HOCKEY-SUR-GLACE : Le combat continue

0
178
CIT Dessaint

Après deux matchs très serrés à Amiens, terminés tous deux en prolongation, les Gothiques doivent désormais se tourner vers les matchs 3 et 4 à Bordeaux. Pour Mario Richer, il ne fait aucun doute que ces rencontres seront encore de la même intensité que celles disputées à Amiens.

Gros défi physique en perspective

Cette série face à Bordeaux, 6ème de la ligue, vainqueur à 3 reprises des Gothiques en saison régulière, s’annonçait comme très serrée. Et après 2 matchs, force est de constater que les promesses d’une série accrochée et disputée sont bel et bien tenues. En effet, à deux reprises, Amiénois et Bordelais ont dû se départager en prolongation (0-1 et 3-2), se rendant ainsi à Mériadeck à égalité dans la série (1-1).

En terre girondine, Mario Richer s’attend encore au même type de rencontre : “Ça va être des matchs intenses, deux équipes qui veulent absolument gagner, qui vont tout faire pour gagner, donc ça va être des matchs de hockey dans la lignée de ceux que l’on a vu à Amiens.”

Deux rencontres à Mériadeck, où Bordeaux reprend donc l’avantage de la glace, dans une patinoire où il est difficile de gagner, comme le reconnaît l’entraîneur des Gothiques : “C’est sûr que tu joues pour avoir l’avantage de la glace, c’est une place qui n’est pas facile à jouer, donc c’est à nous d’être prêts mentalement et prêts à faire les sacrifices pour y arriver.”

Rester solide et discipliné

Deux rencontres durant lesquelles les Amiénois devront s’appuyer sur “les bases” selon le coach picard : “Être bien dans le système, si on joue bien dans le système ça va bien aller, et discipliné aussi. Il ne faut pas trop penser attaque, il faut bien se défendre, comme eux ils font aussi. Donc ce sont deux équipes qui jouent bien défensivement et ça ne donne pas beaucoup d’opportunités.”

Et si les deux matchs qui se profilent en Gironde s’annoncent déterminants, Mario Richer en appelle au soutien du public vendredi soir pour le match 5, lui qui se dit quelque peu “déçu” des affluences de vendredi et samedi dernier (au Coliseum) : “C’est sur que c’est important que le public soit en très grand nombre. Un peu décevant les foules des 2 premiers matchs, quand je vois des bancs rouges je trouve ça décevant, j’aime mieux voir des maillots rouges, donc il faut que le public vienne en grand nombre au match 5 !”

Ce quart de finale indécis pour le moment, va donc se poursuivre à Bordeaux, pour 2 rencontres qui s’annoncent capitales pour la suite de la série, avant de revenir vendredi au Coliseum dans une ambiance de feu, espérons-le…

Quentin Ducrocq

Crédits photos Leandre Leber – gazettesports

BASTIEN MAÏA : « Ce n’est plus le moment de douter »




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.