ATHLÉTISME : Jordier en or, déception à la longueur

d6634363 1d31 489b a81e 0d3bb158d004
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Thomas Jordier a pris sa revanche sur l’année passée en redevenant champion de France du 400 m. Pas de médaille pour Erwan Konaté, contrairement à Fatoumata Balley.

La performance du jour, côté Amiens UC, c’est la victoire de Thomas Jordier. Alors qu’il n’avait disputé que quatre 400 m cette saison, le premier il y a moins d’un mois, avant ces championnats de France, en ne passant jamais en-dessous des 46″50, il a su retrouver la forme au bon moment. Après avoir réussi le meilleur chrono des séries, il s’est ainsi adjugé la finale en 45″71. Soit seulement un petit centième au-dessus des minima pour les championnats d’Europe, seule petite frustration du week-end pour lui.

La deuxième médaille amiénoise du jour, et la quatrième du week-end, vient, petite surprise, de la hauteur féminine. Si ce n’était pas totalement inenvisageable au regard des bilans, Fatoumata Balley ne partait toutefois pas favorite. Mais en passant la barre à 1,79 m à sa deuxième tentative, dans ses standards hauts de l’année, elle est parvenue à obtenir la 3ème place du concours.

Et de trois 4èmes places

En revanche, c’est du côté du sautoir de la longueur et du triple que l’on a de quoi être frustré. Moins du côté du triple féminin, toutefois. Certes, Aminata Ndiaye termine au pied du podium, mais avec un meilleur saut à 13,02 m, ce n’est rien de moins qu’un nouveau record personnel pour elle. En revanche, Erwan Konaté, au-delà des 7,90 m à quatre reprises depuis les derniers France Élite, échoue lui aussi à la 4ème place de son concours sur un décevant 7,69 m.

Et alors qu’il y avait deux chances pour l’Amiens UC, Raihau Maiau n’a pas non plus su profiter d’un concours qui n’est pas allé très loin (un seul sauteur à plus de 7,80 m alors que dix des engagés l’avaient déjà réalisé depuis janvier 2021) et termine 7ème sur un 7,46 m, bien loin de ses trois derniers concours, tous au-dessus des 7,70 m. Notons enfin que, sur le triple saut, Rebecca Moustin-Aubatin n’a pas réussi à se hisser parmi les finalistes, avec la 9ème marque, 12,26 m.


La Rédaction
Crédit photo : DR