FUTSAL – AFS MARIVAUX : 2022 sous l’oeil de Maxime Josse

futsal coupe nationale la new team marivaux gazettesports kevin devigne 33
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que 2022 s’achève, de nombreux acteurs du sport dans la métropole amiénoise dressent un bilan sportif de cette année. C’est au tour de Maxime Josse, entraîneur de l’Amiens Futsal Marivaux (et joueur de l’US Camon) de se prêter au jeu.

Quel a été votre meilleur souvenir avec votre club cette année ?

La victoire contre Dunkerque en R1 (en novembre, ndlr). Une victoire avec le coeur, notre combativité, l’esprit du club, la gagne. C’est de loin notre plus beau match, notre plus belle victoire, donc l’un de mes meilleurs souvenirs, c’est sur.

Et le pire souvenir ?

Lorsqu’on s’est déplacé pour jouer contre la réserve de Lille qui est un gros club, nous avons été mal accueilli, pas de vestiaire, pas d’eau, ils n’avaient pas de maillots et nous ont ramené ceux qu’on leur avait prêté, 45 minutes après le match. En plus de ça le match s’est très mal passé, nous avons perdu, et pris deux cartons rouges. Ce match nous a fait du mal et reste un très mauvais souvenir.

Comment avez-vous évolué en tant qu’entraîneur ?

À la base, je suis gardien de but à l’US Camon, mais je me suis fait les ligaments croisés en fin de préparation la saison dernière. Et au club de Marivaux, on avait pas vraiment d’entraîneur, on s’organisait comme on pouvait pour les matchs. Maintenant qu’on est montés en R1, j’ai vraiment pris le rôle de coach à coeur j’ai profité de ma blessure pour avoir le temps de mettre en place des séances d’entraînement, pour suivre l’équipe. Donc j’entraîne l’équipe de futsal les lundis et jeudis et en parallèle, je m’entraîne à Camon les mardis, mercredis et vendredis, donc mes semaines sont chargées. Ma prise de fonction en tant qu’entraîneur s’est faite naturellement, il n’y avait personne d’autre possédant les diplômes nécessaires sur le moment et j’avais le temps, puis j’ai continué.

Qu’est-ce que cette année 2022 vous a permis d’apprendre ?

L’année dernière, on était en R2 avec, on va dire, beaucoup de clubs qui jouaient du football en salle. Donc on arrivait à s’adapter et à faire la différence avec nos joueurs, surtout par rapport à nos qualités individuelles. Et cette année c’est complètement l’inverse, on est dans un championnat où c’est le collectif et la cohésion du groupe qui nous permettent de gagner les matchs et l’aspect individuel est mis de côté. Nous devons donc encore plus travailler sur l’aspect collectif et tactique cette saison, c’est là où on pêche énormément, contrairement aux autres clubs. On l’a vu dès le premier match, nos adversaires sont prêts et nous, on apprend, on découvre.

Quel a été selon vous l’athlète ou l’équipe amiénoise de l’année ?

C’est à contrecoeur que je vais le dire, mais pour moi, c’est Longueau. À Camon, ce sont nos concurrents, j’ai joué contre eux 4 fois en 2 ans. À un moment ils étaient dans le bas de tableau lorsqu’on était dans le haut. Puis ensuite ce sont eux qui sont montés en N3 après avoir fait une saison fabuleuse.

Quelle a été votre plus grosse émotion dans le sport cette année ?

La victoire contre Creil qui nous propulse en R1. Celui qui gagnait montait, il restait deux journées, c’était comme une finale. C’est l’une des plus belles victoires au club et c’est historique pour nous, on a jamais été à ce niveau là.

Que peut-on vous souhaiter sur le plan sportif sur l’année 2023 ?

Avec Marivaux, c’est le maintien, on est bien parti pour, il nous manque quelques victoires pour l’assurer. Mais on espère terminer dans les 6 premiers quand même pour avoir un objectif. Et pour le foot sur herbe, j’espère retrouver ma place dans les buts d’ici quelques semaines.

Maxime Vauchel
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazette Sports