LES GOTHIQUES – Mario Richer : « Des sensations encore plus grosses »

Psx 533
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Face à Rouen, les Gothiques ont réalisé l’exploit de remporter à nouveau la coupe de France, 3-2 aux tirs aux buts. Après la rencontre, Mario Richer avait du mal à trouver ses mots pour décrire cette immense joie.

Mario quelles sont vos premières sensations après ce nouveau titre ?

Oh… Des sensations différentes de l’an dernier, disons que je ne sais pas comment expliquer, ce sont des sensations encore plus grosses, parce que cette année on ne devait pas gagner. Tout le monde nous a dit que l’an passé on a gagné contre des petites équipes, cette année on a battu les gros Dragons, on a battu la machine à hockey de France. Donc l’ampleur est encore plus grosse !

Vous n’aimez pas les scénarios simples…

Non, il faut que ça soit compliqué, c’est quoi déjà la phrase ? À vaincre sans péril on triomphe sans gloire, c’est ça.

Comme un symbole de gagner aux tirs aux buts, pour vous qui avez eu du mal dans ce domaine cette année ?

Cette année c’était compliqué, on n’a jamais gagné aux tirs aux buts, enfin quatre de suite sans gagner. Là on a sorti les démons de là et on a gagné !

Après un début de rencontre difficile vous avez bien relevé la tête…

Je pense que durant les 8-9 premières minutes on a été dans notre zone, après j’ai calé un temps-mort et par la suite on s’est replacé, on n’a plus été dans leur zone. Deuxième période ça a bien été aussi, on n’a pas donné beaucoup de chance de compter malgré le fait qu’ils étaient dans notre zone, ça tournait et ils n’étaient pas si dangereux que ça, et c’était plus ouvert dans le 3ème.

Les pénalités en fin de match et en prolongation auraient pu coûter cher…

Ce sont des punitions… On ne va pas s’embarquer là-dedans sinon on aura encore des suspensions. C’est la première fois que je vois ça. C’est parce que j’ai critiqué le juge de ligne, c’est la coupe de France, il reste trois minutes et tu prends une pénalité pour avoir critiqué le juge de ligne. C’est la première fois au monde que ça arrive dans tous les championnats du monde, mais il fallait bien que ça arrive.

Par rapport à l’an dernier comment sont les sensations ?

Pour l’instant tu sais, c’est difficile de réaliser. C’est toujours ça, tout le monde dit toujours ça « c’est difficile de réaliser », mais c’est vrai. Là j’espère qu’on va pouvoir rester plus de 10 minutes dans le vestiaire, l’année passée ils nous avait chassés, on n’avait pas trop pu célébrer. Il n’y avait pas trop eu de célébrations, j’espère qu’il va y en avoir une comme il se doit dans les vestiaires.

Quentin Ducrocq

Crédit photo – Kevin Devigne – Gazettesports.fr