OMNISPORTS : Une salle de roller ouvre ses portes à Amiens

Logotype B à P Amiens 2
Ⓒ Gazette Sports

Ce samedi a ouvert une nouvelle salle de sport et loisirs à Amiens. La Boîte à Patins inaugure, dans la région, le concept de salle réservé au roller, sous toutes ses formes.

Cette initiative, on la doit à Benoit Beaucheron et l’idée a été mûrie. En effet, le concept a germé dans l’esprit du gérant de la Boîte à Patins « il y a 3 ans » mû par « une volonté de faire quelque chose de nouveau. En Angleterre et aux États-Unis, ça marche bien, on s’est dit, pourquoi pas le faire en France où il y en a déjà 3 ou 4 en France mais c’est rare. Et à Amiens, le public semblait assez réceptif à l’idée. » Un avis que partage Renaud Crignier, impliqué dans ce projet : « Je pense qu’on peut toucher du monde parce que sur Amiens il n’y a pas beaucoup de cours qui permettent aux enfants et aux adultes de se perfectionner en roller. Il y a un créneau à prendre. »

Dans cette « salle de 500m² »« les gens peuvent soit louer des rollers soit venir avec les leurs », le mot d’ordre est à la multiplicité des activités. Comme l’explique Jeremy Defossez, qui interviendra à la Boîte à Patins « on laisse un peu de temps, pour le moment, pour les séances publiques », des séances publiques à rapprocher de celles « qui se font sur la glace » pour Renaud Crignier. « Il y aura de la musique, les gens pourront tourner sur la musique ou danser au milieu » explique Benoit Beaucheron. Mais l’intérêt de cette salle ne s’arrête pas là et son créateur et gérant a une ambition plus importante pour cette salle : « On proposera également des activités du genre roller-soccer, roller-basket, slalom. On propose aussi des anniversaires, des soirées à thème… » C’est aussi dans le cadre de la diversité des activités à proposer que Jeremy Defossez et Renaud Crignier ont été impliqué dans le projet. Si l’idée de Benoit Beaucheron était de s’« entourer de gens qui connaissent le secteur, qui ont envie de faire quelque chose pour », la présence des deux hockeyeurs s’articule aussi autour de la volonté de mettre en place des cours.

De nombreux cours à venir

Ces cours seront de différentes natures. Ainsi, va se « mettre en place du roller-dance avec une prof de Paris, Elodie Guyot. » De son côté, Renaud Crignier s’implique dans ce projet sur des cours d’initiation et de perfectionnement au roller. Si cette démarche de sa part s’inscrit dans celle de son entreprise, créée en septembre dernier (« J’ai un pôle qui est le développement du roller qui consiste à aller dans les écoles, dans les centres de loisir. Le fait d’aller dans la Boite à Patins, donner des cours de roller, cela en fait partie. »), celle-ci est en revanche décorrélée de son implication en roller-hockey aux Écureuils d’Amiens. « Si ce sont des jeunes qui viennent prendre des cours, s’ils sont demandeurs de sport collectif ou de compétition, on peut les renvoyer vers le roller hockey mais ce n’est pas forcément l’objectif » explicite-t-il, pensant par ailleurs s’adresser au moins autant, si ce n’est plus, à un public adulte.

Pour Jeremy Defossez, la démarche est quelque peu différente. Si lui aussi vient ici dans l’idée de développer son activité, dont il nous avait parlé en novembre dernier, le joueur des Greenfalcons vient également avec ses idées, ses « concepts comme les cours particuliers ». Ses souhaits, ce sont, par exemple, « de mettre en place une école de roller. On va certainement mettre en place une école de baby-roller. On aura des écoles de roller par niveau, c’est l’idée que j’avais donné à Benoit quand il m’a contacté pour rejoindre la Boite à Patins. » L’optique, pour lui, n’est pas seulement de faire du roller pour faire du roller, ainsi voit-il plus loin et explique-t-il que « le roller, c’est un moyen de déplacement doux comme le vélo. Dans les grandes villes comme à Lyon, on s’en sert énormément. A Amiens, c’est un peu en retard. L’idée c’est de développer le concept de rouler aussi en extérieur. les gens vont apprendre à rouler en sécurité à l’intérieur et l’idée, c’est que les gens puissent s’en servir pour aller faire une randonnée le dimanche avec les enfants, le chien. »

Je ne vient pas faire de la concurrence aux associations qui existent déjà. Mais s’il y a de plus en plus d’enfants qui viennent au roller et vont ensuite dans ces associations, tant mieux.

Benoit Beaucheron, créateur et gérant de La Boîte à Patins

Jeremy Defossez se distingue aussi par son souhait affiché à ce que cet apprentissage du roller puisse servir de « rampe de lancement » vers les clubs. Un souhait discuté avec Benoit Beaucheron (« Je lui ai demandé si ça lui proposait que derrière, on puisse proposer en tant qu’entraîneur, une fois que les enfants savent patiner, de rejoindre un club de hockey, de freestyle, derby. ») et que ce dernier soutient pleinement tout en assurant qu’il « ne vient pas faire de la concurrence aux associations qui existent déjà. Mais s’il y a de plus en plus d’enfants qui viennent au roller et vont ensuite dans ces associations, tant mieux ». En quelque sorte, et selon les mots mêmes de Jeremy Defossez, il s’agit ici d’« une démarche complémentaire » des clubs.

Ne reste plus qu’à attendre la finalisation du calendrier des cours, qui devraient commencer vers la fin février. En attendant, ne reste qu’à se rendre sur place (55 rue Sully) et à suivre l’encouragement de Jeremy Defossez : « Venez nous rencontrez sur place pour voir le concept de la Boîte à Patins, il y a plein de choses à découvrir. C’est vraiment quelque chose de ludique et fun. »

Morgan Chaumier