ROLLER-HOCKEY : Dix minutes qui changent tout

Roller Hockey Greenfalcons Vs Ecureuils Kevin Devigne Gazettesports 37
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Très mal entrés dans leur rencontre, les Greenfalcons n’ont pas réussi à remonter le retard qu’ils y ont pris et s’inclinent donc, sans avoir à rougir, face à des Écureuils qui auront tout de même menés tout le match.

Le match n’aurait pas pu commencer plus mal pour les Greenfalcons, ou mieux pour les Écureuils, selon le point de vue d’où l’on se place. En effet, il a suffi de 6″ pour que les Messipontins écopent de leur première prison. Suffisant pour que les Amiénois ouvrent le score quasiment immédiatement, par Grossemy (0’44, 0-1). Dans la foulée, Amiens continuait son travail de sape et, sur une percée de Baquet le palet était mis dans la zone du but où Petit finissait le travail (1’24, 0-2). Les visiteurs subissaient ensuite une infériorité mais les Messipontins malgré une belle opportunité de Josse (2’30), ne se montrait que très peu dangereux et se faisaient même peur une nouvelle fois quand Renaud Crignier faisait un festival sur un contre (2’37). Si les Greenfalcons semblaient avoir sorti un peu la tête de l’eau et commençaient à solliciter Dumeige, les Ecureuils étaient plus tranchants et lorsque Petit était servi tout seul face à Choteau, il avait même la lucidité de temporiser pour attendre l’arrivée de Marcos qu’il servait idéalement en retrait pour le troisième but amiénois (6’37, 0-3). Les visiteurs continuaient à pousser et creusaient encore plus l’écart quand Adrien Defrance trouvait le chemin des filets (8’30, 0-4).

A ce moment du match, il paraissait difficile d’imaginer autre chose qu’une fessé et qu’un derby d’ores et déjà plié. Pourtant, les Greenfalcons se rebellaient enfin et ne semblaient pas l’entendre de cette oreille. La suite de la mi-temps était ainsi plus équilibrée et faisait avant tout la part belle à deux gardiens en grande forme. Que ce soit Dumeige (9’20, 11’06, 16’42, 17’22, 21’01, 22’10, 23’43, 24’01) ou Choteau (12’26, 15’04, 17’54, 21’16, 21’58, 22’46, 23’25), les portiers prenaient globalement le pas sur les attaquants, malgré de très belles opportunités. Seul Picard, servi astucieusement par Candellier à l’entrée du camp amiénois finissait par trouver la faille dans ce dernier quart d’heure de la première période (19’28, 1-4), permettant ainsi, malgré un écart toujours présent, de garder son équipe dans le match à la pause.

Les Greenfalcons se donnent les moyens d’y croire

Ce sont justement les Greenfalcons qui décidaient de prendre le match à leur compte au retour des vestiaires. Les tirs les plus dangereux ne venaient quasiment plus que d’eux mais que ce soit devant Josse (25’53), devant Picard (27’02), devant Candellier (28’36’) ou devant Josse à nouveau (29’43), alors même que les Ecureuils étaient en supériorité, sans réussir à en profiter pour être dangereux, Dumeige était impeccable et repoussait l’échéance. Si Bacquet réussissait enfin à mettre à contribution Choteau dans cette seconde période (31’06), ce sont bien les Greenfalcons, après une situation déjà très dangereuse où Demaret manquait le cadre pourtant en position idéale (31’40), qui profitaient d’une supériorité pour, enfin, tromper la vigilance de Dumeige d’un tir de Pépin, servi par Hard (32’45, 2-4).

Roller Hockey Greenfalcons Vs Ecureuils Kevin Devigne Gazettesports 15

Si les Greenfalcons étaient alors en ébullition, comme le gymnase, plein à craquer, les Ecureuils parvenaient alors à se montrer plus dangereux. Malgré un très gros temps fort des locaux, ce sont Poussart (35’25) puis Renaud Crignier (38’06), alors que son équipe était pourtant en infériorité, qui se montraient désormais les plus dangereux. Mais finalement, ce sont les locaux qui profitaient de cette supériorité quand, sur le relance, Tétu venait battre Dumeige en coin, depuis la gauche (38’10, 3-4). Les Messipontins se sentant sans doute pousser des ailes, Candellier, pourtant juste devant son propre but, obligeant même Dumeige à la parade (38’58).

Les Écureuils trouvent les ressources pour tuer le match

Mais les efforts consentis par les Greenfalcons pour revenir dans le match devaient se faire ressentir. Et les Écureuils sentant le danger se faire plus pressant réagissaient et, juste après une action confuse où le public fêtait même ce qu’il croyait être l’égalisation de Josse (41’37), Marcos, après un beau une-deux avec Clément Crignier, venait doucher les Messipontins (41’48, 3-5). Dans la foulée, Bacquet redonnait même de l’air aux Amiénois en inscrivant un nouveau but (42’02, 3-6). En moins d’une minute, les mouches avaient changé d’âne et les Écureuils, implacables, avaient repris leur marche en avant.

Les Greenfalcons ne tardaient pourtant pas à réagir puisque quelques instants après, suite à un gros travail de Josse, Pépin réduisait de nouveau l’écart (42’54, 4-6). Mais la chance des locaux était passée et la fin de match s’avérait plus équilibrée. C’est même Lecuelle qui touchait le poteau (44’46) avant que Petit, bien lancé par Fouré, n’enterre définitivement les espoirs messipontins en marquant ce qui sera le dernier but du match (45’10, 4-7). Les dernières minutes furent encore animées par quelques grosses occasions, de part et d’autre, mais les locaux ne seront pas même en mesure de réduire l’ampleur du score lors des deux dernières minutes, jouées en supériorité, les Ecureuils se montrant même plus dangereux, par Marcos (49’20) puis Renaud Crignier (49’40) après la seule opportunité, de Pépin (48’11), sur cette période.

S’ils ont été malmenés, les Écureuils restent donc invaincus et ont réussi à toujours garder derrière eux un adversaire qu’ils ont rapidement su mettre à distance. Pour les Greenfalcons, il peut y avoir de la frustration. S’ils ont su, de nouveau, après le match contre Cholet, se mettre au niveau d’un gros du championnat, leur début de match les a plombé. Les Messipontins sont désormais 4ème avec seulement 3 points d’avance sur Maisons-Laffitte.

Greenfalcons de Pont-de-Metz – Écureuils d’Amiens : 4-7 (1-4)

Buts : Picard (19’28), Pépin (32’45, 42’54) et Tétu (38’10) pour Pont-de-Metz ; Grossemy (0’44), Petit (1’24, 45’10), Marcos (6’47, 41’48), Defrance (8’30) et Bacquet (42’02) pour Amiens

Greenfalcons de Pont-de-Metz : Paul Choteau – Antoine Tetu – Kevin Dantan – Antoine Buriez – Adrien Josse – Valentin Demaret – Pierre-Antoine Picard – Matheo Candellier Brohon – Henri Pepin – Jeremy Hard

Écureuils Amiens : Ludovic Dumeige – Sacha Fouré – Arnaud Grossemy – Renaud Crignier – Elie Marcos – Simon Petit – Arthur Poussart – Antonin Lecuelle – Clément Crignier – Adrien Defrance – Hugo Bacquet

Morgan Chaumier

Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports