LES GOTHIQUES : Pour prendre les devants

Hockey Gothique Vs Mulhouse 1 4 Match 1 Kevin Devigne Gazettesports 147
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Menés deux manches à rien après les rencontres à domicile, les Gothiques ont su remettre les compteurs à zéro à Mulhouse (2-2). De retour au Coliseum, il faut maintenant basculer en tête.

Avant cette série face à Mulhouse, entre le 4ème et le 5ème de Magnus, Mario Richer n’avait de cesse de répéter que ces rencontres allaient être serrées. Un constat aujourd’hui vérifié, puisque après quatre rencontres, les deux équipes sont à égalité (2-2) et que trois matchs se sont terminés en prolongation. Pour l’entraîneur samarien, cela s’explique par deux formations performantes défensivement : « Les deux équipes jouent un très bon système défensif, il y a beaucoup de lancers de l’extérieur. Il n’y a pas beaucoup de chances de compter de chaque côté à 5 contre 5, donc c’est une série très serrée. » L’explication vient de portiers très performants, qui sont tout simplement les deux gardiens à avoir réalisé le plus d’arrêts dans ces play-offs : 135 pour Papillon et 123 pour Buysse.

Pour autant, le coach amiénois regrettait un certain manque d’efficacité : « Les chances on les a eu, en première période Tommy a manqué un but grand ouvert, un but qu’il ne manque jamais. Flo’ (ndlr : Sabatier) avait manqué un breakaway, Jérôme a eu des chances, Louis a eu un poteau, les chances ont les a. Il y a des matchs où ça roule et des matchs où ça ne roule pas. »

Une opportunité à saisir

Après avoir été battre les Scorpions à deux reprises chez eux, les Amiénois ont une belle chance de prendre les devants dans cette série au Coliseum. Une rencontre où l’effectif enfin étoffé des Gothiques pourrait faire la différence ? Pour Mario Richer il s’agit en tout cas un point positif : « C’est un luxe. Pour toutes sortes de raison des joueurs sont sortis : blessure, attitude ou tout simplement pas dans le système. Mais c’est l’équipe qui va gagner, ce n’est pas un seul joueur qui va nous faire gagner. C’est comme ça que cela fonctionne, c’est le monde du hockey. C’est comme ça dans la Ligue nationale, ils ont 25-26 joueurs, et si un joueur veut jouer à sa manière il joue à sa manière dans les gradins, avec nous c’est ainsi et c’est comme ça. »

Et dans cette série indécise qui monte en intensité au fil des matchs, l’entraîneur des Gothiques utilise à nouveau un lexique lié au combat : « Il y en a qui sont bons sur la route, d’autres que tu ne vois jamais sur la route, mais quand tu as des guerriers ils se présentent sur la route, ils ne sont pas influencés par la foule, par rien, eux ils se présentent toujours. C’est pour ça que l’équipe est plutôt basée sur des guerriers. » Absent durant toute la saison, un joueur incarne bien cet état d’esprit : « Spencer il a la rage, il veut défoncer la balustrade, et il a plus d’expérience, c’est un joueur de 30 ans. »

Dans une série que Mario Richer voit serrée jusqu’au bout, nul doute que l’influence de ces « guerriers » aura une grande importance dans un match 5les Gothiques ont enfin l’occasion de prendre la tête dans cette série…

Mercredi 3 mars (20h15) :

Match 5 play-offs : Amiens (2) – Mulhouse (2)



Quentin Ducrocq

Crédit photo Kevin Devigne Gazettesports.fr