AUTO : Auto Sport GP, la nouvelle écurie de Lilou Wadoux

Image00026
Ⓒ Gazette Sports

L’écurie Auto Sport GP, que vient d’intégrer Lilou Wadoux, est depuis bien longtemps sur les circuits autos. À sa tête, Gilles Zaffini, un Lyonnais qui aime partager et transmettre. Son écurie est depuis 3 ans dans les paddocks en Alpine Europa Elf Cup. Un besoin de renouveau, de challenge, mais aussi d’un affect fort avec cette marque « Alpine », pousse cette team vers l’excellence et la jeunesse.

« Nous devons avoir l’équipe la plus jeune avec 4 juniors et des jeunes ingénieurs ! (trois juniors courront à Nogaro). Nous réalisons ce que nous voulions faire : prendre des gamins et les faire progresser ! ». Nous retrouvons donc la seule junior féminine du plateau avec Lilou Wadoux et seconde féminine du circuit.

Ce patron d’écurie est tombé dedans : « C’est la passion. Depuis gamin, je ne me voyais pas faire autre chose. Je suis né pour faire de l’auto ou de la moto. Par des concours de circonstances et des rencontres, j’ai eu la chance de côtoyer des compétiteurs. Tout s’est fait naturellement. J’ai collaboré avec les frères Bozian (préparateur Renault pour Ragnotti) et fait de l’assistance pour Patrick Pivatto (co-pilote de Sarazin, Simon-Jean Joseph)… Et aujourd’hui nous avons son fils comme ingénieur ! »

Image00017

Nous leur faisons faire ce que nous aurions aimé que l’on nous fasse.

Il y a des mots qui reviennent dans son discours : transmettre, transition ; un partage des savoirs. « On fait le grand écart du matin au soir pour faire rouler les jeunes. On ne fait pas ça pour l’argent, on n’y arriverait pas, on limite la casse. On dort dans les camions, les mécanos restent le soir, les samedis aussi. On fait avec les moyens ! Si on fait des résultats, ça montrera qu’il faut éviter la course à l’armement et qu’il faut limiter les investissements… »

« Pour les jeunes pilotes, nous leur faisons faire ce que nous aurions aimé que l’on nous fasse. Notre apprentissage a été plus long car nous avons appris de nous-même. L’expérience ne s’achète pas. Mais nous canalisons, accompagnons et motivons nos pilotes. On choisit nos pilotes pour qu’ils soient sympas et que les weekends soient sympas, et non pas pour la gagne à n’importe quel prix ! On ne peut pas avoir des pilotes avec de la rivalité ou de la rancœur, même avec quatre juniors, on ne fait pas de rivalité. C’est à nous de faire une équipe. C’est un faux sport individuel, si vous n’avez pas l’ingénieur, le mécano, la cuisinière, vous ne faites rien. »

Image00005

Lilou, elle roulait comme un avion

La motivation est bien là ! Et le titre est en ligne de mire : « Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir la jeunesse avec nous. Nous réécrivons l’histoire d’Alpine. Une fille comme Lilou Wadoux, qui fait un championnat complet, ça va permettre d’écrire un chapitre. Malgré son jeune âge, Lilou a du métier. L’important est de travailler en confiance et de bien s’intégrer dans l’équipe. Nous l’avions repérée en clio cup et un peu en 308, et je me suis dit qu’il fallait qu’elle soit chez nous ! Quand je l’ai vu rouler, Lilou était super correct, propre et elle roulait comme un avion ! Je l’ai trouvé avec une intelligence de course et sereine.  Au sein du team, elle écoute bien et elle met en application. Les juniors arrivent à jouer devant et elle fait partie des meilleures. Mais la première des choses est d’avoir plaisir au volant et de sortir avec la banane. »

 « La saison se fera avec 15 à 18 pilotes et avec 3 ou 4 écuries. Toutes les écuries devront aller dans le même sens et ne pas se faire la guerre ! L’avenir est incertain. Nous devons unir nos forces et aller de l’avant avec intelligence tant avec les organisateurs que les constructeurs, et nous aurons une belle saison. Mais sur piste que le ou la meilleur(e) gagne ! »



Léandre Leber
Photos : Marianne Allais – M4W