AMIENS SC – Jérémy Gélin : « On a fait le match qu’il fallait »

football ligue 2 bkt asc niort gazettesports kevin devigne (2)
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

L’Amiens SC l’a emporté 3-0 sur Niort. Pas forcément le signe d’une furia picarde sur le but poitevin mais surtout d’un match de Ligue 2 remarquablement construit.

Si le spectacle n’a pas forcément été au rendez-vous durant l’intégralité de la partie, l’Amiens SC a su parfaitement gérer son affaire. « On a fait le match qu’il fallait » résume même Jérémy Gélin. Il faut dire que Philippe Hinschberger a eu droit au « match qu[‘il] imaginai[t]. » Partant de là, parmi les options possibles pour l’entraîneur amiénois, « il fallait être patients et ne pas se précipiter. » « Être intelligents » précise Gélin, qui détaille : « C’est prendre le temps sur les possessions, sur toutes les choses simples. C’est aussi sur la frustration, parce qu’on savait qu’on pouvait tomber sur un mur. Et il fallait être aussi vigilants sur les contres. »

Et tout cela a été chose faite, « parce qu’au début, ils étaient compliqués à manœuvrer. » En effet, la première période n’a pas été aisée. D’une part parce qu’« assez fermée » comme le note Jérémy Gélin, mais aussi parce qu’il y a eu « une première demi-heure un peu difficile, un peu ronronnante » de la part des Amiénois qui ont « eu du mal à trouver de la profondeur, des choses qui pouvaient mettre l’adversaire en difficulté » souligne le coach amiénois. Son homologue niortais, Rui Almeida, va même plus loin, regrettant « quelques mauvaises décisions sur des transitions où l’on aurait pu faire mal. »

Mais, de fait, on sentait déjà les Amiénois plutôt au-dessus dans la production – « On a essayé de faire des choses » pointe justement Jérémy Gélin – et « le dernier quart d’heure était meilleur » comme l’affirme Hinschberger. Or, à ce moment, « on arrive à mettre un peu de rythme et on voit directement qu’on a des occasions. »

football ligue 2 bkt asc niort gazettesports kevin devigne (3)
Antoine Leautey a longtemps été l’Amiénois le plus dangereux face aux Chamois Niortais, un de ses anciens clubs.

Les détails penchent pour Amiens

Pour autant, même si on a senti des Amiénois capables de faire la différence, encore fallait-il le concrétiser et ne pas se faire piéger. Et à ce petit jeu, les Picards ont eu chaud. « On s’est fait peur en début de deuxième, parce que je pense que si on se prend le but, ça aurait fait mal » estime ainsi Antoine Leautey, tandis que Rui Almeida regrette cette opportunité qui aurait pu faire basculer le match : « La première occasion est pour nous en deuxième mi-temps… Il faut être tueur, parce qu’un match se joue sur des détails. »

De quoi particulièrement fulminer, pour ce dernier, car c’est sur un autre détail que la rencontre bascule, un « premier but qui arrive sur une erreur. » Et qui a une importance capitale comme le soulignent chacun à leur manière Leautey – « On savait qu’à partir du moment où l’on marquait, il y aurait plus d’opportunités » – et Gélin« Le but de Doums a ouvert le match et derrière, on a déroulé. » Plus généralement, on a alors vécu une bien meilleure deuxième période, où, selon les mots de l’ancien Rennais, « il y a eu beaucoup plus de mouvements, de précision dans les systèmes, dans les passes. »

Et les choses n’ont pas été en s’arrangeant pour les visiteurs. Philippe Hinschberger l’admet : « Le deuxième but a annihilé les efforts des Chamois. Le carton rouge ne les a pas aidé et on a contrôlé la suite des événements. » Une erreur de Moutachy accrochant Arokodare qui avait de quoi, après déjà la péripétie du premier but, faisant même dire au technicien deux-sévrien que son équipe avait « donné le résultat à Amiens. »

Une fois devant, l’ASC a déroulé

En contrôle, mais avec un travail qui restait à finir. Après tout, le technicien picard le reconnaît lui même, « le 3ème but est décisif, il scelle le score ou il remet l’adversaire dans le match. » En l’occurrence, il a donné définitivement de l’air à l’ASC. Et a également fait plaisir à l’entraîneur amiénois pour ses attaquants impliqués : « Je suis très content qu’il [Arokodare, ndlr] ait pu pousser le ballon dans le but vide, ça veut dire qu’il a eu le bon déplacement, ça veut dire qu’il a su se libérer du marquage, ça veut dire qu’il est en progrès. Je suis content pour Chibozo qui est bien rentré et qui délivre une passe décisive, c’est mérité. »

football ligue 2 bkt asc niort gazettesports kevin devigne (1)
Buteur sur son sens du placement, pas sa plus grande qualité jusqu’alors, Tolu Arokodare a eu droit aux félicitations de son entraîneur.

Alors, au moment de faire le bilan de cette rencontre, Philippe Hinschberger l’affirme, « la victoire est méritée. » D’autant qu’elle conclue finalement l’une des prestations les plus abouties de cette entame 2022/23, dans le sens où si « on a eu un temps ronronnant, on n’a pas eu de temps mort » comme lors de la plupart des rencontres, même les mieux maîtrisées, depuis le début de saison. Un point sur lequel Jérémy Gélin insiste aussi, estimant entrevoir une équipe qui « monte crescendo, dans l’aboutissement des matchs. »

Et puisque « c’était notre but de rebondir, avec une victoire » pour éviter tout risque de doute une semaine après avoir pris l’eau à Caen (1-3), même si le technicien samarien estime que cela aurait été bien trop tôt pour risquer de douter, parce que son équipe « n’a pas la prétention de gagner tous les matchs ». « On est contents d’avoir bien réagi », mais aussi, « d’avoir offert une belle victoire à notre public, avec des émotions. »

L’heure d’un premier bilan

Enfin, après déjà environ un quart de la saison de joué, c’est aussi l’heure d’un premier bilan. D’un point de vue comptable, il est excellent avec une 4ème place et 17 points pris en 9 matchs. Il dévoile aussi une grande force à domicile, à y regarder de plus près, avec 13 points pris sur 15 possibles à la Licorne : « On a su aussi, aux moments où on a été mauvais ou moyens, ne pas encaisser. Sur 5 matchs à domicile, on a pris 2 buts. Quand tu es hermétique à domicile, ça permet d’entrevoir la victoire. »

Mais après une saison passée parfois un peu traumatisante pour un coach qui tient à l’apaisement dans sa gestion des hommes, la satisfaction pointe aussi quant à ce qui entoure le terrain : « On a un côté plus sympathique, on porte de bonnes ondes. Je suis très attaché aux relations humaines, je veux que mon équipe dégage ce côté sympa, tout le monde ne fait pas tout bien, moi compris, mais cette équipe me correspond. »

Enfin, on a désormais envie de se projeter sur la suite. Leautey se veut prudent : « Il ne faut pas s’enflammer, si on gagne contre les équipes supposées moins fortes, ce sera déjà pas mal. Pour le moment, je ne pense pas qu’on puisse viser les deux premières places. On a des qualités, mais à l’heure actuelle, il y a des équipes comme Bordeaux, comme Saint-Étienne, des grosses équipes. » Gélin, en revanche, se montre pour sa part ambitieux : « On n’a rien à envier aux autres équipes, on a des qualités. On commence à prendre conscience qu’on a notre chance à jouer. Quand tu fais un début de saison comme le nôtre, tu te dois d’ambitionner de rester dans les premières places. » La prochaine étape pour y arriver : un déplacement dans deux semaines à Rodez, qui vient de se réveiller en gagnant 2-1 au Paris FC.


Amiens SC – Chamois Niortais : 3-0 (0-0)
Buts : Doums Fofana (55′), Cissé (60′, s.p.), Arokodare (75′)

Amiens SC : Gurtner – Leautey (Gene 82′), Mendy, Opoku, Nojo Fofana, Xantippe – Gélin (Lachuer 82′), Gomis, Doums Fofana – Cissé (Chibozo 71′), Arokodare (Bandé 82′)
Chamois Niortais : Michel – Moutachy (jaune 45’+1, rouge 59′), Conté, Passi, Kilama, Vallier – Kaboré (Renel 61′), Benchamma – Zemzemi (Olaitan 46′), Merdji (M’Bondo 85′), Sagna

Morgan Chaumier
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazette Sports