VOLLEY-BALL : L’AMVB, bredouille face à Caudry

amvb vs asul lyon (reynald valleron) (4)
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Samedi 4 décembre 2021, l’équipe élite d’Ali Nouaour se déplaçait à Caudry pour la 8ème journée de championnat. L’équipe est malheureusement revenue bredouille et ne sort toujours pas la tête de l’eau.

Ali, après une défaite 3/0 face à St-Brieuc on attendait que l’AMVB se relance avec ce déplacement à Caudry, au final ton équipe a subi un nouveau revers samedi face aux Nordistes. Comment expliques-tu cela ?

J’ai beaucoup de mal à l’expliquer. Je ne comprends pas ce qu’il se passe au sein du groupe. Ça a l’air de plutôt bien se passer en dehors, avec des joueurs qui semblent s’apprécier, mais sur le terrain c’est compliqué. Pour ce match j’ai discuté avec le capitaine Mehdi Hachemi qui avait proposé de rester sur le banc avec moi afin de m’épauler sur le management et le coaching, on avait notamment décidé de prendre beaucoup de risques au service, ce qui a plutôt bien fonctionné par exemple.

J’ai honte de cette défaite, même le président qui avait fait le déplacement était très remonté.

Peux-tu nous parler un peu du match et de la prestation réalisée par tes joueurs ?

Caudry est une équipe qu’on avait déjà battue, ils étaient dans le même cas de figure que nous avec seulement 2 victoires au compteur. On leur a donné l’occasion de se relancer, mais c’est surtout parce que nous on a été mauvais, j’ai honte de cette défaite, même le président qui avait fait le déplacement était très remonté. Dans le premier set on comptait 3 points d’avance (17-20) et puis je ne sais pas ce qu’il se passe, les jambes commencent à trembler, la peur de gagner le set s’installe et les réceptions n’arrivent plus. Normalement on doit gagner ce premier set mais on le laisse filer, moralement ça fait mal, et au lieu de relever la tête on la baisse de plus en plus.

Dans le deuxième et le troisième set on a sombré, on a perdu le peu de confiance qu’on avait en début de match, on rate beaucoup trop de services, on fait pâle figure en réception et on est mauvais à l’attaque. J’ai été obligé de faire plusieurs changements : à la passe j’ai remplacé Mario Medan par André Mata, et en récep-attaque j’ai fait entrer Damien Barry sur Didier Sali-Hilé. Je note quand même la belle entrée de Damien qui a pu apporter de bonnes performances à l’attaque et qui a plutôt bien tenu la baraque en réception.

On ne peut pas gagner un set quand on enchaîne 4 services d’affilée, il suffit que l’équipe d’en face marque un ou deux points pour qu’elle prenne le large au score. Aujourd’hui on est donc dans une situation très compliquée, certains joueurs ont lâché dans la tête. Maintenant s’il faut prendre des décisions radicales on les prendra. Si ces joueurs-là, avec entraînements tous les jours, programme de musculation, déplacements en train ou avion pris en charge par le club, ne font plus preuve de motivation, on prendra des décisions. Là on a un match de Coupe de France samedi 11 décembre, à nouveau face à Caudry, il faudra sortir la tête de l’eau pour se relancer et enchaîner ensuite avec la venue d’Épinal le 18 décembre.

Malgré tout je reste un entraîneur optimiste, le classement est serré, il y a des surprises avec Conflans qui prend un revers 3/0 face à St-Brieuc, ou encore Epinal qui renverse Harnes, donc on ne sait pas encore qui sera en playoffs ou playdown. Même si on se retrouve dans le tableau bas il faudra aller gagner nos matchs pour assurer le maintien le plus rapidement possible.
Moi j’y crois encore, ceux qui n’y croient pas n’ont qu’à rester chez eux.

Florentin Gerbet

Crédits photos : Reynald Valleron gazettesports.fr