HOCKEY-SUR-GLACE : Les Gothiques doivent s’adapter

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Après un premier succès 4-5 à Briançon, serré sur le papier, beaucoup moins dans les faits, Mario Richer est revenu sur cette rencontre et sur les enseignements que doivent en tirer ses joueurs.

Alors qu’ils menaient 0-3 après six minutes de jeu, les Gothiques ont vu des Diables Rouges (en grande réussite), s’accrocher durant toute la partie. Pour Mario Richer, le score « serré » ne reflétait pas forcément la physionomie du match : « On a gagné le match il faut rester positif là-dessus. Il faut dire que l’on est très bien partis dans cette rencontre. Par contre, eux ils ont eu deux chances de compter dans le premier et ils les ont mises dedans, donc ils ont été très opportunistes. »

Un opportunisme et une réussite, que le coach amiénois soulignait par des chiffres précis : « Sur l’ensemble du « game » ils ont 17 lancers dont 14 en avantage numérique… Donc seulement trois lancers à 5 contre 5. Le résultat est serré mais en fin de compte le match n’était pas si serré que cela. C’est ça qu’il faut voir, il y a le résultat de la fin mais il faut voir que l’on a joué un deuxième acte presque complet à 4 contre 5 ou à 3 contre 5. »

Pour autant, les Samariens auraient du « tuer » la rencontre après le début de match : « Ce n’est pas un relâchement, ce sont des petits détails que l’on doit régler. On aurait pu creuser le score encore plus mais on a joué un peu trop « tranquille »,  notamment en 3ème période. Mais on a eu 40 lancers à 17, ce n’est pas un méchant match. »

S’adapter à l’arbitrage 

Pénalisés à de nombreuses reprises durant la partie, les Amiénois se sont mis en difficulté en encaissant deux buts en infériorité. Pour Mario Richer, il est important que ses joueurs s’adaptent : « Il faut s’ajuster, c’est important. S’ajuster aux règles du contact; on a pu voir que, comme l’an dernier, les mises en échecs étaient beaucoup sanctionnées. Donc c’est aux joueurs de s’ajuster à l’arbitrage et au règlement. »

Pour autant, au vu des échéances qui attendent son équipe, l’entraîneur des Gothiques est conscient du style de jeu « engagé » que sa formation pratique : « On est une équipe plus « grosse », on se prépare un peu plus pour la Continentale Cup. Donc en étant plus gros et aussi intense et bien on aura peut être plus de punitions à cause du règlement qui est comme ça. »

… et à la vidéo

Durant la partie, l’utilisation de la vidéo, à « casser » le rythme de la rencontre à plusieurs reprises. Les deux équipes avaient été prévenues de cette « expérimentation », comme nous le confiait Mario Richer : « Ils (ndlr : les arbitres) nous ont averti avant le match qu’ils expérimentaient, il n’y avait même pas de demandes à faire de la part de l’autre équipe pour une vidéo. Aussitôt que l’on comptait un but il y avait toujours un moment où ils regardaient la vidéo… ça permettait aussi à l’autre équipe de se reposer. La demande pour la vidéo ça va devenir un temps mort déguisé… »

Quoi qu’il en soit, en ce début de saison, et que ce soit pour les entraîneurs, les joueurs et les arbitres, il va être question « d’adaptation » pour les acteurs du hockey français. Au repos ce samedi, les Gothiques auront ensuite 3 jours pour préparer le derby de mardi face aux Dragons de Rouen, et régler « les petits détails » qui n’ont pas été face à Briançon.

Quentin Ducrocq

 

Crédits photos Leandre Leber Gazettesports.fr

HOCKEY-SUR-GLACE : À la découverte des Hockey Dokey