FOOTBALL : L’Amiens SC tel un bateau ivre…

Amiens Tfc 4
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Dans l’incapacité de prendre la mesure de la lanterne rouge, les hommes de Luka Elsner s’enfoncent au classement. Doucement mais sûrement. La situation, comme parfois la prestation hélas, fait peine à voir.

Un point c’est tout… En période de disette, certains s’en seraient contentés ! Reste que dans sa course au maintien, les deux points « égarés » face à la lanterne rouge, Toulouse FC (0-0) positionne l’Amiens SC dans une situation passablement préoccupante. Surtout que dans le même temps, le Nîmes Olympique – victorieux d’un AS Monaco réduit à neuf à la pause (3-1) – et (toujours) « premier relégable » pointe sur les talons des hommes de Luka Elsner. Avec cette même unité… de valeur !

Dans la galère, plongé plus que jamais dans des eaux très troubles, l’ASC ne semble plus vraiment faire chavirer de bonheur. En témoigne d’ailleurs cette banderole déployée par le KOP « Tribune Nord » juste avant la fin de cette rencontre de bas de tableau, au parfum de « tragédie grecque », symbole d’un climat de tension qui règne actuellement en l’enceinte de la Licorne. Où il était possible de lire « Trop, c’est trop, Elsner démission » avant que les stadiers ne veillent à la faire disparaître illico presto…

Amiens Tfc 1
A l’image d’Alexis Blin, les amiénois ont tenté mais ne sont pas parvenu à faire sauter le verrou toulousain

« Je ne pense pas qu’elle soit désobligeante à mon égard. Elle reflète une peur, tout simplement, de tout le monde. Ils ont le droit d’exprimer leur mécontentement. Je les comprends, cependant je ne fuirais pas mes responsabilités » Avec ce flegme qui pourrait le caractériser, l’intéressé évoquait alors cette situation sans vouloir toutefois y accorder trop de temps. Comme à cette interrogation de son degré de confiance que lui conserve actuellement l’encadrement local…

« Ce résultat est un constat d’échec. Nous aurions souhaité être capable d’enflammer le match sur de plus longues périodes mais il nous a manqué un bout de pied, cette justesse technique notamment dans la surface. Ce petit supplément d’âme qui autorise à faire la différence. Nous avons failli dans le dernier geste »

Je ne pense pas qu’elle soit désobligeante à mon égard. Elle reflète une peur, tout simplement, de tout le monde. Ils ont le droit d’exprimer leur mécontentement. Je les comprends, cependant je ne fuirais pas mes responsabilités

Luka Elsner

Courageuse certes, la troupe amiénoise s’est ainsi lancée, sans relâche, à l’assaut d’une formation toulousaine bien recroquevillée devant le « géant » croate Kalinic. Rarement mis à contribution d’ailleurs. Excepté sur un coup franc de Kakuta (4e) puis une tentative de reprise de volée de Guirassy (80e), il aura donc passé une soirée beaucoup plus tranquille qu’il ne l’aurait (assurément) envisagé… Guère plus sollicité, son vis-à-vis Gürtner assistait, de loin, à l’inefficacité des siens.

« Animés par une volonté de parfois souhaiter trop bien faire, les joueurs se sont trop souvent précipités. Malheureusement » lâchait, toujours aussi impassible, Luka Elsner. Convaincu qu’il dispose encore « d’autres leviers » pour tenter de s’extirper de cette profondeur du classement. Demeure que les mots ne paraissent (pouvoir) éradiquer ceux qui rongent, bel et bien, l’Amiens SC… L’apparition, sous ses nouvelles couleurs, de Nicholas Opoku en provenance de Udinese, apportait néanmoins un semblant de baume au cœur.

Amiens Tfc 2
L’apparition, sous ces nouvelles couleurs, de Nicholas Opoku apporte un semblant de satisfaction durant ce duel de mal classés

Telle des âmes en peine, les partenaires d’Aurélien Chedjou errent au rythme des échéances. Ces rendez-vous qu’ils sont dans l’incapacité de métamorphoser en victoire. Désillusions à répétition qui fragilisent l’avenir du représentant Haut de France au sein de l’élite. Unanimement, ils réaffirment les uns après les autres ne (surtout) pas baisser les bras mais ce challenge, être de la partie à ce niveau l’an prochain, ne devient-il pas trop lourd à porter ?

Soumis à rude épreuve au cours du mois de février – où il croisera successivement le chemin de l’Olympique Lyonnais, de l’AS Monaco, du Paris Saint-Germain, du Racing Club de Strasbourg puis du FC Metz – l’Amiens SC n’est-il pas en train de s’enliser dans les profondeurs du classement ?

Amiens Tfc .3
Moussa Konaté n’a pas été avare d’efforts mais n’a pas réussi à trouver le chemin des filets

Sous la menace du Nîmes Olympique, décramponné par Dijon et Metz, les hommes du président Joannin doivent mettre les bouchées doubles. Rapidement, très rapidement. Sous peine de mettre un… point d’honneur à cette belle aventure en Ligue 1. Ah ce fameux point, celui que d’autres aimeraient découvrir sous une déclinaison différente, rageur !

Fabrice Biniek

Crédit photos : Léandre Leber – Gazettesports