LES GOTHIQUES – Tommy Giroux : « Je trouve ça dommage que ça se termine comme ça »

Hockey Gothique Vs Mulhouse Kevin Devigne Gazettesports 129
Ⓒ Gazette Sports

Après la défaite de son équipe lors du match 7 face à Mulhouse (4-2), Tommy Giroux s’est présenté face à la presse. Élimination, match étrange, huis clos et retournement de situation des derniers jours ont fait naître de la frustration chez le numéro 13 amiénois.

Tommy, quel bilan tirer de ce match et de cette série ?

Ce match c’était du grand n’importe quoi. De la série, c’était une très très bonne série, c’était serré, avant les deux derniers matchs il y avait beaucoup d’émotion, c’était bien. Il y avait de l’intensité, les deux équipes jouaient du bon hockey, ça ne donnait pas beaucoup d’espace, ça jouait de la même manière, c’était intense, c’était une série très plaisante à jouer avant les deux derniers matchs.

Pourquoi « du grand n’importe quoi » pour parler de ce match 7 ?

Et bien il y a des choses qui sont frustrantes dans un match… je ne sais pas, c’était n’importe quoi le match, il faut rester poli aussi, il n’y a pas grand chose à dire. Mais je pense que vous l’avez vu et que tous ceux qui étaient là ce soir l’ont vu. Mais bon, Mulhouse a gagné, ils n’ont pas démérité du tout, ils ont mérité leur victoire et ils ont su mieux gérer la situation que nous, et c’est pour ça qu’ils l’ont emporté, donc félicitations aux Mulhousiens.

Les Gothiques Amiens Vs Mulhouse Match 6 Cergy 0037 Leandre Leber Gazettesports
Ce match 7 aura été marqué par de très nombreuses pénalités (Amiens : 11 pénalités pour un total de 30 minutes de prison)

On peut avoir le sentiment que l’arbitrage ne vous a pas fait de cadeau non plus…

Si vous le dites. Je ne vais pas répéter vos mots, mais vous l’avez dit. Après on ne va pas blâmer les arbitres à chaque fois. Ils font leur possible je pense, ce sont des gens qui essaient de faire leur travail. Ils font leur job et ça s’est terminé comme ça, c’est tout. On ne va pas commencer à blâmer les arbitres, c’est certain.

Moi je considère que ce qui est le plus dangereux dans le sport c’est quelqu’un qui n’a rien à perdre, qui a tout à gagner

Après avoir retourné la situation pour mener 3-2 dans cette série, l’arrêt de ce quart a cassé votre dynamique ?

Moi, ce que je pense, c’est qu’on avait vraiment repris le contrôle de cette série en gagnant nos trois matchs de suite. Et puis on s’est présentés à Mulhouse et les circonstances ont fait que l’on n’a pas pu jouer le sixième match là-bas alors qu’on avait le momentum. Et ça nous a cassé notre rythme, on avait de l’énergie on était dans le match, on avait le momentum et on était prêts pour jouer ce match 6. On s’était enlevés toute pression car on avait repris les devants dans la série, puis Mulhouse s’est fait sortir des play-offs. Moi je considère que ce qui est le plus dangereux dans le sport c’est quelqu’un qui n’a rien à perdre, qui a tout à gagner. Nous on était supposés être en demi, on se relaxait avant les demi-finales, on se préparait à aller à Grenoble et puis finalement non. Vous avez tout à perdre car vous n’allez pas en demi directement et Mulhouse n’avait rien à perdre, en plus c’est une équipe qui joue bien et qui est dangereuse quand elle n’a rien à perdre.

On a senti que vous aviez les nerfs à vif durant ce match 7 ?

Je pense qu’il faut aussi se regarder dans le miroir. Vous avez parlé des arbitres tout à l’heure, mais il faut que nos joueurs se contrôlent, il faut contrôler nos émotions. Tu ne peux pas répliquer lorsque tu reçois un coup, l’officiel parfois il pénalise les deux mais il pénalise surtout la réplique, ça a toujours été ça, donc nous on doit se regarder dans le miroir, on avait juste à ne pas répliquer et encaisser le coup même si l’arbitre n’avait rien dit sur le premier coup.

Pour de vrai on ne s’est pas préparés comme on aurait dû, on n’était pas nonchalant, mais on n’était pas l’équipe que l’on était depuis le début de la saison, on ne s’est pas préparés pareil

Mulhouse avait plus ce « petit supplément d’âme » que vous, durant ces deux matchs à Cergy-Pontoise ?

Pour avoir été dans l’environnement des joueurs d’Amiens : on était en demi, on se préparait pour Grenoble et on a entendu que l’on devait rejouer contre Mulhouse, avec en plus toutes les ligues qui s’arrêtaient de jouer à cause du coronavirus. Pour de vrai on ne s’est pas préparés comme on aurait dû, on n’était pas nonchalants, mais on n’était pas l’équipe que l’on était depuis le début de la saison, on ne s’est pas préparés pareil. On se demandait ce qui allait se passer, on ne faisait que de parler de ça plutôt que de parler de la série. Pour moi la préparation n’était pas optimale, Mulhouse a bien réagi et c’est tout à leur honneur. Ils n’ont pas démérité. On n’avait pas demandé à se retrouver directement en demi-finale, Mulhouse n’avait pas demandé à se faire éliminer directement, on était deux équipes qui voulaient jouer au hockey… Au final les Scorpions sont passés, bravo à eux, ils ont très très bien joué, ils ont fait leur boulot et je leur souhaite le meilleur des succès contre Grenoble.

Tu penses que les demi-finales vont se jouer ?

Aucune idée, toutes les autres ligues ont arrêté mais moi si je pouvais je jouerais, c’est sûr. Moi je veux que la saison de hockey aille au bout, je veux qu’il y ait un champion, que les équipes qui ont gagné leur série aient la chance de poursuivre.

Qu’est ce que ça t’a fait de jouer dans cette ambiance « lunaire » ?

Quelle ambiance (rires) ? On a essayé de s’amuser un peu au travers de tout ça, on entendait les joueurs, on disait quelques niaiseries aussi. Après j’ai joué dans des ligues d’été avec plus de supporters que ça… donc c’était très pénible ce soir, pour moi ce n’est pas pour ça que l’on joue au hockey. On joue au hockey pour nos coéquipiers, pour notre équipe mais aussi pour nos supporters, ça fait du bien de voir des gens qui nous supportent qui sont avec nous, et Mulhouse c’est la même chose pour eux. Ça aurait été bien de jouer notre match numéro 7 devant toute notre foule qui nous encourage à la maison.

Je trouve ça dommage que ça se termine comme ça, pour cette équipe d’Amiens qui a un bon groupe depuis trois ans, en plus on ne sait pas ce qui va se passer l’année prochaine, pour personne

Ça aurait pu changer la donne de jouer ce match au Coliseum ?

Aucune idée, mais certainement que l’on aurait eu plus d’énergie avec nos supporters, on aurait voulu en donner encore plus, changer la donne on ne le saura jamais. Mais je trouve ça dommage que ça se termine comme ça, pour cette équipe d’Amiens qui a un bon groupe depuis trois ans, en plus on ne sait pas ce qui va se passer l’année prochaine, pour personne. C’est dommage parce qu’on avait du plaisir et ça finit un peu… et bien ça finit mal.

Le sport, s’il n’est pas partagé avec les supporters, perd de son intérêt ?

J’avais lu un truc de Lebron James qui avait dit qu’il ne jouerait pas en NBA si c’était à huis-clos, c’est une star de la NBA et il dit qu’il ne joue pas s’il n’a pas ses supporters, car il joue pour son équipe et ses supporters. Et bien je suis d’accord avec lui, on nous demande de jouer donc on va jouer, c’est sûr, parce qu’on n’est pas Lebron James (rires), mais c’est dommage parce que tu joues pour ta ville, pour tes supporters… Je sais qu’ils nous ont suivis probablement là, mais ce n’est pas la même chose, et ils ne peuvent pas nous donner l’énergie dont on a besoin.

On a fait des choses parce qu’ils étaient avec nous que l’on n’aurait jamais pensé accomplir

D’autant qu’un lien très fort s’était construit avec eux depuis plusieurs saisons ?

La ville d’Amiens c’est ça, c’est l’équipe, c’est tout le monde, et puis ils sont tout le temps derrière nous et à Bercy on l’a vu. On a fait des choses parce qu’ils étaient avec nous que l’on n’aurait jamais pensé accomplir.

Hockey Sur Glace Gothiques Vs Mulhouse Match5 Kévin Devigne Gazettesports 68
Mario Richer a dirigé son dernier match à la tête des Gothiques ce mercredi 11 mars à Cergy-Pontoise

Il y a de la tristesse ce soir, aussi parce que c’était le dernier match de Mario Richer à la tête des Gothiques ?

Je suis dégoûté là, après je me dis que c’est comme ça pour toutes les équipes au monde ou presque… Je me dis qu’il y a des joueurs qui terminent leur carrière comme ça, c’est très très dommage. En France je pense à Thinel, si ça finit comme ça pour lui : une finale de coupe de France perdu et qu’il ne peut même pas tenter sa chance en play-offs, c’est dommage.
Mario il a amené des grandes choses à Amiens, il a amené le succès, il nous a permis d’avoir le succès, et lui je pense qu’il ne va pas se souvenir des deux derniers matchs, il va se souvenir des deux coupes de France et de toutes les émotions qu’il a vécu avant ça. On peut aller fêter la coupe de France, on a gagné quelque chose cette année, et puis je pense qu’on peut la célébrer comme il faut quand même car on n’a pas démérité cette saison.



Propos recueillis par Quentin Ducrocq en après match

Crédit photo Kevinf Devigne Gazettesports.fr