ATHLÉTISME : Olivier accélère, Moustin-Aubatin passe un cap, Mouchet prend plaisir

0
141

Si pour bon nombre d’entre eux, la saison est terminée, certains athlètes prolongent leur période de compétitions estivales avec dans le viseur des championnats nationaux ou par pur plaisir. 

Quelques amiénois à Paris

Quatre coureurs de l’AUC ont participé à la troisième soirée organisée par le CS Ternes Paris le mercredi 10 juillet. La spécialiste du 400 mètres haies Emilie Montcho a remporté la plus rapide des séries sur la distance en réalisant 63″21 (N3) non loin de sa meilleure marque de la saison. Elle avait été chronométrée en 62″79 lors des Championnats de France Universitaires.

Kévin à gauche lors du Meeting d’Amiens Métropole

Plus tardivement, les amateurs du tour de piste, sans obstacles cette fois, concourraient. Le cadet Gradi Makiese-Totokolo sortait victorieux de sa série en 53″16 (IR4) pour sa première sortie sur la distance, si particulière à gérer. Rémi Jocteur-Monrozier terminait cinquième de sa course en 52″26 (IR3). Il n’améliore pas son record personnel à l’inverse de l’autre espoir amiénois Kévin De Witasse Thézy. Troisième de sa série en 51″76 (IR3), il retranchait cinq petits centièmes à son précédent record personnel.

Plus à l’est, Aurélien Dassonneville battait le même soir sa meilleure marque sur le 3000m steeple lors des traditionnelles soirées de Saint-Maur-des-Fossés. Il termine cinquième de sa série en 9’55″54 (IR3).

Une soirée lilloise sourit aux lanceurs 

Ce même mercredi soir, Antoine Riou et Thomas Cuisset avaient pris la route de Lille pour participer à un meeting dédié aux lancers. Antoine arrivait sur une bonne dynamique après une nouvelle breloque nationale glanée à Châteauroux au poids et un meilleur jet de la saison au disque. Engagé au disque, l’espoir a fait mieux en signant 48m96 (N4). Cela fait plus de deux années qu’Antoine n’avait pas lancé si loin.

Thomas Cuisset lors du Meeting d’Amiens Métropole

Thomas Cuisset, récent champion de France des M40 au poids s’est également illustré. Auteur d’un jet à 16m34, il signe de loin sa meilleure performance de la saison (15m87 auparavant) et termine proche de son record personnel extérieur (16m58).

Trois performances nationales à Montgeron

A l’occasion des championnats d’Île-de-France, trois sociétaires de l’Amiens UC ont concourus “hors-championnats”. Dylan Olivier a d’abord du se qualifier en finale sur le tour de piste : victorieux en 47″82  (N3) le samedi 13 juillet. Il a ensuite pu prendre part à une course rapide mais venteuse le lendemain en finale. Second, il abaisse de cinq centièmes son record personnel pour buter proche de la barre des 47″ en 47″11 (N2). Aurore Dilly participait quant à elle au concours de marteau où elle est restée légèrement en deçà de ses standards de la saison. Cinquième avec 52m03 (N4), Aurore n’améliore pas son record personnel battu deux semaines auparavant (54m89 à Bruay-la-Buissière).

Rebecca a passé un cap, ici avec son coach Alain Doré

L’espoir spécialiste du triple-saut Rebecca Moustin-Aubatin était également à Montgeron. Quatrième des Championnats de France Espoirs il y a deux semaines, l’Amiénoise était sur une série de performances très dense qui laissait présager la sortie d’une performance de pointe : 12m67, 12m53, 12m65, 12m60 pour ces derniers concours. Le record personnel est tombé sur sa cinquième tentative du concours : 13m07 (+1,1 m/s – N2). C’est quarante centimètres de mieux que sa précédente meilleure marque, un petit monde à ce niveau.

Charlotte Mouchet de Naples à Courtrai

La spécialiste du double-tour de piste avait été sélectionnée en Equipe de France Universitaire pour participer aux Universiades, cette année à Naples. Celle qui avait réalisé 2’02″85 (N1) à Oordegem en mai dernier a depuis eu du mal à confirmer. Montreuil et Tomblaine ne l’ont pas vue en grande réussite avant que Marseille la rassure un peu (2’03″70). En Italie, Charlotte Mouchet a d’abord passé le cut des séries (troisième en 2’08″05) avant de manquer la qualification pour la finale (sixième de sa demi-finale en 2’07″95 le 9 juillet dernier).

Elle n’était pas la seule rouge et blanche présente puisque Stella Akakpo avait également posé ses valises en Campanie. Dans une saison compliquée, la sprinteuse revenait à peine de Minsk (Biélorussie), honorant une sélection pour les Jeux Européens. Elle s’y était rassurée en prenant la troisième place du 100 mètres en 11″52 (+1,1 m/s – N1). En Italie, Stella est sortie en demi-finale signant 11″72, trop juste pour accéder à la finale.

Charlotte était déjà de retour avec un dossard sur la poitrine lors du meeting de Courtrai samedi soir. Cependant elle avait, le temps d’une soirée, troqué ses deux tours de piste habituels contre les trois tours trois quarts du 1500 mètres. Partie prudemment puis un peu esseulée à la relance, elle termine cinquième en 4’19″72 (N1). Seules cinq françaises ont fait mieux cette saison.

On a pu te voir ce soir au départ d’un 1500 mètres, quel était l’objectif ?

“L’objectif c’était vraiment de reprendre plaisir dans l’athlétisme puisque ma performance sur 800 mètres n’est pas à la hauteur de ce que je devrais faire. Même si je fais de l’athlétisme pour faire du haut-niveau, on sait que le haut-niveau c’est pas du plaisir tous les jours.”

Cela sort aussi d’une certaine monotonie du 800 mètres non ?

“Mes dernières courses sur 800 mètres ont été difficiles pour moi psychologiquement parce qu’elles ne mettent pas en valeur les efforts que je fais à l’entraînement. J’étais aux Mondiaux Universitaires, ça ne s’est pas passé comme prévu.”

“J’ai pris mon pied à courir”

“Franchement ce soir j’ai pris plaisir, je n’ai pas pris de risques. Je voulais vraiment faire une belle performance. Je reste déçue de faire 4’19, je m’attendais à faire un peu mieux. J’ai vraiment pris mon pied à courir, je fais un truc intelligent et c’est l’essentiel.”

Tu te dis déçue de ce chrono, comment tu analyses ta course ?

“Cela change vraiment du 800 mètres. C’était sympa. Je pense que vu ce que je fais sur 800, je peux passer beaucoup plus vite au 1000 sur 1500 mètres. Je ne voulais vraiment pas prendre de risques et pouvoir finir en étant bien, sans exploser. On va dire que je suis contente de la manière dont j’ai couru après je suis un peu surprise du résultat final.

Charlotte lors du premier tour Interclubs à Amiens

J’avais bien mal aux jambes en terminant, la douleur n’est vraiment pas la même que sur 800 mètres où c’est de la crispation. Là cela entame vraiment les jambes et sur la fin je pensais vraiment doubler Elodie (4ème en 4’18″81). Je pense qu’en prenant plus de risques, le chrono aurait vraiment pu être meilleur. Je ne connais pas trop les allures alors j’ai vraiment couru à la sensation. J’ai pris mon pied c’était l’important.”

Les Championnats de France Elites arrivent, comment cela se présente ?

“On verra comment cela se passe dans 15 jours, il me reste du temps pour me reposer. Franchement c’est psychologique. Je sais que la valeur d’un athlète n’est pas par rapport à ce qu’on fait à l’entraînement, on est jugé sur ce qu’on fait en compétitions.”

“J’ai toujours mis plus de temps à réussir que d’autres”

“J’ai encore des problèmes mais je travaille dessus pour que ça passe en compétitions. Le 15 va m’aider à relativiser le 8 parce que je fais tellement de belles séances que j’attends de sortir de grosses performances. Cela devient forcé, ce n’est pas moi. Cela va passer, j’ai toujours mis plus de temps à réussir que d’autres dans tout ce que je fais donc il n’y a pas de raisons. Même s’il y a des hauts et des bas, je me relève tellement des échecs que j’espère que cela va se concrétiser un jour ou l’autre.”

Un irrésistible camonois fait de la résistance

Le dernier pistard de l’US Camon encore sur le circuit à ce stade de la saison a lui aussi profité de la soirée belge. Vincent Visbecq s’est classé troisième de sa série du 1500 mètres en 3’53″67 (N4). Il signe sa première performance nationale au terme d’une course pleine où il bat son record de plus d’une seconde, abaissant par la même occasion celui de son club.

Les Juniors, bien arrivés en Suède 

Les trois sélectionnés dans le collectif France pour disputer les Championnats d’Europe sont bien arrivés à Borås. Après quelques jours de rassemblement au CREPS de Reims comme nous l’avait confié Paul Tritenne (interview des amiénois ici), Maelly Dalmat, Thomas Gogois et le précédent nommé ont atterri hier en Suède. La compétition débutera jeudi 18 juillet.

Thomas, Paul et Maelly aux côtés de Pascal Labize, kinésithérapeute du collectif France

 

Vincent Guyot

Crédits Photos : Gazette Sports – L. Leber / AUC – Y. Abshir Ali – W. Aubatin – A. Rubin

 

NATATION : Belle expérience pour la jeunesse de l’AMN




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.