LES GOTHIQUES – Mario Richer : « C’est toujours frustrant de se faire sortir au 7ème match »

Ⓒ Gazette Sports

Après la défaite de son équipe au match 7, 4-2 face à Mulhouse, en quart de finale, Mario Richer s’est présenté une dernière fois devant la presse, en tant qu’entraîneur des Gothiques.

Mario, ce match s’est de nouveau joué à pas grand chose…

Disons que c’était serré jusqu’à la fin, mais il y a eu un manque de discipline qui fait que l’on a eu beaucoup à se défendre plutôt que d’attaquer. Mais on a eu nos chances, on a même eu un 5 contre 3 mais on ne l’a pas mis dedans. En deuxième période je crois que l’on a eu deux poteaux, parfois ça tape le poteau et ça rentre, mais pas là. Mais je le dis depuis le début de la série : ce sont des matchs serrés. Là ça fait huit matchs de suite contre Mulhouse et ça fait 4-4 (ndlr : aux confrontations), on aurait pu jouer deux matchs de plus… mais c’est comme ça, c’est le premier qui gagne en 7.

L’arbitrage français n’est pas au niveau de la ligue et c’est dommage.

Les nerfs étaient à vif ce soir ?

Il y a de quoi… Parfois il y a des décisions arbitrales qui font que les nerfs sont à vif, un moment il faut être honnête des deux côtés. Il y a eu le même geste d’un côté puni et de l’autre côté pas puni… De l’autre côté, si ce sont des « faibles » et qu’ils tombent et bien nous on a une punition parce que l’on frappe trop fort. L’arbitrage français n’est pas au niveau de la ligue et c’est dommage.

Même si la saison vient de juste de se terminer, quel bilan faîtes-vous ?

Un match 7 ça peut aller d’un côté ou de l’autre, c’est toujours frustrant de se faire sortir au septième match, mais on aura travaillé fort. On a gagné la coupe de France cette année, il faut être fier de ce qu’ils ont fait.

Fallait-il jouer ces deux matchs ?

C’est sûr que le fait que l’on ai joué ces deux matchs, les gens du hockey français vont être heureux. […] Beaucoup ont absolument voulu que l’on joue pour qu’après on ait un carré d’as (ndlr : des demi-finales)…. Mais ensuite il ne se passera rien, ça va finir. Toutes les autres ligues d’Europe sont annulées, il reste juste la France, qui reste toujours en vie puisque les grosses écuries savent que si la saison finit maintenant, ils vont perdre énormément d’argent. Ce sont des raisons économiques seulement.

On est l’équipe la moins punie de la ligue depuis 3 ans et quand on arrive dans les matchs importants, on dirait que c’est leur plaisir de nous donner des punitions

La saison dernière face à Bordeaux, nous avions vu un arbitrage « play-offs » qui laissait plus jouer. Ça n’a pas été forcément le cas cette année ?

C’est sûr que l’on ne parlera pas de l’arbitrage. Il y a toujours des arbitres différents, ce sont leurs décisions, ce sont les meilleures de toute façon. On ne va pas parler des arbitres c’est pareil depuis 4 ans. On est l’équipe la moins punie de la ligue depuis 3 ans et quand on arrive dans les matchs importants, on dirait que c’est leur plaisir de nous donner des punitions…

Le momentum (ndlr : la dynamique ) a changé ce week-end lorsque vous avez été qualifiés en demi-finale puis finalement remis en quart ?

Le momentun a changé quand on est allé chercher des victoires là-bas, je pense que l’on avait le momentum à ce moment-là. On a gagné chez nous, on était lancé sauf que l’arrêt a fait la différence. Ils en ont gagné deux, on en a gagné trois et ils viennent d’en gagner deux à nouveau.

Amiens – Mulhouse : 2-4 [(1-1)(1-2)(0-1)]

Buts pour Amiens : Verrier assist Edwards, Coulaud 7’30; Verrier en sup assist Matima 28’09; Munoz assist Rousseau, Besinger 28’55;

Buts pour Mulhouse : Besinger assist Bowes, Melin 2’02; Raux en sup assist Hecquefeuille, Melin 20’51; Verrier en sup assist Matima 28’09; Downey en cage vide assist Laakso, Raux 59’51



Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédit photo Roland Sauval