TENNIS – Le tournoi ITF d’Amiens s’annonce très… open

finale aac tennis witf amiens seone mendez 0010 leandre leber gazettesports
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

L’AAC s’apprête à accueillir la 24e édition de son tournoi international féminin. Dès dimanche, des graines de championnes de 25 nationalités vont s’affronter sur la terre battue indoor. Et essayer d’oublier un peu le contexte international pesant…

La palme de la première arrivée à Amiens, si l’on excepte les joueuses du cru, revient à Diana Martynov. N’ayant pas trouvé de terre battue pour s’entraîner près de chez elle à Paris, la 1124e joueuse mondiale a demandé à l’AAC un terrain pour s’entraîner sur place avant les autres. Une heure jeudi, deux heures ce vendredi. Histoire de se mettre dans le bain d’un tournoi où elle est engagée dans les qualifications.

Mais avant tout, la directrice de l’AAC et du tournoi, Karla Mraz-Fourcroy, est « ravie de pouvoir accueillir à nouveau du public. » Car l’an dernier, la 23e édition s’était déroulée sous cloche, à huis clos, à cause de la pandémie. Mais à chaque année ses petits soucis. Déjà, il y a cette séquence Covid, toujours pas terminée. Tous les membres de l’organisation et les bénévoles doivent présenter un pass vaccinal et sont tenus de porter le masque. Les spectateurs pourront eux circuler librement et sans masque obligatoire, conformément aux dernières directives du gouvernement. Mais ils devront bien sûr présenter leur pass vaccinal.

Pass vaccinal obligatoire

Quant aux 48 joueuses – dont près de 30 étrangères – attendues dimanche matin au premier des trois tours de qualifications, « elles doivent posséder un pass vaccinal valide ou sinon effectuer un test PCR quotidien » précise Karla Mraz-Fourcroy. Tout en portant évidemment le masque pour se déplacer dans l’enceinte du club. Elles seront six à sortir victorieuses des qualifs et à obtenir leur ticket pour rejoindre les 26 joueuses admises directement dans le tableau final.

img 20220303 143647 resized 20220303 080835151
Sacs de bienvenue pour les joueuses, badges d’accréditations, cartons de boîtes de balles… L’AAC est prêt pour accueillir les premiers matchs de son tournoi ITF.

Un casse-tête pouvant en cacher un autre, l’invasion russe en Ukraine a aussi des retombées sur le court. Dans la foulée du CIO, l’ITF, la Fédération internationale de tennis, a exprimé sa solidarité avec le peuple ukrainien et décidé que les Russes et Biélorusses pouvaient continuer à jouer à titre individuel, donc sans représenter leur pays, au risque d’être exclus des tournois. Concrètement, cela signifie que leur nationalité doit être retirée des tableaux des tournois auxquels ils participent. Ils deviennent, de fait, « athlètes indépendants » ou apatrides pour dire les choses.

Ici, les joueuses ne représentent pas leurs pays, elles jouent pour elles-mêmes

Karla Mraz, directrice du tournoi ITF d’Amiens

« J’aurais trouvé anormal que les joueuses russes soient obligées de se retirer des tournois, car elles jouent pour elles-mêmes. Ce n’est pas comme en Fed Cup ou en Coupe Davis où l’on représente son pays » estime la directrice du tournoi amiénois, ancienne joueuse professionnelle. « Un joueur ou une joueuse, à ce niveau, est comme un auto-entrepreneur. L’empêcher de jouer, ce serait le priver de revenus. Ils ont déjà bien souffert avec le Covid. » Quand on sait effectivement que seuls les membres du Top 100 gagnent vraiment leur vie grâce au tennis, on comprend l’enjeu financier. Surtout après deux ans avec des tournois moins nombreux à cause de la crise sanitaire.

Précisément, une seule joueuse russe est sur la liste des engagées : une junior de 16 ans, Yaroslava Bartashevich. « Elle fait partie des trois juniors à qui l’ITF a réservé une place dans le tableau final. Mais on n’a aucune info sur sa venue effective » indique Karla Mraz-Fourcroy. Sachant qu’elle n’a plus joué sur le circuit senior depuis les qualifs du tournoi WTA de St Petersbourg il y a un mois. Quant à la longue liste des joueuses annoncées aux qualifs, une Ukrainienne de 15 ans y figure.

Entre habituées et jeunes pousses

Une fois ce décor extra-sportif planté, place au jeu ! Et sur le papier, on a connu des plateaux plus relevés, avec les meilleures qui pointaient autour de la 200e place mondiale. Mais cette année, sauf surprise de dernière minute, la joueuse la mieux classée, la Belge Lara Salden, 23 ans et probable tête de série n°1, est seulement 356e WTA, même si elle était 250e fin 2020. Elle a beaucoup joué depuis, sans grand succès, dans des tournois mieux dotés – 25 000 $ – que les 15 000 $ du tournoi de l’AAC. « La bonne nouvelle, c’est qu’il y a plus de tournois que l’an dernier, donc les joueuses mieux classées qui venaient à Amiens tentent sûrement de jouer les plus gros tournois, explique Karla Mraz-Fourcroy. Mais le classement ne veut plus dire grand-chose depuis le Covid, car les filles ont moins joué. »

La Roumaine Oana Georgeta Simion, finaliste malheureuse il y a trois ans, revient sur une terre battue qu’elle affectionne.

Alors à défaut de têtes d’affiche, on peut se rabattre sur des têtes déjà vues à l’AAC. Comme Oana Georgeta Simion, la Roumaine, finaliste il y a trois ans. Elle était 701e WTA. A présent 423e, après un début de saison sur la terre battue égyptienne puis turque, elle devrait être la N°2 du tournoi. Et si elle revient, c’est sûrement avec une idée derrière la tête, pour pimenter également son 26e anniversaire, qu’elle pourrait fêter pendant le tournoi, comme en 2019.

Tennis Itf Manon Lamarque Vs Juliette Mazzoni (reynald Valleron) (17)
De nouveau invitée aux qualifications, l’Amiénoise Manon Lamarque, ici en 2020, tentera de débloquer son compteur de victoires sur le circuit ITF.

Et les Françaises ? Emeline Dartron, la Francilienne, victorieuse du double en 2019, éliminée au 2e tour l’an passé, mais quart-finaliste il y a quatre ans, est la mieux classée et devrait être la N°3 du tournoi. Suivent d’autres habituées, Margaux Rouvroy, Sara Cakarevic ou encore Lucie Nguyen Tan. Du côté des Picardes, la Noyonnaise Lucie Wargnier est annoncée aux qualifs. De même que les jeunes Amiénoises de 16 ans Jade Psonka et Manon Lamarque qui bénéficient de wild cards, comme la Nordiste Paloma Hennicaux. Alors qu’une autre joueuse suivie par la Ligue des Hauts-de-France, Thessy Ntondele, 15 ans, est invitée directement dans le tableau final.

On y verra un peu plus clair samedi soir quand le tableau sera tiré au sort. Mais on n’oublie pas que le tournoi a souvent envoyé rapidement au tapis les favorites, pour sacrer des joueuses que personne n’avait vues venir… Alors une surprise se cache peut-être parmi ces joueuses en provenance de 25 pays, après l’édition 2021 qui s’était refermée sur une finale mettant aux prises les deux premières têtes de série, fait rarissime à l’AAC. L’Australienne Seone Mendez (N°2 – photo à la une) dominant la N°1, l’expérimentée argentine Paula Ormaechea.

Le programme du tournoi ITF d’Amiens – AAC 10, allée des Tennis – Entrée gratuite. Pass vaccinal obligatoire.
– Dimanche 6 mars : 1er tour des qualifications
– Lundi 7 mars : 2e et 3e tour des qualifications
– Mardi 8 mars : 1er tour du tableau final du simple et du double
– Mercredi 9 mars : fin du 1er tour, début du 2e tour. 18h30 : conférence sur l’accompagnement financier des projets associatifs et sportifs
– Jeudi 10 mars : fin du 2e tour. 19h : conférence sport santé sur les bienfaits du tennis après un cancer du sein
– Vendredi 11 mars : quarts de finale du simple et demi-finales du double
– Samedi 12 mars : demi-finales du simple et finale du double
– Dimanche 13 mars : finale du simple


Vincent Delorme
Crédit photos : GazetteSports.fr