terrain. On est en train de retrouver une cohésion, une équipe qui perd, mais une équipe qui perd ensemble contrairement aux 4 premiers matchs. On ne peut pas dire que les joueurs n’ont pas eu envie, ne se sont pas battus. »

Admettant que « ce début de saison est cauchemardesque », le coach amiénois pouvait aussi regretter de ne pas avoir pu aller chercher au moins un point sur un nouveau coup du sort : « Si l’on n’est pas dangereux, on pourrait au moins ne pas prendre de but, même s’il y avait plutôt une maîtrise collective en face, et puis, patatras, on fait une erreur individuelle qui peut toujours arriver mais nous, ça se paie cash à chaque fois. »

« Ce qui nous pend au nez, c’est la descente en R1.« 

Alors qu’Azouz Hamdane voit quand même du mieux chez les siens, il voit comme principale explication aux difficultés actuelles la peur de son équipe : « On travaille super bien à l’entraînement et le jour du match, on est un peu tétanisés quand les choses ne nous sont pas favorables. Il faut trouver les leviers mais c’est difficile parce que la clef est chez les joueurs. On essaie de positiver, de ne pas les surcharger au niveau de la pression. C’est une période très difficile. La roue tournera si on prend plus de risques, si on arrête d’avoir peur de mal faire. Les joueurs sont tétanisés, ils ont peur de mal faire, lorsqu’ils ont le ballon, ils essaient de s’en débarrasser rapidement pour ne pas faire d’erreur. C’est compliqué, on n’a pas les joueurs capables de porter l’équipe. En ayant peur, on perd, qu’est-ce qu’on risque à jouer ? »

Football Nationale 3 Amiens Sc B Vs Ac Amiens 0026 Leandre Leber Gazettesports

Si Arnaud Binet abondait complètement dans le sens de son coach quant à son attitude protectrice vis-à-vis de ses joueurs (« Depuis le début de saison, il a été hyper pédagogue avec nous, à aucun moment il ne nous a enfoncés, il a même été très gentil au vu de nos résultats. Il essaie de nous sortir de là. »), il n’adhérait pas à l’idée d’une équipe jouant avec la peur : « Je ne pense pas qu’on joue avec la peur. On joue Maubeuge à domicile, je ne vois pas pourquoi on aurait peur, on ne joue pas le PSG en 1/16 de Coupe de France. Ce n’est que du football, que de la N3, si on a peur, il faut qu’on arrête tout de suite. Je pense qu’il y a suffisamment de joueurs d’expérience dans l’équipe pour gérer ce genre de choses. »

Dans cette période « très compliquée », le défenseur central amiénois tentait néanmoins de trouver du positif tout en remettant la responsabilité sur les joueurs en insistant, pour sa part, sur un manque de caractère : « Il ne faut pas tout voir en négatif, mais à chaud, c’est difficile de trouver du positif. Tout n’est pas à jeter, on fait les efforts à l’entraînement, est-ce que c’est assez, sans doute pas vu qu’on ne gagne pas les matchs. C’est nous les acteurs sur le terrain, c’est nous qui ne prenons pas nos responsabilités. Dans la vie, on n’a que ce que l’on mérite, ce n’est pas un hasard si nous en sommes là. » Et de prévenir clairement sur les enjeux pour la suite des événements : « Il ne faut pas se cacher et prendre les choses comme elles sont, 6 matchs 0 point, derniers, au fond du trou, on ne peut pas parler de montée ni même de ventre mou, à un moment donné, il va falloir aller à la guerre, on est derniers, on a des résultats catastrophiques, si on n’a pas l’état d’esprit pour jouer le maintien, ce qui nous pend au nez, c’est la descente en R1. »


AC AmiensUS Maubeuge : 0-2 (0-1)

Buts : Bajard (24′), Lenoir (85′)

AC Amiens : Banaziak – N’Goma, Martinez, Binet, Siradjidini – Héloïse, Villier, Rosso – Despois, Slidja, Boukhelifa

Entrants : Torvic, Samb, Kwinta


Morgan Chaumier

Crédits photos : Reynald Valleron / Leandre Leber – Gazettesports