CYCLISME : Une bordure manquée c’est comme un but contre son camp ou un ko inexplicable

0
134
France's Thibaut Pinot and riders keep pulling on in the second group during the tenth stage of the 106th edition of the Tour de France cycling race between Saint-Flour and Albi, on July 15, 2019. (Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Le Tour de France a fait relâche ce mardi à Albi et nous imaginons facilement ce qui s’est passé dans la tête de Thibaut Pinot. Le leader de l’équipe Groupama-FDj a complètement raté l’étape de la veille et il a concédé 1mn 40’ à ses principaux adversaires notamment Egan Bernal et Geraint Thomas.

Dans cette étape qui paraissait de prime abord comme devant être sans conséquence, il s’est passé un fait de course absolument incroyable. Thibaut Pinot n’a pas été victime d’une chute, d’une crevaison mais tout simplement .. d’une bordure. En quelque sorte, Pinot s’est fait bêtement piéger comme un débutant.

Une bordure et tout bascule

Ce n’est pas une défaillance ou un passage à vide physiquement car le protégé de Marc Madiot est très fort et pourtant, il a laissé des plumes. Un fait de course qui va laisser des traces. Et Thibaut Pinot a peut-être perdu le Tour de France sur une énorme erreur de concentration.

Alors, on se dit qu’en sport tout peut arriver. Ainsi dans le football et nous l’avons constaté dans la Coupe d’Afrique des Nations, des buts incroyables ont été marqués. Le plus souvent lorsqu’un défenseur trompait involontairement son gardien, quand ce n’était pas ce dernier qui ratait carrément une sortie devant son but.

Un fait de jeu qui entraîne de fâcheuses conséquences 

Ces erreurs de concentration, nous les rencontrons aussi dans un sport impitoyable qu’est la boxe. Rappelez vous le ko incroyable de l’Amiénois Sabri Sediri qui, voici quelques mois en Angleterre, menait aux points mais s’est retrouvé au tapis dans le 10e et dernier round. Tout cela parce qu’il avait connu quelques secondes de trou noir.

Le sport de haut niveau ne pardonne aucun écart.

Thibaut Pinot qui reste pourtant comme un formidable coureur, va regretter cet instant où à cause du vent, d’une route qui se rétrécit, il a manqué le bon wagon.

Lionel Herbet

Crédits photos JEFF PACHOUD / AFP

ATHLÉTISME : Olivier accélère, Moustin-Aubatin passe un cap, Mouchet prend plaisir




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.