HOCKEY-SUR-GLACE : À la découverte des Hockey Dokey

Ⓒ Gazette Sports

Il y a quelques mois, indépendamment du club des Gothiques et du Coliseum, se créait l’équipe de hockey sur glace loisir des Hockey Dokey. Aujourd’hui, Manuela Mortier, présidente de l’association, nous présente cette équipe où le « plaisir » apparaît comme le maître-mot !

Pour commencer, pouvez-vous nous présenter le projet ?

Nous sommes un groupe d’adultes qui pratiquait pour son loisir le hockey sur glace au Coliseum. Le Coliseum proposait des horaires en semaine pour des gens comme vous et moi qui voulaient pratiquer. Nous étions donc inscrits sur le créneau du jeudi soir depuis quelques années mais on commençait à s’ennuyer parce que ce ne sont que des entraînements… On a donc eu l’idée de créer une association pour pouvoir faire une équipe et ensuite pouvoir jouer des matchs à l’extérieur contre d’autres équipes. On a donc lancé cette idée-là au mois d’avril, il fallait minimum quinze personnes qui soient d’accord pour s’inscrire… on s’est finalement retrouvés à 30 ou 40 joueurs partants !

Quels type de profils avez-vous au sein de l’association ?

Aujourd’hui, nous avons 30 joueurs âgés de 19 à 62 ans dont deux femmes. On a eu d’autres demandes, mais nous avons été obligés de les laisser sur une liste d’attente.  Il n’y a pas de mineurs, mais en dehors de ça il y a tout âges et tout profils. On a des joueurs qui ont commencé le hockey en loisir il y a deux ans, d’autres qui sont des anciens pros ou des anciens de N4 qui veulent maintenant reprendre le côté loisir mais pas en compétition, mais aussi des débutants. Un grand mélange de différents profils.

D’où vient le nom de l’association : Hockey Dokey ? 

Quand on a créé l’association il nous fallait un nom. Avec mon compagnon nous avons un enfant en bas âge qui a toujours une poule. On a donc utilisé cette poule pour faire le logo et on l’a retravaillé pour la rendre un peu plus méchante, sinon ce n’était pas très crédible (rires). Pour “Hockey Dokey », on a cherché sur internet et on a vu une signification qui voulait dire « roule ma poule », donc ça convenait parfaitement.

Depuis le lancement avez-vous eu des partenaires qui vous ont rejoints ? 

Une fois qu’on a eu le nombre de joueurs que l’on voulait on s’est dit qu’on allait essayer de trouver des partenaires pour financer nos maillots. On a démarché de tous les côtés et finalement on nous a suivi assez facilement. Grâce à cela on a pu faire deux jeux de maillots, nos bas et là on nous offre des doudounes .

À l’heure actuelle de quoi avez-vous encore besoin ? 

On aimerait pouvoir recevoir une autre équipe un jour

Les financements seront toujours les bienvenus parce que c’est ce qui va nous aider à nous dédommager des déplacements et des frais. Chaque tournoi, chaque déplacement, l’association prend en charge une partie des frais jusqu’au moment où on aura peut être plus de fonds. Les joueurs participent aussi à leurs déplacements. Maintenant, on aimerait pouvoir recevoir une autre équipe un jour…

Vous avez trouvé des adversaires facilement ?

On a commencé à faire nos recherches à droite à gauche et beaucoup de patinoires : Compiègne, Laon, Rouen, Cléon, nous ont proposé de venir pour faire des matchs et des tournois. Depuis le mois d’avril on est déjà mobilisés pour des tournois. Pour pouvoir jouer, nos adhérents paient une cotisation qui permet de leur faire financer leur licence, on est affiliés chez UFOLEP donc on est assurés pour pratiquer le hockey sur glace.

Avez-vous gardé un créneau le jeudi soir pour vous entraîner ? 

Le créneau du jeudi n’est pas en « lien » avec l’association. L’association comporte les entraînements que chacun veut faire ou non… si certains veulent s’entraîner sur un autre créneau en semaine ils peuvent, l’association est vraiment indépendante de tout ça. Quelqu’un qui veut rejoindre l’association mais qui n’est pas inscrit au Coliseum, le peut sans soucis. 

La plupart des membres viennent quand même le jeudi ?

Quand nous avons lancé le projet j’ai proposé forcément en priorité à ceux qui étaient inscrits le jeudi. Sur toute l’équipe, hormis deux ou trois personnes, tout le monde s’est inscrit donc je me suis retrouvée tout de suite au complet avec 30 joueurs (ndlr : la limite qui avait été fixé par l’association).  

 On sent une volonté de votre part de pouvoir faire des matchs à Amiens…

Notre projet ça serait qu’un jour on nous autorise à pouvoir organiser un tournoi en fin d’année et que l’on puisse avoir un ou plusieurs matchs dans l’année à Amiens. Pour pouvoir rendre les invitations qui nous sont envoyées. On a fait une demande qui n’a pas trop aboutie pour le moment…

Pour l’instant on a vraiment tout ce qu’on voulait : une équipe, de l’envie, une bonne entente et des maillots

Aujourd’hui, diriez-vous que le projet prend forme comme vous le souhaitez ?

Là pour l’instant on a vraiment tout ce qu’on voulait : une équipe, de l’envie, une bonne entente et des maillots ! Maintenant notre seule envie c’est de jouer des tournois (ndlr : Ils en ont joué un premier ce week-end à Garges). 

Quels sont les « maîtres-mots » de l’association ?

Loisir, plaisir et amusement autour de la passion du hockey. Nous ne sommes que des passionnés, de tous niveaux et on ne se prend pas la tête. C’est vraiment loisir, il n’y a pas d’obligation de participer aux matchs : je propose un match, un tournoi, et nos adhérents répondent présent ou non.

Quel est le niveau des équipes que vous rencontrez en général ?

On ne demande à faire que des rencontres de niveau loisir. En général quand on est invités, la question de notre niveau est posée. Certaines structures ont plusieurs équipes allant du loisir à niveau assez élevé en passant par un niveau intermédiaire. Nous on privilégie le niveau loisir pour avoir des matchs qui sont à notre portée.  

À quelle fréquence allez-vous disputer des matchs ?

C’est un peu la découverte parce qu’on commence la saison mais je pense qu’on va essayer d’être à un ou deux matchs par mois avec deux ou trois tournois dans l’année.   

Avec les nombreuses demandes que vous avez dû refuser, envisagez-vous de créer un autre équipe par la suite ?

Pour l’instant on va se contenter d’une équipe, en termes de temps ça nous prend déjà le weekend et notre temps libre. Pour le moment nous n’avons pas les « ressources » pour nous occuper de plus de monde, donc ce n’est pas au programme pour le moment.  

C’était important de créer une structure  de hockey-sur-glace « loisir » sur Amiens ?

La création de cette association c’est l’aboutissement de ce que l’on aime faire ! On peut enfin faire des rencontres, pas que des entraînements. Certains jouent des matchs pour la première fois de leur vie, ça les rend heureux. Même s’il y a une différence de niveau on joue pour se faire plaisir, on ne joue pas pour gagner.

Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Avec la collaboration d’Océane Kronek

Crédits photos DR Cyril Saint Ouen

HOCKEY-SUR-GLACE : Infos pratiques