LES GOTHIQUES – Anthony Mortas : « C’est un coup d’arrêt »

hockey sur glace ligue magnus gothiques chamonix gazettesports kevin devigne 48
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

À l’instar de son gardien de but, Henri-Corentin Buysse, l’entraîneur d’Amiens peine à expliquer la défaite contre Nice (2-3) vendredi soir et le début de saison loupé.

Il vous a manqué beaucoup de choses ce soir pour l’emporter…

Tout d’abord la discipline, on commence le match en prenant des prisons très rapidement, donc c’est toujours pareil, il y a beaucoup de joueurs qui regardent le match sur le banc et qui ne jouent pas. C’est compliqué de mettre tout le monde dedans dès le début de match avec des pénalités qui arrivent tôt et un but encaissé aussi vite.

Ça devient une constante cette saison l’indiscipline alors que l’an dernier vous étiez l’une des équipes les plus disciplinées de la ligue…

Oui, il faut remédier à ça. En plus, ce sont de mauvaises prisons, même s’il n’y en n’a pas de bonne, là c’est des coups de crosse, ce n’est pas pour sauver des buts ou faire des actions défensives. Il faut y remédier, on avait bien commencé contre Angers et là on est reparti dans nos travers. À nous de faire attention.

Il faut botter les fesses de certains

Est-ce que c’est un nouveau coup d’arrêt ?

Oui, on avait enchaîné deux victoires, donc c’est un coup d’arrêt, c’est évident. L’équipe se construit, elle n’est pas encore mûre, il faut botter les fesses de certains, continuer à travailler et avancer.

Comment expliquez-vous cette rechute ?

Si j’avais toutes les réponses ce serait facile. On va analyser le match avec Eric (Medeiros, assistant coach, ndlr) en regardant demain la vidéo, mais je ne comprends pas notre entame de match à domicile. On a commencé de façon si timorée. Pour moi c’est inexplicable, normalement il n’y a pas besoin de parler, on est à Amiens, on est chez nous, on devrait emballer le match, être partout, frapper, patiner, récupérer les palets et là il n’y avait pas grand chose au début du match.

Henri-Corentin Buysse disait que certains joueurs ne se donnaient pas à fond, est-ce votre sentiment ?

On peut aussi prendre la chose autrement : ils ne sont pas au niveau. On va voir dans les prochains jours ce qu’on va faire, ça peut évoluer.

Il faut bouger les choses…

Oui ! On est quasiment arrivé à dix matchs et pour l’instant c’est très poussif, c’est loin des attentes du club et des miennes, donc il faut absolument réagir et pas un coup sur deux.


Propos recueillis par Julien Benesteau
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazette Sports