LES GOTHIQUES – Mario Richer : « Si tu ne fais que rêver tu ne travailles pas »

Continental Cup Gothiques Vs Ferencvarosi Kevin Devigne 143
Ⓒ Gazette Sports

Aujourd’hui nous dressons le bilan de l’année 2019 des Gothiques en compagnie de Mario Richer. Un bilan aux accents historiques…

Mario, pour commencer, quel est votre meilleur souvenir de 2019 ?

Ah c’est sûr que c’est la coupe de France. La coupe de France que l’on est allés chercher, c’est un très bon souvenir. Quand tu te promènes en centre ville tu te rappelles que l’on a soulevé la coupe à la Mairie, c’était bien pour tout nos partisans, pour la ville d’Amiens et pour les joueurs aussi. Tu ne peux pas oublier ce moment-là.

Les Gothiques, vainqueurs de la première coupe de France de leur histoire en février 2019

Qu’est ce que vous retiendrez de cette année ?

On en apprend toujours sur la gestion des joueurs, on retient aussi que les partisans sont acharnés à Amiens, ils veulent avoir une équipe compétitive, ils suivent l’équipe. Il y a un potentiel dans la ville d’Amiens pour attirer les gens et pour qu’ils soient fidèles à leur équipe.

Un événement vous a particulièrement marqué dans le sport en général au cours de cette année ?

Surement le titre de Saint-Louis. Quand tu suis le hockey tu suis la Ligue Nationale donc je dirais le championnat de Saint-Louis. Sinon aucune idée, je ne me rappelle même pas qui a gagné la Ligue des Champions ?
Ah Liverpool… je suis content pour eux alors. Je ne regarde pas les résultats. Quand je vais à la salle de musculation il y a des partisans de l’Amiens SC, à chaque fois je leur demande les résultats et ce sont eux qui me disent. Comme je dis, je ne regarde pas les journaux, j’arrive ici (ndlr : au Coliseum) et je regarde les nouvelles au Canada pour voir ce qu’il se passe avec les équipes de hockey.

Quelle place a cette année 2019 dans votre carrière d’entraîneur ?

C’est sûr que ce seront de bons souvenirs. Comme j’avais dit aux joueurs : « Vous êtes champions à jamais ». Donc tous les joueurs qui étaient dans le vestiaire l’an passé sont des champions pour l’éternité, leur nom est gravé sur la coupe en France.
Comme ceux qui ont fait le débarquement en Normandie, ils sont gravés pour toujours. J’y étais hier (ndlr : le 25 décembre), c’est impressionnant, ça c’est vraiment impressionnant. Les cimetières canadiens… wahou. Surtout les choses qui sont écrites sur les pierres tombales, les messages, il y a de très beaux messages.

Cette année vous avez également eu un « tifo » à votre effigie en tribune…

Je n’ai aucun contrôle la dessus, ce sont les partisans qui décident, c’est toujours flatteur. Normalement c’est l’inverse, les partisans demandent des choses qui ne sont pas positives. Il faut juste regarder au foot quand ils mettent des messages, comme par exemple ce qu’ils on fait avec Neymar à Paris. Normalement c’est plus ça, donc là c’est du jamais vu pour moi, c’est une reconnaissance.

Hockeysurglace Gothiques Vs Gap Coupedefrance Kevin Devigne Gazettesports 3

Qu’est ce que l’on peut vous souhaiter pour l’année 2020 ?

Que mon équipe compétitionne le plus possible, et avec la compétition et le travail, arrivent le succès et les titres. On ne peut pas passer à travers ça, c’est la première affaire, tu as beau rêver, si tu ne fais que rêver tu ne travailles pas.

Mais vous en avez des rêves ?

Non, ce ne sont pas des rêves, ce sont des objectifs. Moi je veux faire du hockey. Comme je l’ai dit, hier (ndlr : le 25 décembre) j’ai été voir les plages du débarquement de Normandie, j’étais à Dieppe aussi, je me suis promené, j’ai également regardé le spectacle sur la Cathédrale d’Amiens, c’est toute l’histoire, ce sont de belles choses à voir. Je suis capable de faire les deux, ma passion qui est le hockey et l’histoire, donc c’est bien.


Propos recueillis par Quentin Ducrocq le 26 décembe 2019

Crédits photos Kevin Devigne / Leandre Leber Gazettesports.fr