AMIENS SC : Les déclarations de Luka Elsner et Mickaël Alphonse

Football Ligue 2 Amiens Sc Vs Troyes Amical 0042 Leandre Leber Gazettesports
Ⓒ Gazette Sports

Une semaine après une défaite à domicile 2-1 face au Paris FC, l’Amiens SC se rend à Châteauroux ce samedi, pour le compte de la 4ème journée de Ligue 2. Retrouvez les principales déclarations de Luka Elsner et de Mickaël Alphonse à la veille de cette rencontre.

Luka Elsner était le premier à se présenter en conférence de presse :

Des ajustements à faire sur le terrain

« L’atmosphère est moins détendue. On a essayé de bien rectifier le tir sur l’aspect : comment gagner des matchs. Car finalement on les perd nous-même, par les buts que l’on encaisse. On a beaucoup travaillé sur cet aspect d’exigence de chaque instant.
Ne pas perdre sur nos propres erreurs. Si on regarde les trois buts encaissés, force est de constater à chaque fois que ça vient d’un manque d’attention sur des moments clés du match, et on file à côté de cette capacité à prendre des points. Mais ressasser ce qui s’est passé ne nécessite pas beaucoup de temps, il faut passer rapidement à autre chose
. »

« Le secteur offensif a été très décevant, il n’y a pas de doutes sur ça. Les opportunités qui ont été données et qui n’ont pas été saisies, génèrent des réflexions. Il y a aussi une réflexion qui est menée au milieu de terrain, pour donner une capacité un peu plus importante à avoir un plus de lien et de liaison dans le jeu entre notre phase défensive et trouver les joueurs offensifs.

Ce n’est pas forcément avec un 10, c’est trouver le joueur qui pourra être le maître à jouer de l’équipe. Quelqu’un capable de prendre le ballon dans le tiers médian et l’emmener dans le tiers offensif, trouver un joueur relais sur le terrain. »

Le point sur le groupe

« Molla (ndlr : Wagué) ne sera toujours pas disponible, il continue à essayer de tout faire pour revenir. Mickaël Alphonse revient avec nous. J’ai des choix à faire sur le groupe que j’emmène à Châteauroux, avec certaines performances, des changements peuvent intervenir. »

« Moussa (ndlr : Konaté) est dans une logique d’essayer de progresser physiquement pour retrouver son niveau, il met beaucoup d’implication, ça on ne peut pas lui enlever. Avec de l’implication et de l’investissement il retrouvera son niveau. Pour l’instant il garde la confiance du groupe et du staff pour mener à bien cette mission de marquer des buts pour nous. Sur Mendoza comme pour les autres, c’est le terrain qui décide, je ne m’interdis rien, mais je ne me force pas la main sur quoi que ce soit non plus. »

Entre patience… et urgence de points

« Nous tous collectivement on n’a pas le droit d’accepter les défaites, et deux défaites en trois matchs pour une équipe qui a naturellement besoin d’être ambitieuse, c’est trop. Il faut rectifier le tir tout de suite. On a besoin de prendre des points, d’avancer, et de créer une cohésion d’équipe dans une humeur qui ne soit pas trop pressante.

Si on enlevait la notion de compétition on comprendrait bien que l’on a besoin de patience pour s’organiser et pour que tous nos joueurs se mettent à niveau. Moi la patience que je réclame n’est pas sur les points que l’on doit prendre, c’est sur la manière dont on doit prendre des points. J’en demande plus aux joueurs car on doit être capable de gagner, même quand on ne joue pas très bien. Sur cet aspect-là, il n’y a pas de patience à avoir, il faut récupérer des points. »


C’est ensuite Mickaël Alphonse qui est venu face à la presse :

Un contexte loin d’être idéal

« Pour nous, ce n’est pas idéal pour le moment. Ce n’est pas facile, mais il ne faut pas se cacher derrières des excuses non plus. Un moment donné, sur le terrain on est censé savoir tous jouer au football et parler un langage football. […] On est dans un club cosmopolite où ça parle espagnol, anglais français, même portugais, et c’est vrai que le langage est forcément plus facile au quotidien que le jour du match.

Sur le terrain, c’est vrai que dans l’adversité les mots qui viennent sont en français donc sur ça c’est un peu plus compliqué. Donc à nous (ndlr : les Français) et à eux (ndlr : les étrangers) de trouver des choses pour que ce ne soit plus un problème, on en a déjà assez. »

« On a des joueurs de grandes qualités, mais on a certains mecs qui seront encore plus impliqués après le 5 octobre et malheureusement ça nous coûte. Je pense que l’on a une équipe vraiment intéressante cette année. Mais il ne faut pas oublier qu’en Ligue 2 chaque week-end a sa vérité. »

Du retard mais une équipe qui n’est pas larguée

« C’est compliqué de parler de montée ou autre, ou de retard à la 3ème journée. J’ai plus l’impression que c’est un championnat de séries. Plutôt que de penser que, parce que l’on vient de Ligue 1, alors on va faire la course en tête. Je n’y crois pas un instant.
Il faut remettre les choses à l’endroit, et une fois que l’on aura tout le monde prêt à tirer dans le même sens, on pourrait éventuellement parler en interne de : on espère peut-être à la fin l’accession
. »

« On ne fait peut être pas d’énorme prestations sur les deux défaites, mais on ne prend pas la soupe non plus. Malgré la situation on ne souffre pas plus que cela durant les matchs. L’avantage c’est qu’en gommant nos erreurs, on pourra prendre quelque chose sur ces matchs-là. »

« Moi je suis d’avis que l’on sera vraiment aptes à travailler tous ensemble une fois que tout cela sera fini (ndlr : le mercato). Sans oublier que le temps que ça finisse il y a quand même des matchs à jouer et il faut que l’on soit capables de prendre des points.

Je n’ai pas la prétention de dire que dans deux mois on va écraser tout le monde, car c’est faux. Ce sera plus facile pour nous car on se sera adaptés, il n’y aura plus de problème de mercato. Mais aujourd’hui, quasiment chaque semaine il y a un nouveau. »




Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédit photo Leandre Leber Gazettesports.fr