AMIENS SC – Philippe Hinschberger : « Cette saison a été usante »

football ligue 2 amiens sc asc dijon gazettesports kevin devigne 80
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Avant le dernier match à domicile de la saison, Philippe Hinschberger était en conférence de presse. Et a fait un tour d’horizon des sujets du moment, bien au-delà de la rencontre du week-end.

  1. Bong (Zungu, ndlr) est out. Pour le reste, à part Diakhaby, tout le monde est disponible.

  2. Demain, je mettrais la meilleure équipe du moment. J’ai envie de gagner ce dernier match à domicile, pour avancer dans le classement, pour montrer autre chose que sur les derniers matchs. J’attends un match plein, dans l’attitude, le comportement.

  3. Faire rentrer des joueurs par rapport aux dernières rencontres décevantes : C’est possible. Mais après le mauvais match du Havre, Dunkerque, c’était mieux dans l’état d’esprit, Grenoble, on fait une mi-temps sur deux de bonne facture.

  4. On s’attend à un match difficile contre une équipe solide de Paris qui, même si elle n’a pas le même rayonnement qu’au cœur de l’hiver, reste une équipe redoutable

  5. De la motivation chez tout le monde ? Je n’ose plus trop me prononcer d’avance. Je ne comprendrais pas que ce soit autrement. On a travaillé comme habituellement. Tous les feux sont au vert pour faire un beau match, j’attends que ce soit comme ça, je n’ose pas imaginer que ce ne soit pas comme ça.

  6. Envie que ça se termine au plus vite : Oui parce que depuis deux mois, c’est pénible, ce sont tout le temps des coups de bâton, des comportements inapproprié, c’est gênant. Ce n’est pas ma manière de faire, je préfère travailler avec la confiance mutuelle mais il y a eu trop d’anomalies. Cette saison a été usante. Entre les 3 premiers où tu n’avances pas, l’hiver où tu rames pour te sortir des dernières place et maintenant on finit un peu en eau de boudin par rapport à nos prestations qui sont moyennes. C’était assez usant au quotidien à diriger, on est là pour se concentrer sur le rectangle vert, pas pour fliquer. Il a fallu parfois hausser le ton. Tu t’adaptes à ce que tu as en face de toi, c’est le comportement des joueurs qui m’a fait sortir de ma zone de confort. Je suis plutôt sympa, conciliant, mais je ne regrette aucune décision parce qu’elles étaient justifiées.

  7. Des liens rompus avec certains joueurs : Oui, c’est de mon fait aussi, il y a des garçons qui ne sont plus dans le groupe parce qu’ils ont trop tiré sur la corde donc ils partent de trop loin pour revenir dans le groupe. Je privilégierais toujours ceux qui ont un comportement normal. Quand j’ai deux garçons au même poste, si j’en ai un qui fait chier (sic), qui est en retard, qui ne fait pas d’efforts, c’est l’autre qui joue.

  8. Première saison où il rencontre de tels problèmes : Autant, oui. Après, un groupe de footballeurs professionnels, c’est toujours particulier dans la gestion au quotidien parce que tu as beaucoup d’états d’âme, d’humeurs, d’égos, de frustration des gens qui ne jouent pas. C’est l’intérêt d’un groupe réduit, plus tu as de joueurs, plus tu as d’emmerdes (sic).

  9. On partira la saison prochaine avec un groupe beaucoup plus restreint. Si tout le monde n’est pas là à la reprise, ça ira, on a prévu que tout le monde ne soit pas là à la reprise. Le club doit anticiper sur les joueurs dont je ne souhaite pas le retour, il y a des joueurs qui ne sont pas prévus. Des garçons comme Mathis (Lachuer, ndlr), comme Doums (Fofana, ndlr), on doit leur faire de la place. Ils doivent jouer deux, trois fois plus que cette année
  10. Adama (Diakhaby, ndlr) a fait partie des joueurs clefs de la préparation, après, il était là quand on a perdu nos 3 premiers matchs, il a des qualités mais il manque d’efficacité et ça ne date pas de cette année. Je suis tranquille dans mes chaussures avec lui, il a manqué ses possibilités de relance.

  11. Nicholas Opoku : On compte sur lui l’année prochaine donc il faut le faire enchaîner, c’est important qu’il joue. J’ai trouvé que sa reprise était difficile, il y avait un cap mental qui n’arrivait pas à passer, mental, dans le contact, dans les impacts. Aujourd’hui, il retrouve vitesse, impact, vivacité.


Morgan Chaumier
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazette Sports