LES GOTHIQUES – Anthony Mortas : « Je n’ai pas été bon et ça me fait chier »

nk43323
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Les Gothiques, humiliés plus tôt dans la saison par Grenoble, ont cette fois-ci fait honneur à leur maillot. Mais, alors qu’ils avaient fait le break (31’16 : 3-0), les Amiénois n’ont pas su gérer leur avantage et s’inclinent une nouvelle fois contre les Bruleurs de Loups (3-4). En après-match, l’entraîneur des Gothiques, Anthony Mortas reconnaissait sa part de responsabilité dans la défaite des siens.

Quel sentiment règne après la rencontre ?

C’est une grosse déception. Quand on mène un match 3-0, c’est difficile de le perdre 4-3. On est très déçus, on va regarder ce qui s’est passé. À 3-0 on doit être très solides. Après avoir produit du jeu, peut-être que l’on doit « déproduire ». On a construit, après il faut peut-être un peu casser le jeu, jouer d’une autre façon. On n’en a pas été capables. On a continué à ouvrir le jeu. On n’a plus respecté les consignes. On se retrouve à perdre en étant très déçus alors qu’on avait le match en main.

Vous avez manqué de maîtrise…

Oui c’est ça. Il y a toujours une balance à trouver. Quand on domine, on joue bien, on peut faire des choses et quand Grenoble est revenu plus fort, il fallait faire le dos rond, sortir davantage les palets, jouer de façon moins classe, mais des fois c’est ce qui paye. On a toujours voulu produire et à un moment ça c’est retourné contre nous.

On a toujours voulu produire et à un moment ça c’est retourné contre nous.

Alors que vous étiez disciplinés, vous prenez des pénalités dans le dernier tiers, est-ce que cela a coûté cher ?

Non, on n’a pris que trois prisons contre Grenoble. C’est plutôt normal de prendre trois prisons dans un match, qui plus est contre une grosse équipe comme Grenoble. On les prend aux mauvais moments. Je pense aussi que certains joueurs ont baissé en intensité, qu’ils n’étaient plus lucides et après ont fait des fautes.

Vous aviez changé certaines lignes pour ce match, est-ce que cela a eu l’effet escompté ?

Oui et non. J’avais prévu une ligne défensive pour contrer une ligne de Grenoble. J’avais mis une ligne un peu plus offensive avec Alex Boivin. Après il faut que je sois aussi capable de faire des changements à des moments opportuns. Je m’en veux un petit peu. Je n’ai pas été bon ce soir (hier, ndlr) et ça me fait chier (sic). C’est comme ça, des fois on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. Je suis un peu déçu de ma prestation.

On leur a offert le match dans la deuxième partie

Donc, l’alignement que l’on a vu ce soir ne sera pas reconduit ?

Non, non, chaque match on peut changer des choses. Là, on avait vraiment une stratégie contre Grenoble qui a bien marché pendant 30 minutes. On était plutôt contents, avec Eric (ndlr : Medeiros), du changement. On va chercher les explications en parlant avec les joueurs. Est-ce que physiquement ils ont baissé ? Est-ce que Grenoble est revenu trop fort ? On va regarder. Je pense sincèrement, sans manquer de respect à Grenoble, qu’on leur a offert le match dans la deuxième partie.

Vous avez l’impression d’avoir manqué d’adaptation au cours du match ?

Oui, je me souviens notamment d’un moment où il fallait que je fasse le changement et je ne l’ai pas fait. Il faut que j’apprenne à être un peu plus strict, un peu plus sévère vis-à-vis des joueurs et envers moi aussi. Il faut que je sois chien des fois et ça je le serai la prochaine fois.

C’est un match qui va vous servir pour la suite…

J’espère qu’il va servir, à chaque match on doit apprendre, on doit progresser. C’est vrai que depuis le début de l’année, l’équipe a progressé. Par rapport au début de saison, on ne voit plus du tout la même équipe. Chaque match, que ce soit Angers ou Grenoble, on est tout proches. On est encore derrière mais je pense que l’on progresse, mais c’est le but de progresser pour arriver au bon moment au top de notre forme et de nos possibilités.


Propos recueillis par Julien Benesteau

Crédit photo : Kevin Devigne Gazette Sports