Tout commencait pourtant de façon idéale, avec l’échange d’une Picardie glaciale pour une ville de Grenoble ensoleillée… Un déplacement d’envergure pour un week-end d’une importance capitale dans la course aux play-offs. C’est donc avec la ferme intention de ramener des points de ce voyage en Isère que les Hoplites abordent ce nouveau week-end de championnat.

Match à suspens face aux locaux

Tout commençait pourtant au plus mal… Seulement 14 secondes étaient nécessaires à l’IGF (Isère Grésivaudan Floorball) pour ouvrir le score face à des Hoplites totalement apathiques. Un début de match qui revient ensuite à l’équilibre où les Tigres reprennent un but d’avance à la suite de l’égalisation amiénoise. Le score est de 2 buts à 1 à l’issue du premier tiers.

Il faut ensuite attendre la mi-match pour voir le score évoluer avec deux buts amiénois coup sur coup, dont un en supériorité numérique. Pour la première fois de la partie, les picards font la course en tête mais sont rapidement rattrapés par leur adversaire. Dans la dernière minute du tiers médian, la pression amiénoise se concrétise par un but leur permettant de prendre une courte avance avant le retour aux vestiaires. Bien décidés à ne pas laisser filer la rencontre, les visiteurs creusent l’écart à 5-3 avant de se faire rejoindre 5-5 quelques minutes plus tard.

C’était sans compter sur la forme actuelle du meilleur pointeur amiénois, Rémy Boytard qui assome le public grenoblois d’un quintuplé. On pense alors que le penalty transformé à trois minutes de la fin (7-5) va accorder une issue heureuse aux amiénois. Pour recoller aux score, l’IGF tente alors le tout pour le tout en sortant son gardien. Un choix qui va s’avérer payant puisque leur avantage numérique va pousser les Hoplites à réaliser une première faute menant à un 6vs4. La défense plie jusqu’à prendre une seconde pénalité.

À 6 contre 3, les Tigres inscrivent d’abord un premier but avant d’égaliser quelques secondes plus tard (7-7). Le spectacle n’aurait sûrement pas été aussi complet si les deux gardiens ne s’étaient pas illustrés dans les dernières secondes du match où les Hoplites frôlent d’arracher la victoire avant de concéder une énorme occasion sur le contre. Bien heureusement, le portier amiénois Simon Durand veille au grain afin d’éviter le hold up avec 24 arrêts réalisés pendant la rencontre.

Match nul décevant où l’entame et la fin de match auront été fatals malgré une attaque en feu et une défense plus perméable.

Grosse déconvenue contre Lyon 

Motivés à l’idée de ne pas repartir bredouille de ce voyage après avoir déjà laissé filer un point la veille, les Amiénois ne résistent pas aux premiers assauts lyonnais. Totalement inexistants aussi bien défensivement qu’en attaque, c’est avec un retard de trois buts (3-0) que les Hoplites retournent au vestiaire.

Absents dans la grande majorité des duels et bien mis à mal par la tactique lyonnaise, les Picards montrent un visage totalement différent de la veille. Méconnaissables offensivement, les Amiénois peinent à approcher les buts adverses. Preuve en est, le portier rhodanien n’a qu’à réaliser trois arrêts dans les 40 premières minutes. Alors que sur la même durée, son homologue avait déjà annihilé 18 tirs. Cependant, il devra tout de même s’incliner trois fois au cours du tiers médian.

Totalement à côté de leur match, les Hoplites entament leur dernière période du week-end avec un retard de 6 buts (6-0). Le changement de système de jeu et l’instauration d’un pressing sur les joueurs lyonnais vont totalement changer la donne. C’est d’abord sur coup-franc que la marque va être réduite (6-1). En toute fin de match, les Pirates vont inscrire un nouveau but avant que les amiénois ne répondent une première fois, puis une seconde en supériorité numérique. Lourde défaite 7 buts à 3 alors que l’ensemble de l’équipe esperait beaucoup mieux.

Conclusions du week-end

Week-end beaucoup en deçà des objectifs fixés, d’autant plus que les portes s’ouvraient pour une place en play-offs. Cruelle désillusion donc mais il ne faudra rien lâcher en cas de faux pas des autres équipes ou pour dans tous les cas assurer le maintien. Ça n’est donc pas l’occasion de baisser les bras, d’autant plus que la N1 accueillera deux tours de championnat au mois de février.

Crédit photo : Reynald Valleron – GazetteSports

À lire aussi >>

FLOORBALL : Les Hoplites veulent mettre le bon cap sur 2018




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.