LES GOTHIQUES – Philippe Halley : « C’était ma meilleure année professionnelle »

Hockey Sur Glace Gothiques Vs Bordeaux Kévin Devigne Gazettesports 94
Ⓒ Gazette Sports

Après Mario Richer, c’est au tour de Philippe Halley de revenir avec nous sur son année 2019.

Philippe, quel est ton meilleur souvenir de l’année 2019 ?

L’année 2019 c’est évidemment la coupe de France que l’on a gagné, je ne crois pas qu’il peut y avoir d’autres souvenirs qui peuvent battre cet exploit-là. Je dirais la coupe de France, et la bonne saison que l’on fait dans la continuité. Je crois que c’est ce que je retiens de 2019.

Vous êtes également en train de réussir un très bon championnat…

Oui c’est certain, on a toujours visé un TOP 4 et en ce moment on est peut-être un petit peu au-dessus des attentes en rivalisant avec Grenoble. On était habitués les dernières années à voir Rouen et Grenoble aux deux premières places vraiment loin devant, donc c’est bien que ça soit assez chaud dans le haut du classement. On va essayer de maintenir le rythme le plus possible.

As-tu un mauvais souvenir durant cette année 2019 ?

Le seul petit mauvais souvenir je crois que c’est le dernier match contre Grenoble, au Coliseum, on tenait la victoire à trente secondes de la fin et ils ont égalisé puis ils ont gagné. C’est sûr aussi que les défaites contre Rouen et Angers ont fait un petit plus mal, mais on essaie toujours d’oublier ces performances là et de rebondir. S’il y a de moins bons souvenirs c’est ça, mais ça ne gâche pas l’année non plus.

Quelle place a cette année dans ta carrière ?

C’était ma meilleure année professionnelle avec la coupe de France qu’on a été chercher pour la ville d’Amiens. Je crois vraiment que parmi les années professionnelles ça a été la meilleure. Et puis il y a aussi l’esprit d’équipe que l’on a et tous les bons souvenirs que l’on peut avoir avec la ville, avec les partisans. Tout ça à une place dans mes meilleurs souvenirs de hockey évidemment.

Tu suis un peu le sport à Amiens ?

Je suis un petit peu ce que l’ASC fait, on est aussi allés voir du handball, du volley-ball aussi, mais pour suivre tous les résultats c’est un peu plus compliqué. Mais c’est vrai que j’aime bien savoir quand une équipe amiénoise a du succès.

Dans le sport en général, quelque chose t’a marqué en 2019 ?

Je vais parler du sport nord-américain : le titre NBA des Raptors de Toronto au Canada. Je suis un grand fan de basket-ball, de football américain et de hockey, j’aime bien regarder ces sports là, donc c’est sûr que le titre des Raptors c’était un bel exploit.

Tu regardes beaucoup les sports US ?

Oui lorsque je peux. Comme le jour de Noël à partir de 18h j’ai regardé des matchs de NBA. Le week-end, quand on ne joue pas, j’arrive aussi à regarder les matchs de l’après-midi de NHL ou de NFL, qui sont à 13h là-bas donc à 19h ici. Donc oui, quand on a pas de match j’en profite pour suivre le sport US.

Si on continu à bien travailler comme ça on peut avoir du succès en tant qu’équipe et de bonnes choses vont arriver

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour 2020 ?

Répéter ce que l’on a fait en 2019, avoir le plus de succès possible, et puis évidemment le rêve de n’importe quel joueur c’est d’aller chercher un titre, même si on ne veut pas trop en parler. Mais si on continue à bien travailler comme ça, on peut avoir du succès en tant qu’équipe et de bonnes choses vont arriver.


Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédits photos Leandre Leber / Kevin Devigne Gazettesports.fr